# SONIC PROTEST #
RASHAD BECKER
JEAN-LOUIS COSTES
PIERRE BERTHET & RIE NAKAJIMAWATT
À partir de 15h00
Halle Bouchoule & Instants Chavirés

FESTIVAL SONIC PROTEST 2017
WEEK END D’OUVERTURE
2/2

spiclog
Du 11 au 26 mars se déroulera la 13ème édition du festival Sonic Protest à Paris, Montreuil, Vanves, Gentilly, en France, et ailleurs !
Comme pour tout événement aussi fourni que passionnant, il est plus raisonnable de s’octroyer une mise en jambe adéquate… Et cette année en guise d’échauffement, Sonic Protest présente conjointement avec les Instants Chavirés un week-end d’ouverture (les 11 & 12 mars) sous forme de plateau copieusement garni de tout ce dont on raffole et qui nous rassemble. Du spectacle de marionnettes de Costes en passant par la New Lounge music, le quartet de clarinettes Watt ou la musique traditionnelle pour espèces théoriques de Rashad Becker… c’est l’aventure du rodage… relaxe et intense, on compte sur vous.

Seconde journée du Festival  Sonic Protest aux Instants Chavirés et à la Halle Bouchoule.
Attention, notez les differents tarifs (14 euros : journée complète – 10
euros : après-midi + soirée – 8 euros : soirée – 5 euros : seulement le spectacle de Costes)
Programmation ci-dessous.

– – – –
INSTANTS CHAVIRÉS
7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil
M° Robespierre (Ligne 9)
5 euros (adulte ou enfant – donne uniquement accès au spectacle de Costes, préventes en ligne ici)
14 euros (tarif journée complète, préventes en ligne ici)

“Plastic et Magic” par JEAN-LOUIS COSTES
SPECTACLE JEUNE PUBLIC 4-10 ans [France]

À noter > DEUX SÉANCES
15h30 – 16h15 > 1re séance
17h30 – 18h15 > 2e séance

Comédie musicale pour marionnettes, basée sur l’histoire et les chansons de Plastic et Magic (livre & CD Bisou Records 2016). Lumières, mise en scène, décor & musique par Jean-Louis Costes.


© Costes

Les Instants Chavirés et Sonic Protest présentent fièrement un spectacle pour enfants orchestré par l’unique artiste seul contre tous : Jean-Louis Costes.
Musicien, performeur, dessinateur, écrivain… génie hérétique, Costes trace depuis quelques décennies une ligne droite artistique essaimée d’excroissances malaisantes et autres vérités qui gênent.
De la Seine-Saint-Denis à la Mayenne, d’Eretic Art à Fayard, l’œuvre de Costes déploie des kilomètres de bandes, de pages noircies et rougies dans lesquelles des questions frontales et le grand Pourquoi qui nous hante tous ressurgissent sans cesse.
Hors de question de laisser la tendresse aux mains des apparents gentils, Costes présente ici Plastic et Magic, une aventure trépidante sur la beauté de l’amour impossible et l’espoir de le surmonter.
Danse, prise en chasse, peur et bravoure, rêve et joie, le conte de Costes met du sable dans les rouages du spectacle de marionnettes et regorge d’une force de vie inébranlable dont nos enfants auront certainement besoin dans les années à venir.

« Notre amour est impossible
Car tu es Plastic et je suis Magic
L’eau glisse sur le plastique,
Et la plante magique meurt dans le plastique. »

https://www.bisou-records.com/artists/jean-louis-costes/

Avec la complicité de Bisou Records

– – – –
16h30 >
HALLE BOUCHOULE

2, rue Émile-Zola, 93100 Montreuil
M° Robespierre (Ligne 9)
(à 150 mètres avant la salle des Instants Chavirés)

10 euros (donne accès aux concerts de P.Berthet, Rie Nakajima, Watt et R.Becker, préventes en ligne ici)
14 euros (tarif journée complète, préventes en ligne ici)

– – – –
17h00
> PIERRE BERTHET & RIE NAKAJIMA

berthet-nakajima
[performance – installation – Belgique / Japon]

“Dead Plants and Living Objects”

Depuis 2013, ces deux passionnés de l’objet sonore unissent leurs forces et leurs imaginations pour développer un projet musical mettant en scène des plantes mortes et tout un bric-à-brac plus ou moins motorisé.
Entre concert participatif et installation sonore, leurs performances sont toujours empreintes d’une grande poésie. Quelques actions fragiles mènent vers une improvisation pour ballons de baudruche, gouttes d’eau, fils d’acier, sifflets, boîtes de conserve, bidons en tous genres, résonateurs homemade, feuilles sèches d’agave, plumes et autres déchets.
S’installe alors calmement une polyphonie étrange et aléatoire où l’on distingue petit à petit des «ombres acoustiques pour volumes d’air invisibles ».

Pierre Berthet a étudié la musique expérimentale aux côtés de Frederic Rzewski (Musica Elettronica Viva) et d’Henri Pousseur. Il se passionne très tôt pour le travail sonore d’artistes comme Alvin Lucier, Ellen Fullman, Terry Fox ou Paul Panhuysen et accompagne pendant une dizaine d’années Arnold Dreyblatt et son « Orchestra of excited strings ». Interprète du “Galileo” de Tom Johnson, il aime par dessus tout “prolonger” instruments de musique et objets. Sa rencontre avec le luthier sauvage Frédéric Le Junter donne naissance à un incroyable duo de chansons brutes. Depuis 1990 il réalise aussi des installations sonores et visuelles inspirées et adaptées par les lieux où elles sont exposées. Ses installations sont également des formes activables pour des concerts.
On retrouve le même type de préoccupations chez Rie Nakajima qui réagit autant à la physicalité des espaces qu’en trouvant par hasard des objets et des matériaux qu’elle motorise et place en regard de l’architecture environnante. Elle développe un intense travail de collaboration qui l’amène à montrer son travail un peu partout dans le monde avec David Toop depuis 2013, Keiko Yamamoto et le projet musical ‘O YAMA O’, David Cunningham, Miki Yui, Guy De Bièvre et Marie Roux. Elle réalise des performances avec Angharad Davies, Clive Bell, Johan Vandermaelen, Lee Patterson, Shuichi Chino, Daichi Yoshikawa, Junko Wada, Lau Nau, Phill Niblock entre autres.

https://vimeo.com/164723199

– – – –
18h30 > WATT


© Jeff Humbert

JULIEN PONTVIANNE clarinette
ANTONIN -TRI HOANG clarinettes
JEAN DOUSTEYSSIER clarinette
JEAN-BRICE GODET clarinettes

WATT est un quartet de clarinettes créé en 2011 par Julien Pontvianne, Jean-Brice Godet, Antoni-Tri Hoang et Jean Dousteyssier, quatre musiciens fort actifs des scènes jazz et à-côtés, n’entendant surtout pas se cantonner à un idiome, oh non.
Ensemble ils traitent leurs clarinettes comme des générateurs d’ondes, allant de la quasi sinusoïde à des mouvements périodiques plus complexes.
Tout en respiration et superposition, la forme est allongée et les rythmes sont des battements, les timbres fusionnent à l’extrême et le tempérament est grandement altéré. Des quatre, on n’entend plus que la somme.
Watt est une expérience d’écoute qui propose d’entendre l’instrument autrement et qui donne à l’acoustique de l’espace où elle est jouée une importance centrale.

https://soundcloud.com/watt-quatuor
https://www.jeanbricegodet.com/music/Watt.html
http://www.julien-pontvianne.com/WATT.html

– – – –
À partir de 19h30 et jusqu’à 20h30 > restauration légère disponible.
Bar opérationnel dès l’après-midi.

– – – –
20h00 >
INSTANTS CHAVIRÉS

7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil
M° Robespierre (Ligne 9)
8 euros (donne uniquement accès au concert de R.Becker, préventes en ligne ici)
14 euros (tarif journée complète, préventes en ligne ici)

RASHAD BECKER
électroniques

Si vous êtes amateur de musique expérimentale et autres franges anormales des mondes sonores, vous possédez certainement au sein de votre collection de microsillons, des disques gravés, masterisés et mixés par Rashad Becker. C’est que le monsieur, basé à Berlin, est très demandé pour son travail d’orfèvrerie en la matière. On lui doit la chaleur, la puissance et la précision de bon nombre d’enregistrements phares de ces dernières années. Il y a aussi de bonnes chances que vous le connaissiez en tant qu’artiste, surtout depuis 2013 et la parution du premier volume  de « Traditional Music of Notional Species » sur Pan, le label de Bill Kouligas.
Toujours concise et méticuleuse, la musique électronique de Rashad Becker met en relief des systémes polyrythmiques insaisissables, à la fois fluides et dissonants.
Sa démarche apparaît comme un défi structurel et sculpturale dans lequel musique phrasée et syllabes courtes s’entrechoquent en des strates complexes et furieusement captivantes.
On peut s’attendre à une performance rare d’un musicien discret au service d’une musique exigeante et ouverte.

https://rashadbecker.bandcamp.com/

– – – –
Retrouvez la programmation complète du festival :
http://www.sonicprotest.com/

spfly

# SONIC PROTEST #
GRAHAM LAMBKIN & MARK HARWOOD
ASPEC(T)
SCENES FROM SALAD
MERRY CRISIS
PIERRE BERTHET & RIE NAKAJIMA
+ LICO + DJ SPIC +
« The Rise of the NSB » De Zev Asher
À partir de 15h30
Halle Bouchoule & Instants Chavirés

FESTIVAL SONIC PROTEST 2017
WEEK END D’OUVERTURE
1/2

spiclog
Du 11 au 26 mars se déroulera la 13ème édition du festival Sonic Protest à Paris, Montreuil, Vanves, Gentilly, en France, et ailleurs !
Comme pour tout événement aussi fourni que passionnant, il est plus raisonnable de s’octroyer une mise en jambe adéquate… Et cette année en guise d’échauffement, Sonic Protest présente conjointement avec les Instants Chavirés un week-end d’ouverture (les 11 & 12 mars) sous forme de plateau copieusement garni de tout ce dont on raffole et qui nous rassemble. Du spectacle de marionnettes de Costes en passant par la New Lounge music, le quartet de clarinettes Watt ou la musique traditionnelle pour espèces théoriques de Rashad Becker… c’est l’aventure du rodage… relaxe et intense, on compte sur vous.

RDV à 15h30 à la Halle Bouchoule (projection, performance, installation en entrée libre). Puis à 20h00, soirée de concerts (+ projection et DJ) dans la salle des Instants Chavirés (14 / 12 euros > billetterie).
Programmation ci-dessous.

– – – –
15h30 > entrée libre
HALLE BOUCHOULE

2, rue Émile-Zola, 93100 Montreuil
M° Robespierre (Ligne 9)
(à 150 mètres avant la salle des Instants Chavirés)

– – – –
16h00 >
« What About Me : The Rise of the Nihilist Spasm Band »
de ZEV ASHER – 2000 – 1h42.
[Projection]

webthe-rise-of-nihilist-spasm-band
Documentaire cacophonique et cocasse en guise de déclaration d’amour, What about me est l’œuvre d’un fan du Nihilist Spasm Band qui cherche à clamer à la face du monde le génie désarmant du groupe ! Partageant totalement ce point de vue, Sonic Protest vous invite à découvrir le film, sous-titré pour l’occasion.
Interviews des membres du groupe, témoignages enthousiastes (Thurston Moore, Michael Snow, etc) sur l’influence du groupe, re-contextualisation du projet dans son milieu d’origine, tournée et émission de TV au Japon : une belle occasion d’aller à la rencontre de ces gentlemen-énergumènes avant de les (re)découvrir sur scène la semaine suivante au Centre Barbara-FGO. No cinéma !

– – – –
18h00
> PIERRE BERTHET & RIE NAKAJIMA

berthet-nakajima
[performance – installation Belgique / Japon]

“Dead Plants and Living Objects”

Depuis 2013, ces deux passionnés de l’objet sonore unissent leurs forces et leurs imaginations pour développer un projet musical mettant en scène des plantes mortes et tout un bric-à-brac plus ou moins motorisé.
Entre concert participatif et installation sonore, leurs performances sont toujours empreintes d’une grande poésie. Quelques actions fragiles mènent vers une improvisation pour ballons de baudruche, gouttes d’eau, fils d’acier, sifflets, boîtes de conserve, bidons en tous genres, résonateurs homemade, feuilles sèches d’agave, plumes et autres déchets.
S’installe alors calmement une polyphonie étrange et aléatoire où l’on distingue petit à petit des «ombres acoustiques pour volumes d’air invisibles ».

Pierre Berthet a étudié la musique expérimentale aux côtés de Frederic Rzewski (Musica Elettronica Viva) et d’Henri Pousseur. Il se passionne très tôt pour le travail sonore d’artistes comme Alvin Lucier, Ellen Fullman, Terry Fox ou Paul Panhuysen et accompagne pendant une dizaine d’années Arnold Dreyblatt et son « Orchestra of excited strings ». Interprète du “Galileo” de Tom Johnson, il aime par dessus tout “prolonger” instruments de musique et objets. Sa rencontre avec le luthier sauvage Frédéric Le Junter donne naissance à un incroyable duo de chansons brutes. Depuis 1990 il réalise aussi des installations sonores et visuelles inspirées et adaptées par les lieux où elles sont exposées. Ses installations sont également des formes activables pour des concerts.
On retrouve le même type de préoccupations chez Rie Nakajima qui réagit autant à la physicalité des espaces qu’en trouvant par hasard des objets et des matériaux qu’elle motorise et place en regard de l’architecture environnante. Elle développe un intense travail de collaboration qui l’amène à montrer son travail un peu partout dans le monde avec David Toop depuis 2013, Keiko Yamamoto et le projet musical ‘O YAMA O’, David Cunningham, Miki Yui, Guy De Bièvre et Marie Roux. Elle réalise des performances avec Angharad Davies, Clive Bell, Johan Vandermaelen, Lee Patterson, Shuichi Chino, Daichi Yoshikawa, Junko Wada, Lau Nau, Phill Niblock entre autres.

https://vimeo.com/164723199

– – – –
À partir de 19h et jusqu’à 20h > restauration légère disponible.
Bar opérationnel dès l’après-midi.

– – – –
20h00 >
14 euros sur place / 12 euros prévente
(préventes en ligne > https://www.yesgolive.com/sonic-protest)

INSTANTS CHAVIRÉS
7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil
M° Robespierre (Ligne 9)

– – – –
Projection de LICO dès l’ouverture à 20h00 suivi de 4 concerts et de DJ SPIC >

– – – –
LICO : L’à-peu-près, c’est l’avenir

lico
[France]
De Bourges mais pas pour autant issu de sa célèbre école d’art, l’improbable Lico est désormais marseillais, ce qui n’est pas une raison tout à fait suffisante pour être invité à participer à Sonic Protest. C’est sa pratique particulière du glanage intensif de vidéos qui motive sa présence. Il trouve en ligne des perles qui ont la pêche et des horreurs qui piquent les yeux, et assemble le tout dans des montages rythmés 280 BPM où image et son se renvoient sans cesse la balle et nous empêchent de décrocher. Contre-points épiques, virages en épingle à cheveux et rapprochements contre-nature de séquences sont au menu de ce programme d’ouverture de la soirée, un premier set non-instrumental qui donne à voir et qui n’en n’est pas moins musical.

– – – –
SCENES FROM SALAD

scenes-from-salad
[France]
Jean-Charles Delarue aka Scenes From Salad est parisien.
Il est artiste à temps partiel mais flexible sur les heures sup’.
Né en 1980 dans le Calvados, c’est par dessous les flots  qu’il a toujours agité et dérangé la scène locale, que ce soit avec Bülanz Orgabar (feu trio hostile dans le bruit et à l’optimisme qui ne croit en rien),  Black Lagoya, son premier alias composite ou encore, avec Black Henri Leconte (dadaïstes dissidents d’Aubervilliers)…
Scenes From Salad est son nouveau projet solo et une  formule accrocheuse y est accolée :  la New Lounge Music.
Manipulation d’oscillateurs maison, mini Monotron, humeurs instables, bandes rayées, plastique, voix,  peu d’effets… sont quelques éléments pour une première définition de la NLM.
Le tout en direct et en mono.
Certains disent que c’est coloré, frustrant, assez pop et amusant.
D’autres, que ça se situe quelque part entre Eric Serra, Morton Subotnick, Nate Young et l’Arte Povera.
À chacun sa NLM.

https://soundcloud.com/scenesfromsalad
http://jeancharleslagoya.blogspot.com/
https://youtu.be/5m3EZctagg0

– – – –
GRAHAM LAMBKIN & MARK HARWOOD

mg
[UK / USA]
Duo weirdo-performance-dadart-sonore entre un Australien vivant au Royaume-Uni et un Anglais vivant aux États-Unis. On y retrouve les tenanciers de Penultimate Press et de Kye Records, deux références en termes de labels à même de publier des objets sonores non identifiés.
Harwood officie usuellement sous le nom d’Astor.
Pour Lambkin, on peut parler de ses collaborations avec Jason Lescalleet, Keith Rowe, Taku Unami ou Michael Pisaro, et du très remarquable The Shadow Ring.
Deux artistes qui se connaissent très bien et qui s’autorisent à peu près tout.
Quelques ingrédients non contractuels : musique concrète, relents folk, spoken words, field recordings lofi, action… On risque de se sentir perplexes, décontenancés, mais libres.
Et c’est ce qu’on veut.

Infos G. Lambkin : https://www.discogs.com/fr/artist/474675-Graham-Lambkin
Infos M. Harwood : http://secretthirteen.org/secret-thirteen-mix-040-mark-harwood/
http://www.the-drone.com/magazine/graham-lambkin-abersayne/
http://www.cyclicdefrost.com/2015/09/cyclic-selects-mark-harwood-astor/

– – – –
Aspec(t)

aspect

[Italie]
Jeu hyper-rapide, champ sonore ultra-étendu et cut-ups méga-aiguisés façon coups de poing au milieu de la figure, pile-poil entre les deux oreilles : Aspec(t) ! Soit le duo de SEC_ et Mario Gabola. Revox, table de mixage autophage, ordinateur, électronique faite-maison pour réagir à la lumière : ces deux chercheurs / trouveurs ne se privent d’aucune piste… sonore !
Activistes-piliers de la scène napolitaine, ils jouent ensemble depuis 2008 et un peu partout en Europe et ailleurs. Ensemble ou séparément, ils collaborent avec Jérôme Noetinger, Astma, Dave Phillips, Olivier Di Placido, Evil Moisture, Dario Sanfilippo, entre autres.

http://www.toxorecords.com/aspec(t)/
https://www.youtube.com/watch?v=9cHOovcbGgc

– – – –
MERRY CRISIS

merry-crisis
[FRANCE]
Tout jeune duo comprenant deux membres d’Astreinte (collectif de noise dantesque basé à Pau et invité à Sonic Protest en 2012), Merry Crisis bricole tel un savant fou bicéphale, la rencontre entre Alan Vega et Esplendor Geometrico. Une incantation sensuelle sur un mur de bruit. Le harsh’n’roll nouveau pour dancefloor rouillé est arrivé. L’Apocalypse en dansant.
L’écume aux lèvres et les cyber-neurones à zéro.

http://merrycrisis.bandcamp.com/album/merry-crisis
https://youtu.be/gVWJJxjJgTs

– – – –
DJ SPIC

djspicConglomérat de disc jockeys qui ne s’entendent pas.
Maladresse dans la confrontation.
Confort dans le salon.

– – – –
Une coproduction Sonic Protest / Instants Chavirés

– – – –
Retrouvez la programmation complète du festival :
http://www.sonicprotest.com/

spfly

WEEK-END IMPROVISATION
atelier pour musiciens et non musiciens
SEIJIRO MURAYAMA

Chaque année les Instants Chavirés organisent une série d’ateliers d’improvisation : 4 week-ends menés par des musiciens professionnels.

Il s’agit d’un moment de transmission via la pratique et des temps de discussions théoriques autour de l’improvisation.
Techniques étendues des instruments, exploration sonore, improvisations en solo, en duo, en ensemble. Suivre, réagir, se confronter, s’effacer, s’imposer, se taire, écouter, ressentir, jouer… Prendre en compte le corps, l’espace, le geste, l’autre, ou pas. Développer une écoute active.

Chaque artiste transmet sa propre manière d’appréhender l’improvisation à un groupe de 10 personnes.

Cet atelier, mené par Seijiro Murayama, est également ouvert à d’autres pratiques artistiques. Le groupe sera mixte et l’exploration élargie : l’improvisation au sens large, dans un espace à prendre en compte, nourri par des individus et des disciplines plurielles.

– – – –
À NOTER : chaque week-end est indépendant. Il est possible de suivre l’ensemble du cycle, ou seulement un, deux ou trois week-end.
– – – –


WEEK-END – SEIJIRO MURAYAMA
Dates : 18 & 19 mars 2017
Horaires : 11h – 18h
Participants : 15 personnes dès 16 ans (toutes pratiques artistiques confondues)

Lieu : Instants Chavirés – 7 rue Richard Lenoir, Montreuil

Tarif : 60€

– – – –

SEIJIRO MURAYAMA
percussionniste

Percussionniste et batteur japonais, Seijiro Murayama donne des concerts de musique improvisée depuis 1982 et a notamment travaillé avec des musiciens comme Fred Frith, Tom Cora, Keiji Haino, K.K.Null, et plus récemment, Jean-Luc Guionnet, Stéphane Rives..
Sa pratique se caractérise par un dévouement quasi obsessionel à l’exploitation acoustique du timbre et du volume minimal et crée ainsi, un rapport intime au microcosme sonore.

http://urojiise.wixsite.com/seijiromurayama

– –

INFORMATIONS / INSCRIPTIONS
Nina Garcia – nina[at]instantschavires.com
01 42 87 25 91

PARCOURS DÉCOUVERTE ART CONTEMPORAIN
en partenariat avec le 116 et la Maison Populaire

Ce parcours est une initiative des structures dédiées aux arts visuels de la ville de Montreuil. Elle regroupe la Maison Populaire, le 116 et les Instants Chavirés. L’enjeu de ce dispositif est de permettre aux enfants de centres de loisirs de découvrir l’art contemporain de manière ludique et pédagogique et de favoriser la circulation entre nos trois structures.
Au cours de 3 matinées, ils partiront à la rencontre de différentes œuvres, artistes, et professionnels, et pourront s’immerger dans un processus de création plastique et sonore via des ateliers.

Ce parcours se compose de trois séances. Les deux premières comprennent une visite guidée d’exposition avec un médiateur culturel, suivie d’un atelier de pratique artistique en lien avec les œuvres présentées. La troisième est une séance d’écoute, une immersion dans un monde de son avec une compositrice et intervenante.
C’est aussi l’occasion pour les participants de découvrir trois espaces culturels de leur territoire indépendamment de la sectorisation par quartier, trois formes artistiques, trois différentes façons d’aborder l’art contemporain.

Les 6, 7 et 8 FÉVRIER
Public : 3 groupes de 12 enfants – Accueils loisirs élémentaires.
Lieux :
– Maison Populaire – 9 bis rue Dombasle – Montreuil
– Le 116, centre d’art – 116 rue de Paris – Montreuil
– Les Instants Chavirés – 7 rue Richard Lenoir – Montreuil
En partenariat avec la ville de Montreuil, direction de l’Enfance – Éducation

parick-willocq-wale-asongwaka-senvole

le 116 :
VISITE :  « Marelle », une exposition conçue et coordonnée par Jean-François Chevrier et Élia Pijollet. Le titre ne donne ni le sujet ni le thème de ces présentations, il désigne une forme de jeu, et une expérience de la mobilité par essai, tâtonnement expérimental, comme l’activité artistique. Plus qu’une exposition, c’est une occasion de rencontres et une invitation adressée aux artistes et au public de Montreuil. Œuvres de Nicolas Aiello, Anaïs Ang et Thomas Dunoyer de Segonzac,  Magali Desbazeille,  Béatrice Duport, et Rémi Vinet.
ATELIER :  « Jeu urbain » À partir de photographies de bâtiments montreuillois, les enfants vont réinventer leur ville en créant une cartographie faite de collages et de dessins.
durée : 2h

MAISON POPULAIRE :
VISITE : Le premier volet du cycle « L’Autre… De l’image à la réalité », intitulé « Vers l’Autre », s’intéresse à un Autre lointain, dont le mode de vie est en voie de disparition. L’extinction effective ou programmée de nombreux peuples est le fruit des contacts qui, par le passé jusqu’à aujourd’hui, ont remis en cause des façons de vivre, ont mis en péril des sociétés. Les artistes présentés sont allés à la rencontre des derniers représentants de ces peuples aux modes de vie traditionnels. Comment présenter ces contemporains, sans les réduire à ce qu’ils ne sont plus ? Comment éviter l’écueil de l’exotisme ? Comment témoigner de l’évolution de l’Autre, de son adaptation à un monde globalisé ?
ATELIER : Les enfants seront invités à imaginer et composer une cabane imaginaire à partir de matériaux récupérés, de dessins, de guirlandes et d’autres objets qu’ils auront fabriqué. Une photographie de cette installation leur sera ensuite distribuée afin de garder une trace de leur réalisation.
durée : 2h

INSTANTS CHAVIRÉS :
SÉANCE D’ÉCOUTE : «Cinéma pour l’oreille» Ce programme n’est pas destiné à la production d’un objet, il s’agit de sauvegarder un temps consacré au seul plaisir d’écouter, de s’immerger dans un monde fait de sons, expérience à vivre seul ou à plusieurs. Aude Rabillon, compositrice, invitera les enfants à un voyage imaginaire faits de bruits à déceler.
Comme au cinéma, les auditeurs entrent, s’installent, le noir se fait, la diffusion commence. Assis ou allongés, entourés d’enceintes, ils écouteront différentes pièces, principalement de musique électroacoustique. Le son court à droite, à gauche, revient derrière, devant, tourne et repart. L’écoute peut être active, distraite, somnolente, rêveuse, intime ou partagée. Il sera mis en place des jeux sonores pour les amener de manière ludique vers une écoute plus active.
durée : 1h30

# Festival Banlieues Bleues #
METTE RASMUSSEN QUINTET
(METTE RASMUSSEN, BRANDON LOPEZ
TORBJÖRN ZETTERBERG, RAYMOND STRID,
PAUL LYTTON)

mette_rasmussen-04© Peter Gannushkin

METTE RASMUSSEN QUINTET

METTE RASMUSSEN saxophone
BRANDON LOPEZ contrebasse
TORBJÖRN ZETTERBERG contrebasse
RAYMOND STRID batterie
PAUL LYTTON batterie

(DANEMARK, SUÈDE, ROYAUME-UNI)

Héritière d’Albert Ayler comme du punk, cette jeune saxophoniste danoise est la nouvelle sensation de la scène free européenne.

Un saxophone tout seul face à deux contrebasses (Torbjörn Zetterberg et Brandon Lopez) plus deux batteries (Paul Lytton et Raymond Strid), même Coltrane n’avait pas osé. C’est pourtant le défi que se lance l’intrépide Mette Rasmussen… Véritable volcan d’énergie, la jeune altiste installée en Norvège a sculpté ses lignes de saxophone à l’écoute d’Albert Ayler, Ornette Coleman, Tim Berne ou Anthony Braxton, influences majeures auxquelles il faut ajouter un fort penchant pour l’esprit punk. Aujourd’hui elle  aimante les laborantins de l’impro, de Mats Gustafsson à Craig Taborn. Sons rocailleux, contrastes décapants, envolées enflammées : sa palette et son énergie forcent l’admiration.

– – – –
Ouverture des portes 20h30
Concert à 21h00
Plein tarif sur place : 16 EUR
Tarif réduit : 12 EUR (abonné.es Instants Chavirés, Montreuillois)
Tarif réduit : 10 EUR (Pass Dynamo, – de 26 ans, étudiants, demandeurs d’emploi et RSA.
Sur présentation d’un justificatif)

BANLIEUES BLEUES, 34ème FESTIVAL du 3 au 31 mars 2017.
Retrouvez toute la programmation sur :
https://www.banlieuesbleues.org/

Ueno Park – Manuel Adnot solo
SO-LO-LO
CLEMENT NOURRY

Ueno Park – Manuel Adnot solo

manuel-adnot
« UENO PARK »

Guitariste d’avant-garde, musicien improvisateur, compositeur, Manuel Adnot axe son travail sur une approche alternative de l’instrument qui le conduit à jouer aussi bien sur guitare nylon dite « classique » que sur une guitare à 8 cordes réalisée spécialement par le luthier Cyril Guérin. Cette dernière lui permet d’obtenir toute la tessiture à la fois d’une guitare normale et d’une guitare basse.

Créateur et leader, il est à l’initiative de nombreux projets faisant le lien entre les musiques improvisées, la Pop music et le Free-Jazz, avec des formations telles que le groupe April Fishes, le Power Jazz trio Sidony Box, le collectif d’artistes 1Name4aCrew ou le projet Métal-progressif Aeris.

Son parcours l’amène à jouer avec de grands musiciens issus à la fois:
-de la Pop (l’artiste américaine Me’Shell N’Degeocello, le bassiste gallois Pino Palladino),
-du Jazz (les musiciens français Médéric Collignon, Emile Parisien, François Corneloup, Hélène Labarrière, Sylvain Darrifourcq, François Ripoche, Sébastien Boisseau, Jean « Popov » Chevalier, Benjamin Flament, Joachim Florent et les musiciens italiens Gianluca Petrella et Luca Aquino)
-et des musiques improvisées, contemporaines ou alternatives (les musiciens américains Mike Reed et Fred Londberg-Holm et les musiciens français Noël Akchoté, Richard Pinhas, Hasse Poulsen, Will Guthrie, Toma Gouband et Yann Joussein).

Il partage ainsi la scène avec de grands noms tels que le groupe Magma qui produira un album de Sidony Box via leur label Seventh Records), le pianiste virtuose Tigran Hamasyan, le saxophoniste Guillaume Perret, le contrebassiste Dave Holland ou le power trio américain The Bad Plus.

Manuel Adnot travaille sur un projet solo tout acoustique, nommé « Ueno Park » en raison d’un lien très fort avec le Japon, avec un disque produit par Amaury Cornut (biographe de Moondog aux éditions Le mot et le reste) sur le label Tropare.
Enregistré dans un couloir, une chapelle ou en studio, le premier album de Ueno Park « Dix-mille yeux » est un carnet de voyage enregistré durant toute une année avec pour seul instrument une guitare nylon sans ampli et sans effets. Il s’agit d’un retour à l’acoustique et au rapport seul entre le corps et le bois. La musique y est totalement improvisée et s’inspire des lieux dans lesquelles elle est jouée, elle se rapproche parfois de la transe, de la musique contemporaine ou de la pop-music.

http://www.manueladnot.me/
https://tropare.bandcamp.com/releases
https://vimeo.com/173302447

– – – –
SO-LO-LO

so-lo-lo© Michael Parque

« L’effet séduction de So-lo-lo agit instantanément : si Thibault Florent préfère les chemins de traverse aux routes encombrées par le trafic des musiques prévisibles, ses pérégrinations de l’imaginaire sont à tout moment source d’un étonnement presque émerveillé. Cette musique est envoûtante et d’une beauté formelle indiscutable. »
Denis Desassis, Citizen Jazz

Guitariste et compositeur né en 1984, de culture Jazz et Musiques Improvisées, Thibault Florent n’a de cesse de développer son affinité pour les musiques actuelles et rythmiques.

Diplômé en 2007 de l’ENM Villeurbanne (69) en guitare Jazz, il se forme en parallèle au piano Jazz et à la guitare Classique.
Fort de quelques mois passés à New York, influencé par Jim Black et Marc Ducret, il fonde Singe, trio lyonnais qui s’affranchit des barrières stylistiques, à la recherche des chemins improvisés entre Jazz et Noise Rock. C’est la même année qu’il est invité à participer à la Master-Class de Marc Ducret à la cité de la musique, ainsi qu’à l’International Music Symposium à Oslo, où il aura l’occasion d’écrire une pièce pour le Norvegian Wind Ensemble.
A Lyon il goûtera au free-jazz brûlant de Tût, puis à la très grande formation dans The Very Big Touboufri Orchestra.

C’est au cours de séjours répétés à Berlin (2011-2012) qu’il développe son solo de guitare 12 cordes so-lo-lo. La guitare, légèrement préparée, devient l’instrument percussif d’une musique rythmique répétitive.

Désormais installé à Tours, il intègre en 2012 la Compagnie Du Coin, et découvre les arts de la rue, ainsi que le plaisir de travailler la musique mise en scène. Il écrit et joue dans l’Orchestre DUCOiN.
Il intègre le Capsul Collectif, d’abord avec onCaffeine, puis avec so-lo-lo dont il publiera un premier album en 2014.
Il y développe également son duo avec la harpiste Laura Perrudin. Il est également le guitariste du tentet pAn-G, mené par Aloïs Benoit et composé d’anciens membres du CNSMD de Paris.

Thibault prépare actuellement un second album de So-lo-lo et un album avec Mange Ferraille, trio Noise-Rock.

https://so-lo-lo.bandcamp.com/
https://youtu.be/ChM-mrzGYVU

– – – –
CLEMENT NOURRY

clementnourry

Haïkus soniques, madrigaux électriques et ritournelles obsédantes, Clement Nourry parcourt les fonds sous-marin avec ses 6 cordes et en ramène un album dépouillé: Under the Reefs.
Un voyage onirique avec Jim O’Rourke, John Fahey, Gesualdo et Ornette Coleman.
Clement Nourry transporte sa guitare et ses compositions aux quatre coins du monde.
Avide de grands espaces et de nouveaux horizons musicaux, il a fait de Bruxelles son port d’attache depuis 15 ans.
Il a collaboré avec des artistes tels que Marc Ribot, Ches Smith, Kris Defoort, Pierre Vandormael….
Aujourd’hui, en plus de ses projets solo, il se produit avec Joy as a Toy, Nicolas Michaux, Karim Gharbi, Yokaï, et travaille avec la chorégraphe et danseuse de Butô Anne-Laure Lamarque…

http://www.solitaryboy.net/
https://solitaryboy1.bandcamp.com/releases
https://youtu.be/N2Zy8BLRikw

– – – –
http://lachaiselestabourets.wordpress.com

Q#2017#1
CHASING BONE
JULES-VALENTIN
GRAND 8
LA FIRM
MARIE BOTTOIS
20h00 – entrée libre

q171

Les Instants Chavirés ouvrent leurs portes, pour un rendez-vous spécifique autour des musiques expérimentales développées par la scène locale. Rencontres, formations inédites, DJ7, tentatives, éléctriques, noise, improv, free, in progress, mauvaises machines, ludiques, extrêmement sérieux, try again, électroniques, invités extra locaux. Tout peut arriver.. ou pas.

RESTAURATION LÉGÈRE SUR PLACE

NB :
ouverture à 20h
début des concerts à 20h30 précises.
ENTRÉE LIBRE

– – – –
CHASING BONE

cb
Le power trio punk jazz CHASING BONE est formé de Panos Anastasiadis (guitare, composition), Giannis Grematas (batterie), musiciens grecs de la région de Thessalonique, et d’un parisien breton, Félix Masson (basse). Un son de guitare et des textures post no-wave, des mélodies tendues en équilibre instable sur trois notes, un groove ample et véloce, entre punk jazz et avant-rock, improvisation free-noise et ambient ténébreuse, énergie rythmique et audace harmonique… La musique de CHASING BONE est à la fois savamment structurée et furieusement déjantée…

https://soundcloud.com/ana-s-prosa-c
https://www.youtube.com/channel/UCtbdPT0__q3dBu3FW_n6u0A

– – – –
JULES-VALENTIN

jv
ambient guitar solo

Guitariste parisien, Jules-Valentin crée une musique visuelle et spatiale. Sa recherche s’oriente vers la construction de paysages audibles, d’ambiances sonores, inspirés par les musiques expérimentales, ambient et drone. Dans ses morceaux contemplatifs, au carrefour de l’improvisation et de la composition, se déploient des espaces sonores aussi larges, denses et mystérieux que les paysages oniriques qui habitent nos esprits.

https://julesvalentin.bandcamp.com/

– – – –
GRAND 8

grand

Duo d’improvisation minimale formé en 2015 au coeur d’une fournaise, GRAND 8 est une attraction sonore à sensations fortes.
Pour l’occasion, le duo offrira un ciné concert autour de films de la réalisatrice Maya Deren.

Jean B Machiniste
Clément LG souffleur

– – – –
LA FIRM (Fondation Imaginaire pour la Recherche Multimédia)

lafirmvisuel
Set électro improvisé et expérimental.

Avec Olivier Sens, Christelle Cloarec, Romain Raynal, Thomas Orssaud , Fabrice Michaut, Maxime Perreau.

La FIRM est un collectif de musiciens professionnels, amateurs, vidéastes, développeurs, artistes, oameurs (OAM : Objets Autonomes Manipulables).
Depuis 4 ans, ils travaillent sur une  nouvelle approche de la création numérique en mettant à disposition des artistes-créateurs des moyens technologiques originaux. En s’appropriant les nouvelles techniques d’expression Électronique et en étant avant tout chercheurs de concepts et d’idées, ils catalysent leur créativité autours de solutions live electronics innovantes.

Chercheurs, expérimentateurs, touche à tout, ils viennent à vous avec la fraicheur de l’amateur éclairé, l’expérience du musicien confirmé.

FB

– – – –
MARIE BOTTOIS

slow-ahead_01-1024x768
(Projection)

Marie Bottois nous présentera son travail dans le cadre de Rien .. Après Histoires de France partie 2, court-métrage réalisé à l’école documentaire de Lussas en 2014, Marie Bottois réalise Slow-ahead, produit par le G.R.E.C en 2015.
Les deux films explorent une forme documentaire sans parole, où le montage et le travail sonore prennent en charge une narration ténue.

Curieuse d’expérimentations visuelles et sonores, Marie Bottois est membre de l’Etna (Montreuil) et travaille également comme monteuse.

vimeo.com/mariebottois
mariebottois.tumblr.com

(concert à 16h00)
EMIR

Attention >
Ouverture à 16h00
Concert à 16h30

emir
EMIR
BARRE PHILLIPS contrebasse
CHARLES FICHAUX percussions
EMMANUEL CREMER violoncelle
PATRICE SOLETTI  guitare électrique
LAURENT CHARLES saxophones baryton et ténor
FRANÇOIS ROSSI batterie
ÉMILIE LESBROS voix
LIONEL GARCIN saxophones alto et soprano

Concert à l’occasion de la sortie du CD la Vie Est Songe, un opéra improvisé – Label NATO

Suite au grand succès de leur opéra improvisé La Vie Est Songe donné au festival Musique Action 2016, EMIR sera au grand complet pour la première fois à Paris.
Travaillant ensemble depuis 10 ans, le collectif atteint aujourd’hui un niveau de communication et de connivence très élevé.
Originaire du Sud de la France – région PACA, formé autour du Contrebassiste Barre Phillips, EMIR joue une musique de composition spontanée nourrie de la mémoire collective et des « trouvailles » du moment.

Ici, les musiciens ont pour objectif une manifestation sonore de leur place sur la planète et dans le cosmos.

EMIR n’est que musique, attention portée, regards incisifs, oreilles grandes ouverte à l’instant qui surgit, interaction naturelle et tissage in situ de textures improbables…Une formation d’improvisateurs aussi libres qu’innovants.» Joêl Pagier, Improjazz

http://www.barrephillips-emir.org

Infos bio Barre Phillips

JEAN-LUC GUIONNET, SEIJIRO MURAYAMA &
OLIVIER BENOIT (trio)
DEBORAH WALKER

jlg© Jean-Luc guionnet

JEAN-LUC GUIONNET saxophone
SEIJIRO MURAYAMA percussions
OLIVIER BENOIT guitare

Projet de pure improvisation pour trois musiciens qui travaillent l’espace, et qui partagent une extrême concentration et un attachement quasi obsessionnel à la naissance et au développement du son.

Olivier Benoît est actuellement directeur artistique de l’Orchestre National de Jazz. Il y a quelques années, il dirigeait le grand orchestre La Pieuvre et on l’a souvent entendu en duo avec Sophie Agnel… Et beaucoup d’autres.
Saxophoniste et organiste de musique improvisée et free jazz, Jean-Luc Guionnet est aussi plasticien, performeur et compositeur de musique électroacoustique.
Poly-instrumentiste, il a notamment improvisé et expérimenté avec Éric La Casa, Pascal Battus, Edward Perraud, Clayton Thomas, Will Guthrie, Claire Bergerault, Thomas Bonvalet…
Percussionniste et batteur japonais, Seijiro Murayama donne des concerts de musique improvisée depuis 1982 et a notamment travaillé avec des musiciens comme Fred Frith, Tom Cora, Keiji Haino, K.K.Null, et plus récemment, Jean-Luc Guionnet, Stéphane Rives..

– – – –

dw
DEBORAH WALKER

La violoncelliste Deborah Walker (ensemble Dedalus…) présente deux œuvres issues de la collaboration avec deux compositrices : Eliane Radigue et Pascale Criton.
L’interaction microtonale des sons constitue un point commun entre ces pièces, qui diffèrent dans leurs intentions et sources d’inspiration.
Une fresque figurant le spectre d’ondes électromagnétiques est à l’origine de l’œuvre OCCAM OCEAN de Eliane Radigue qui fait aussi référence à Guillaume d’Ockham et à son célèbre principe « le rasoir d’Ockham ».
Chaoscaccia est un voyage du geste instrumental, instable et continuel. Un script oral et inscrit que les compositrices ont construit autour de l’idée de changement – shift. Le violoncelle utilisé pour cette pièce présente un accord non-conventionnel : quatre cordes de la même hauteur, avec un seizième de ton de décalage entre chaque.

Programme :

Occam VIII
2013 – Eliane Radigue

Chaoscaccia
2012 – Pascale Criton / Deborah Walker

Infos bio Deborah Walker, Eliane Radigue, Pascale Criton

MARIE BOTTOIS

Pour ce début d’année 2017, Marie Bottois nous présentera son travail dans le cadre de Rien à voir en janvier et février. Après Histoires de France partie 2, court-métrage réalisé à l’école documentaire de Lussas en 2014, Marie Bottois réalise Slow-ahead, produit par le G.R.E.C en 2015.
Les deux films explorent une forme documentaire sans parole, où le montage et le travail sonore prennent en charge une narration ténue.

A voir entre 20h30 et 21h les 19, 26, 31 janvier et les 1er, 3, 7, 10, 14, 19 (à 16h) et 23 février 2017. Entrée libre, concerts à suivre payants.

Curieuse d’expérimentations visuelles et sonores, Marie Bottois est membre de l’Etna (Montreuil) et travaille également comme monteuse.

vimeo.com/mariebottois
mariebottois.tumblr.com
www.grec-info.com/fiche_croisement
www.grec-info.com


SLOW-AHEAD
(HD, 4/3, 19′, 2015)
réalisation : Marie Bottois
production : G.R.E.C.Les cargos progressent lentement sur la Seine. Entre les parois de métal résonnent les battements de la machine.Depuis les berges, seul l’écho lointain d’un monde inaccessible résonne.

HISTOIRES DE FRANCE PARTIE 2 (HD, 4/3,10′ 2013)
réalisation / image / son / montage : Marie Bottois
production : Ecole documentaire de Lussas

Des figures, des visages, des bribes de son radio.
L’attente du départ dans un autocar de province.