CLASSE VILLE
Feral Choir – « Chorale sauvage »
PHIL MINTON

Une semaine d’immersion aux Instants Chavirés pour une classe d’école élémentaire montreuilloise autour des musiques improvisées, expérimentales et électroacoustiques.
Le fil rouge de la semaine sera FERAL CHOIR, ou la création d’une chorale sauvage dirigée par Phil Minton.

Tous les matins les enfants exploreront différents aspects de la voix : de la note au cri en passant par le chuchotement et les résonance de la bouche.
Ils pourront développer leur propre tempérament sonore tout en s’intégrant à un travail collectif : reconnaissance des gestes de conduction, reproduction des signes, placement au sein du groupe, etc.
Les matinées seront étendues par différentes activités faisant écho à la chorale : visite de structures culturelles partenaires : la Lutherie Urbaine et la Maison Populaire ; ainsi qu’une séance d’écoute de musique électroacoustique mené par Aude Rabillon.
La semaine sera clôturée par une représentation en public.

Objectifs artistiques :
– immersion dans un processus de création artistique de l’élaboration à la représentation.
– développement de l’écoute : passer d’une écoute passive à une écoute active
– découverte des musiques improvisées et électroacoustiques.
– développement de l’expression, du jeu individuel et collectif
– développement personnel, valorisation de soi
– développement du travail collectif, du placement au sein du groupe
– liens aux enseignement fondamentaux
– découverte d’équipements culturels du territoire

– – – –
Du 23 au 27 janvier 2017
Intervenant : Phil Minton, vocaliste, musicien
Module : 20h30
Participants : une classe d’école élémentaire montreuilloise
Lieu : Instants Chavirés
Avec le financement du service Éducation de la ville de Montreuil, dispositif « Classe Ville ».
– – – –

minton

PHIL MINTON
www.philminton.co.uk
Vocaliste inclassable parmi les inclassés, le britannique Phil Minton  chante, parle, murmure et grogne. Il s’est engagé dans les territoires de l’expérimentation vocale dans les années 70 et a depuis participé de manière essentielle au développement des musiques improvisées en Europe.
Ses enregistrements en solo sont d’abord publiés au début des années 1980 par Rift, le label du guitariste Fred Frith. Il travaille depuis avec quantités d’improvisateurs (Roger Turner, John Butcher, Sophie Agnel, Veryan Weston…) et il est biensûr membre fondateur de Roof (avec Tom Cora, Luc Ex, Michael Vatcher) puis de 4 Walls.

FERAL CHOIR est une série d’ateliers vocaux pour non professionnels menant à un concert public. L’enjeu est d’amener les participants à expérimenter et explorer toutes les possibilités de la voix au travers d’exercices et d’improvisations. « Quiconque peut respirer, est capable de produire des sons qui apportent une contribition esthétique positive à la condition humaine, et beaucoup de
ces contributions sont détachées de toute influence ou référence culturelles ». Cette expérience est menée régulièrement depuis la fin des années 80 avec des adultes, des enfants ou des publics spécifiques, dans différents pays : France, Royaume Uni, Japon, Brésil, Australie, États Unis, Suisse, Norvège, Allemagne, Hollande, etc.

 

WEEK-END IMPROVISATION
atelier d’improvisation tout instrument
PHIL MINTON

Chaque année les Instants Chavirés organisent une série d’ateliers d’improvisation : 4 week-end menés par des musiciens professionnels.

Il s’agit d’un moment de transmission via la pratique et des temps de discussions théoriques autour de l’improvisation musicale.
Techniques étendues des instruments, exploration sonore, improvisations en solo, en duo, en ensemble. Suivre, réagir, se confronter, s’effacer, s’imposer, se taire, écouter, ressentir, jouer… Prendre en compte le corps, l’espace, le geste, l’autre, ou pas. Développer une écoute active.

Chaque musicien transmettra sa propre manière d’appréhender l’improvisation à un groupe de 10 personnes.

– – – –
À NOTER : chaque week-end est indépendant. Il est possible de suivre l’ensemble du cycle, ou seulement un, deux ou trois week-end.
– – – –


WEEK-END – PHIL MINTON
Dates : 28 et 29 janvier 2017
Horaires : 14h30 – 18h30
Participants : 10 personnes dès 16 ans (musiciens tout instruments)

Lieu : Instants Chavirés – 7 rue Richard Lenoir, Montreuil

Tarif : 60€

– – – –

PHIL MINTON

minton

Vocaliste inclassable parmi les inclassés, le britannique Phil Minton  chante, parle, murmure et grogne. Il s’est engagé dans les territoires de l’expérimentation vocale dans les années 70 et a depuis participé de manière essentielle au développement des musiques improvisées en Europe.
Ses enregistrements en solo sont d’abord publiés au début des années 1980 par Rift, le label du guitariste Fred Frith. Il travaille depuis avec quantités d’improvisateurs (Roger Turner, John Butcher, Sophie Agnel, Veryan Weston…) et il est biensûr membre fondateur de Roof (avec Tom Cora, Luc Ex, Michael Vatcher) puis de 4 Walls.

– –

INFORMATIONS / INSCRIPTIONS
Nina GARCIA – nina[at]instantschavires.com
01 42 87 25 91

Q#2016#8
SPRING CATHEDRAL
EX-PI/UBXXX
ALEXANDREDAVIDGABRIEL
LA PETITE-PAIRE DES PEUPLES
DJFPICHAR

qdec

Q#2016#8

Les Instants Chavirés ouvrent leurs portes, pour un rendez-vous spécifique autour des musiques expérimentales développées par la scène locale. Rencontres, formations inédites, DJ7, tentatives, éléctriques, noise, improv, free, in progress, mauvaises machines, ludiques, extrêmement sérieux, try again, électroniques, invités extra locaux. Tout peut arriver.. ou pas.

RESTAURATION LÉGÈRE SUR PLACE

NB :
ouverture à 20h
début des concerts à 20h30 précises.
ENTRÉE LIBRE

– – – –
LA PETITE-PAIRE DES PEUPLES

la-petite-paire-des-peuples

dub non dub cassettes mix chanson   tj pont-saucisse meets la banque de jeu de pharaon (fr/iran/america/kingstown) no lagos ashoura
gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras
gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras gras
gras gras gras gras gras gras gras gras
gras gras gras gras
gras

– – – –
SPRING CATHEDRAL

rognage

La sècheresse Batterie/Guitare/Chant.
Formats chansons mais pas que.
Crier mais pas que.
Threesome mais pas que.

– – – –
EX-PI/UBXXX

ubxxx

Les frères Pagier aiment le bruit.
Qui avec sa basse + sa trousse à pédales, qui avec sa briefcase
cachant un dispositif dont il détient le secret.
L’un fut vu notamment chez DARFOUR ou GAZA X, le second malmène sa guitare dans le trio de free-noise/jazz URGE.
JZ/N_J

– – – –
ALEXANDREDAVIDGABRIEL

10535719_691534374272126_5672858459690866599_o

Découvert à travers sa participation au groupe parisien La Ligne Claire (Bruit Direct), Alexandre Kouklia s’essaye depuis plusieurs années aux enregistrements et concerts en solo.
Il utilise des instruments pétris de ses propres mains, pour créer des moments de poésie brute arrachés à la vie quotidienne, tel le sanglot d’un ventilateur d’ordinateur dans un tube en plastique biaisé, ou le cri infini d’une guitare en bois s’auto-amplifiant dans la nuit d’une grande ville.

– – – –
DJFPICHAR

pic

Comme à son habitude, se localisera à la billetterie pour cette soirée où il n’y pas de billetterie.
Plastique et maîtrise du mix.

 

LA HONTE
DAMIEN SCHULTZ
TAULE

Une soirée à vocation artistique et grotesque >

Ouverture 20h00
Concert 20h30 précises.
Tarif unique sur place 10 euros.

LA HONTE

honte

(Rennes)
« Ancien Headwar et actuel Merde Fantôme, adepte du nuke et des années 80dus : comme un coup de surin dans ton oreille bb. »
« Larsen et arsenique, sauvagerie sociale et musicale, Taule c’est le QHS avec des synthés. »

https://soundcloud.com/la-honte

– – – –
DAMIEN SCHULTZ

ds
(Paris)
La poésie sonore c’est le passé, d’ailleurs Bernard Heidsieck est mort. Damien Schultz est vivant, Damien Schultz est l’avenir du passé. »
« Il parle beaucoup, il parle vite, il parle trop, il s’accumule, il s’emballe, il s’énerve tout seul, il sue, il est en transe, il se répète, il se répète, il se répète. »
« Just him with a microphone and his lyric sheets turning into some trancelike speech-monster pacing an incredible speed with his mouth. No effects, no sampling », a dit de lui Sudden Infant.
« Avec El-G, ils élaborent des spectacles d’improvisation comico-absurdes et aussi des films : https://vimeo.com/user4396457« 

– – – –
TAULE

taul
(Amiens)
« Ancien Headwar et actuel Merde Fantôme, adepte du nuke et des années 80dus : comme un coup de surin dans ton oreille bb. »
« Larsen et arsenique, sauvagerie sociale et musicale, Taule c’est le QHS avec des synthés. »

https://taule.bandcamp.com/releases

– – – –
Résumé >
/ Poésie sonore, synth-wave, indus tribale
/ la nouvelle variété française brandit bien haut le drapeau bleu-blanc-merde

https://soundcloud.com/chansonfrancaisedegeneree/sets/chansonfrancaisedegeneree16
http://chansonfrancaisedegeneree.tumblr.com

Flyer >

cdpdec

# REFLEXIO #
# Conférence #
MATHIEU COPELAND
18h à L’Université Paris 8, St-Denis

Cycle de conférences
musiques expérimentales / arts sonores
(Octobre 2016 > avril 2017)

ref

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit.

Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offriront à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviendront autant d’échos d’échos. Des usages de la voix dans l’art contemporain à l’écoute en ligne, en passant par les musiques d’attente téléphonique, les enjeux actuels des sound studies, le détournement des dispositifs électroniques du quotidien, l’indifférence à la musique, la saturation, ou encore l’apport du son dans la scénographie conceptuelle, ces conférences aborderont quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores, les musiques expérimentales et les sound studies.

Avec des interventions de : Nina Katchadourian, Jonathan Sterne, Anne-Lou Vincente et Raphaël Brunel, Dominique Petitgand, Andy Guhl, Thibault Walter, Peter Szendy & Stéphan-Éloïse Gras,  Mathieu Copeland.

Ce cycle est organisé en partenariat entre l’université Paris 8, les Instants Chavirés et la Philharmonie.

Cycle dirigé par MATTHIEU SALADIN.

En accès libre et ouvert à tous.

mercredi 29 mars 2017 à 18h00
Université Paris 8
Réservation obligatoire par mail :
matthieu.saladin @ univ-paris8.fr

NB :
cette conférence a lieu à l’Université Paris 8
2, rue de la Liberté
93526 Saint-Denis
Métro Saint-Denis Université.
SALLE A1-175

– – – –
MATHIEU COPELAND
“Une matérialité re-matérialisée – des expositions à être entendues”

 

Envisageant ces séries d’expositions parlées, ces rétrospectives parlées, ces expositions à être lues, tout autant que la possibilité de bande-son pour une exposition (Soundtrack for an Exhibition) ou d’expositions où le son produit est explosé à l’échelle de l’institution, cette conférence se propose d’explorer, au travers d’une architecture sensible uniquement construite par le son (par un ensemble de ses matérialités – le mot parlé, la polyphonie, la chanson, le chœur, l’enregistrement ou le mot même…), l’écoute et l’environnement de sons ainsi remasterisés par l’exposition, une réalité re-matérialisée.

Mathieu Copeland (né en 1977, vit à Londres) cultive une pratique curatoriale cherchant à subvertir le rôle traditionnel des expositions et à en renouveler nos perceptions. Il a notamment été co-commissaire de l’exposition « Vides, une rétrospective » au Centre Pompidou à Paris et à la Kunsthalle de Berne, et a organisé de nombreuses expositions dont « Soundtrack for an Exhibition », « Alan Vega » et « Gustav Metzger » au musée d’art contemporain de Lyon, « Une Mandala Mentale » au MUAC de Mexico City, ou encore « Une exposition chorégraphiée » à la Kunsthalle de Saint-Gall et à la Ferme du Buisson à Noisiel. Il a initié les séries « Reprises », « Expositions Parlées », et « Expositions à être lues », toutes présentées en 2013 au MoMA, New York. Il a été récemment commissaire invité au Musée du Jeu de Paume, Paris (2013-14), et, avec Philippe Decrauzat, commissaire invité au Plateau – FRAC Ile-de-France Paris (2014-15). Il a publié l’anthologie manifeste Chorégraphier l’exposition (Les Presses du Réel, 2013), et réalisé « L’exposition d’un film », une exposition comme long-métrage. Ces prochains ouvrages incluent Gustav Metzger, écrits 1953-2016 (Les Presses du Réel, 2016) et L’Anti-Musée (Walter Konig Editions, 2016).

Accès :


Métro ligne 13 : station Saint Denis université
Entrée dans l’université ( signalée par le panneau « entrée)
Dans le hall prendre à gauche et la passerelle. ( escalator montant)
Au bout de la passerelle redescendre l’escalator
Arrivée dans le hall du bâtiment au RDC

– – – –

logconfs

en partenariat avec Revue & Corrigée
http://www.revue-et-corrigee.net/

# REFLEXIO #
# Conférence #
STÉPHAN-ÉLOÏSE GRAS & PETER SZENDY
18h aux Instants Chavirés

Cycle de conférences arts sonores et sound studies, organisé par l’université Paris 8, les Instants Chavirés et la Cité de la musique-Philharmonie de Paris
octobre 2016 – avril 2017

ref

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit.

Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offriront à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviendront autant d’échos d’échos. Des usages de la voix dans l’art contemporain à l’écoute en ligne, en passant par les musiques d’attente téléphonique, les enjeux actuels des sound studies, le détournement des dispositifs électroniques du quotidien, l’indifférence à la musique, la saturation, ou encore l’apport du son dans la scénographie conceptuelle, ces conférences aborderont quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores, les musiques expérimentales et les sound studies.

Avec des interventions de : Nina Katchadourian, Jonathan Sterne, Anne-Lou Vincente et Raphaël Brunel, Dominique Petitgand, Andy Guhl, Thibault Walter, Peter Szendy & Stéphan-Éloïse Gras,  Mathieu Copeland.

Cycle dirigé par MATTHIEU SALADIN.

En accès libre et ouvert à tous.
mercredi 22 mars 2017 à 18h
Instants Chavirés
accès libre sans réservation

NB :
cette conférence a lieu dans la salle de concert des Instants Chavirés
7 rue Richard Lenoir
93100 Montreuil
M° Robespierre

STÉPHAN-ÉLOÏSE GRAS & PETER SZENDY
“Lignes d’écoute – écoute en ligne”

 

Le n° 6 de la revue Transposition, consacré à la double question de l’écoute en ligne et des lignes d’écoute, interroge la façon dont nos oreilles d’aujourd’hui sont déterminées, configurées par le tournant du sonore vers le tout-numérique et le streaming. Il s’agit notamment de prendre la mesure des conséquences de ce tournant sur la diffusion de la musique, la perception de la voix, les formats d’encodage ou encore la structure des programmes radiophoniques. Mais il s’agit aussi d’inscrire ce tournant dans une histoire des lignes de conduite auditives. Écouter n’est jamais neutre : il y a des politiques de l’écoute.

Peter Szendy est maître de conférences au département de philosophie de l’université de Paris Ouest Nanterre et conseiller musicologique pour les programmes de la Philharmonie de Paris. Il est notamment l’auteur de : Tubes. La philosophie dans le juke-box (Éditions de Minuit, 2008) ; Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Éditions de Minuit, 2007) ; Membres fantômes. Des corps musiciens (Éditions de Minuit, 2002) ; Écoute, une histoire de nos oreilles (préface de Jean-Luc Nancy, Éditions de Minuit, 2001).

Stéphan-Éloïse Gras est docteure en Sciences de l’Information et de la Communication au GRIPIC CELSA – Paris Sorbonne ainsi qu’en Philosophie esthétique au LLCP – Paris 8. Elle s’intéresse aux approches critiques des médias numériques et plus généralement au régime contemporain de la sensorialité à partir d’une analyse de l’écoute musicale sur Internet. Sa thèse est publiée sous le titre Machines du goût et écoute en ligne (à paraître, Hermann). Elle prépare également un ouvrage aux éditions de la Philharmonie de Paris sur les « Webophonies », ces petits objets sonores du Web qui peuplent nos écoutes infra-ordinaires.

logconfs

# REFLEXIO #
# Conférence #
THIBAULT WALTER
18h aux Instants Chavirés

Cycle de conférences arts sonores et sound studies, organisé par l’université Paris 8, les Instants Chavirés et la Cité de la musique-Philharmonie de Paris
octobre 2016 – avril 2017

ref

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit.

Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offriront à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviendront autant d’échos d’échos. Des usages de la voix dans l’art contemporain à l’écoute en ligne, en passant par les musiques d’attente téléphonique, les enjeux actuels des sound studies, le détournement des dispositifs électroniques du quotidien, l’indifférence à la musique, la saturation, ou encore l’apport du son dans la scénographie conceptuelle, ces conférences aborderont quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores, les musiques expérimentales et les sound studies.

Avec des interventions de : Nina Katchadourian, Jonathan Sterne, Anne-Lou Vincente et Raphaël Brunel, Dominique Petitgand, Andy Guhl, Thibault Walter, Peter Szendy & Stéphan-Éloïse Gras,  Mathieu Copeland.

Cycle dirigé par MATTHIEU SALADIN.

En accès libre et ouvert à tous.
mercredi 8 mars 2017 à 18h
Instants Chavirés

NB :
cette conférence a lieu dans la salle de concert des Instants Chavirés
7 rue Richard Lenoir
93100 Montreuil
M° Robespierre

THIBAULT WALTER
“Indifférent à la musique”

Lindifférent à la musique, celui qui n’a pas le sens de la musique, et celui qui est contre la musique. Pour Adorno et sa typologie des auditeurs, il correspond au 7ème et dernier type : « le degré zéro de l’écoute musicale » sur l’échelle normative de cette sociologie pionnière de la musique. Aujourd’hui, en neurosciences, ce type d’auditeurs fait l’objet d’une attention minutieuse en tant que trouble acquis ou congénital, non loin de l’idée d’une « disposition naturelle » – ce « convenu bourgeois » qu’attaquait Adorno. Cette intervention propose de réfléchir à cette indifférence à la musique par la description de mises en forme collectives d’une écoute selon l’hypothèse plus générale que des pratiques de musicalisation (en sociologie comme en neurosciences de la musique) verrouilleraient ensemble l’évidence de la notion de musique.

Après un doctorat sur les théologies du son en musiques expérimentales, Thibault Walter, né en 1978, est actuellement chercheur post doc (FNS) en études de l’auralité. Dans ce cadre, il mène une enquête de terrain sur les pratiques neuroscientifiques de l’amusie congénitale. En étroite relation avec ses activités ethnographiques, il dirige la programmation musicale du LUFF (Lausanne Underground Film & Music Festival) depuis la création du festival en 2002 et co-dirige la collection Rip on/off qui publie chaque année depuis 2008 une traduction des textes inédits en français d’un artiste sonore.

logconfs

# REFLEXIO #
# Conférence #
ANDY GUHL
18h aux Instants Chavirés

Cycle de conférences arts sonores et sound studies, organisé par l’université Paris 8, les Instants Chavirés et la Cité de la musique-Philharmonie de Paris
octobre 2016 – avril 2017

ref

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit.

Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offriront à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviendront autant d’échos d’échos. Des usages de la voix dans l’art contemporain à l’écoute en ligne, en passant par les musiques d’attente téléphonique, les enjeux actuels des sound studies, le détournement des dispositifs électroniques du quotidien, l’indifférence à la musique, la saturation, ou encore l’apport du son dans la scénographie conceptuelle, ces conférences aborderont quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores, les musiques expérimentales et les sound studies.

Avec des interventions de : Nina Katchadourian, Jonathan Sterne, Anne-Lou Vincente et Raphaël Brunel, Dominique Petitgand, Andy Guhl, Thibault Walter, Peter Szendy & Stéphan-Éloïse Gras,  Mathieu Copeland.

Cycle dirigé par MATTHIEU SALADIN.

En accès libre et ouvert à tous.
mercredi 22 février à 18h
Instants Chavirés
accès libre sans réservation

NB :
cette conférence a lieu dans la salle de concert des Instants Chavirés
7 rue Richard Lenoir
93100 Montreuil
M° Robespierre

ANDY GUHL
“Combinaison hardware, piratage et circuit bending depuis 1965”

La pratique d’Andy Guhl combine des appareils électroniques issus de la vie quotidienne pour produire des sons qui semblent n’avoir plus, ou pas encore d’utilité dans le monde d’aujourd’hui. Au cours de cette intervention, des extraits sonores seront joués et expliqués en direct, transposant des idées acoustiques dans les champs aussi bien optique, qu’électronique et magnétique. L’association en direct de dispositifs optiques et de sons électroniques permettra de révéler leurs multiples interactions, mais aussi leur synchronicité et asynchronicité.

Andy Guhl est artiste sonore et un des pionniers de la musique électronique expérimentale européenne. Il a été membre du duo Voice Crack et du groupe Poire_Z, et représente aujourd’hui une influence majeure pour plusieurs générations d’artistes et de musiciens des scènes noise et underground. Il a présenté son travail dans plus de vingt pays (concerts, expositions, festivals). Il mène régulièrement des workshops et donne des conférences à l’université et dans des écoles d’art.

logconfs

# REFLEXIO #
# Conférence #
DOMINIQUE PETITGAND
18h à la Cité de la musique-Philharmonie de Paris

Cycle de conférences arts sonores et sound studies, organisé par l’université Paris 8, les Instants Chavirés et la Cité de la musique-Philharmonie de Paris
octobre 2016 – avril 2017

ref

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit.

Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offriront à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviendront autant d’échos d’échos. Des usages de la voix dans l’art contemporain à l’écoute en ligne, en passant par les musiques d’attente téléphonique, les enjeux actuels des sound studies, le détournement des dispositifs électroniques du quotidien, l’indifférence à la musique, la saturation, ou encore l’apport du son dans la scénographie conceptuelle, ces conférences aborderont quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores, les musiques expérimentales et les sound studies.

Avec des interventions de : Nina Katchadourian, Jonathan Sterne, Anne-Lou Vincente et Raphaël Brunel, Dominique Petitgand, Andy Guhl, Thibault Walter, Peter Szendy & Stéphan-Éloïse Gras,  Mathieu Copeland.

Cycle dirigé par MATTHIEU SALADIN.

En accès libre et ouvert à tous.

mercredi 7 décembre 2016
Séance à la Cité de la musique-Philharmonie de Paris, salle des colloques
(bâtiment Cité de la musique, 5è étage, voir le plan d’accès ci-dessous)
221 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris

DOMINIQUE PETITGAND
“Le bout de la langue, installations sonores”

Depuis 1992, Dominique Petitgand réalise des pièces sonores, où les voix, les bruits et les silences construisent des micro-univers où l’ambiguïté subsiste en permanence entre un principe de réalité (l’enregistrement de paroles) et une projection dans une fiction possible, hors contexte et atemporelle. Il définit ses œuvres comme des récits et des paysages mentaux. L’utilisation exclusive du son le place dans un territoire singulier qui concerne différentes disciplines artistiques : il diffuse ses oeuvres au cours de séances d’écoute, sur disques mais surtout lors d’expositions, sous la forme d’installations sonores dans lesquelles le dispositif de diffusion des sons, adapté aussi bien à la particularité des espaces investis qu’à l’œuvre diffusée et au récit lui-même, propose à chaque auditeur une expérience plurielle et ouverte.

Dominique Petitgand montre régulièrement son travail en France et à l’étranger, dans des galeries, des centres d’art, des musées. Il a publié une dizaine de disques (Mon possible, Le bout de la langue, Le point de côté, Le sens de la mesure…) et plusieurs ouvrages et monographies autour de sa pratique d’écoute et de création sonore (Les liens invisibles, Sommeil léger, Installations (documents), Notes, voix, entretiens, Textes/sons…).

 Accès

planph

logconfs

http://philharmoniedeparis.fr/fr

# REFLEXIO #
# Conférence #
ANNE-LOU VICENTE & RAPHAËL BRUNEL
18h à L’Université Paris 8, St-Denis

Cycle de conférences
musiques expérimentales / arts sonores
(Octobre 2016 > avril 2017)

ref

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit.

Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offriront à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviendront autant d’échos d’échos. Des usages de la voix dans l’art contemporain à l’écoute en ligne, en passant par les musiques d’attente téléphonique, les enjeux actuels des sound studies, le détournement des dispositifs électroniques du quotidien, l’indifférence à la musique, la saturation, ou encore l’apport du son dans la scénographie conceptuelle, ces conférences aborderont quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores, les musiques expérimentales et les sound studies.

Avec des interventions de : Nina Katchadourian, Jonathan Sterne, Anne-Lou Vincente et Raphaël Brunel, Dominique Petitgand, Andy Guhl, Thibault Walter, Peter Szendy & Stéphan-Éloïse Gras,  Mathieu Copeland.

Ce cycle est organisé en partenariat entre l’université Paris 8, les Instants Chavirés et la Philharmonie.

Cycle dirigé par MATTHIEU SALADIN.

En accès libre et ouvert à tous.

mercredi 23 novembre 2016 à 18h00
Université Paris 8
Réservation obligatoire par mail :
matthieu.saladin @ univ-paris8.fr

NB :
cette conférence a lieu à l’Université Paris 8
2, rue de la Liberté
93526 Saint-Denis
Métro Saint-Denis Université.
SALLE A1-175

– – – –
ANNE-LOU VICENTE & RAPHAËL BRUNEL
“La parole à l’oeuvre (médias et messages)”

Oscillant entre commentaire et récit, incarnation et dématérialisation, la parole est susceptible de constituer le mode d’apparition de l’œuvre et d’en assurer la transmission, que celle-ci soit directe, différée ou dissociée. L’« œuvre parlée » sera ici envisagée à travers différents canaux de diffusion de la voix et autres interfaces médiatiques — du corps humain à l’audioguide en passant par la radio — convoquant notamment les figures du conteur, du guide-conférencier ou du bonimenteur. Si elle contribue à la production de discours et savoirs, la parole participe également d’une énonciation et d’une mise en circulation d’un contenu préexistant, constituant ainsi l’expression, plus ou moins scénarisée, d’une interprétation, d’une adaptation et/ou d’une transposition singulières.

Anne-Lou Vicente et Raphaël Brunel sont critiques d’art et commissaires d’exposition indépendants. Ils ont fondé VOLUME, revue d’art contemporain sur le son semestrielle et bilingue dont ils ont dirigé la publication de 2010 à 2014. Dans la continuité de VOLUME et de leurs recherches autour des liens entre son et arts plastiques, ils ont fondé et co-dirigent la plateforme éditoriale et curatoriale What You See Is What You Hear.

Accès :


Métro ligne 13 : station Saint Denis université
Entrée dans l’université ( signalée par le panneau « entrée)
Dans le hall prendre à gauche et la passerelle. ( escalator montant)
Au bout de la passerelle redescendre l’escalator
Arrivée dans le hall du bâtiment au RDC

– – – –

logconfs

en partenariat avec Revue & Corrigée
http://www.revue-et-corrigee.net/