samedi 14 septembre 2013

L’AUDIBLE FESTIVAL
à L’ÉCHANGEUR & au LULL (Bagnolet)
à partir de 14h30
#3

L’Audible Festival
3ème édition

jeudi 12 septembre aux Instants Chavirés
vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 septembre à L’Échangeur
samedi 14 et dimanche 15 septembre au LULL
(Bagnolet).

diffusions / concerts / projections
musique électroacoustique

L’écho est la voix de l’invisible. Les vivants ne voient pas les morts dans le jour. Tandis qu’ils les voient la nuit dans les songes. Dans l’écho, l’émetteur ne se rencontre pas. C’est le cache-cache entre le visible et l’audible.
Pascal Quignard, « La haine de la musique »

Dès qu’il est enregistré – fixé sur un support – le son résonne comme autre chose que lui-même.
La musique concrète – pour conserver le terme générique de Pierre Schaeffer – a ce pouvoir de couper l’auditeur de la source de l’émission via le haut-parleur. Face à cette boîte noire qui agit comme une oreille inversée, c’est un monde où tout est possible qui s’ouvre à l’auditeur.
On connait les usages relaxants (musique new age ou d’ambiance dans les lieux publics ou chez certains praticiens de médecine douce) ou plus agressifs (canon sonique pour disperser les manifestants ou hautes fréquences pour déranger les sdf) des ondes sonores, on connaît aussi les voyages du shaman transporté par la frappe de son tambour, ou la chute des murs de Jéricho sous l’impact des trompes.
Il est clair que le son agit sur notre corps et notre espace entiers.
On peut aussi jouer de ce constat pour construire le bonheur de l’écoute et le plaisir de l’auditeur.

L’audible 2013 veut revenir à ce fondamental de la musique concrète à travers un programme qui comme les années précédentes alliera commandes (eRikm, SEC_), diffusions, lives et compositeurs invités.

Beatriz Ferreyra et Hanna Hartman ont l’art de la métamorphose, elles fabriquent des objets complexes à partir de multiples sources.
Yanik Miossec et Thierry Madiot avec le projet Phonoscopie, créent un dispositif immersif pour 6 auditeurs dans lequel le rapport d’écoute va du très intime au très lointain en passant par le local.
Carl-Michael von Hausswolff comme Florian Hecker renversent nos critères de perception dans une recherche de fréquences hallucinogènes.
John Duncan et Jean-François Laporte nous immergent dans une vibration continue avant atomisation.
Bernard Fort et Jean-Luc Guionnet fabriquent des images fractales.
« Hymnen » (1966-67) de Karlheinz Stockhausen nous emmène dans un pays imaginaire construit à partir de tous les hymnes du monde.
Art du support, la musique concrète entretient de nombreux rapports avec le cinéma (les premières œuvres sonores viennent d’ailleurs de cinéastes tels Dziga Vertov ou Walter Ruttmann) et nous essayerons d’en montrer aussi les échos.

Notez que cette année, le festival s’étend sur 4 jours et non plus 3, avec une soirée d’ouverture le jeudi 12 septembre aux Instants Chavirés. Également, un nouveau lieu partenaire du festival : Le LULL à la même adresse que le Théâtre L’Échangeur !

Bon festival !

– – – –

Un programme conçu par Jérôme Noetinger et les Instants Chavirés.
Produit par les Instants Chavirés en partenariat avec L’Échangeur, Motus,
avec la participation de La Lutherie Urbaine ;
avec la complicité de Revue & Corrigée et  Metamkine.

– – – –

Tarifs :
12 euros plein tarif sur place
10 euros prévente, abonnés Instants Chavirés & Échangeur / montreuillois.
(Prévente en ligne via https://fr.yesgolive.com/instants-c…)
40 euros pass 4 jours
(donne droit à 10% de réduction sur le stand Metamkine)

– – – –
consulter la programmation des 12, 13 & 15 septembre.
– – – –

 : : :
programmation
SAMEDI 14 SEPTEMBRE

 : : :

– – – –
au LULL  / Lutherie Urbaine Le Local à partir de 14h30 >
– – – –

Le LULL, Lutherie Urbaine Le Local
59, avenue du Général de Gaulle 93170 BAGNOLET
M°Gallieni, 01 43 63 85 42
http://www.lutherieurbaine.com/

PHONOSCOPIE (France)
THIERRY MADIOT & YANIK MIOSSEC

6 séances par jour les 14 et 15 septembre

samedi 14 :
-14h30-15h00-19h00-19h30-20h00-21h30

dimanche 15 :
-14h30-15h00-15h30-19h00-19h30-20h30

6 auditeurs par séance (durée env 13 min)
réservation auprès des Instants Chavirés  au 01 42 87 25 91

Entre massages sonores et mini-concert sur acousmonium de poche, Phonoscopie est un dispositif immersif pour six auditeurs, une installation instrumentale activée par deux interprètes-luthiers, Thierry Madiot et Yanik Miossec, désireux de proposer un rapport d’écoute allant du très intime au très lointain en passant par le local. Sans privilégier aucune de ces strates, Phonoscopie profite des richesses offertes par les possibilités de superposition ou de fragmentation de ces plans sonores. Hérité de la pratique des Massages Sonores, Phonoscopie utilise les propriétés sonores des objets du quotidien : chaque main se déplace du plus près des oreilles (échelle de l’intime) en parfaite stéréo, autour de la tête, d’une sphère auditive de 50 cm de diamètre à un éloignement d’un peu plus d’un mètre (échelle du local).
Dans ce cadre précis, Thierry Madiot et Yanik Miossec travaillent également la diffusion mobile de sons enregistrés au travers de haut-parleurs, d’écouteurs, de haut-parleurs suspendus, de dictaphones, smartphones (application dédiée développée pour le projet), autant d’éléments qui, tenus dans les mains des artistes, peuvent être déplacés autour des oreilles des auditeurs et deviennent des sources sonores mobiles. Le dispositif est complété avec des vibreurs fixés sous les sièges qui agissent sur le corps par conduction osseuse. Cette recomposition des échelles de la perception sonore et celle des couleurs prises par chaque son, en fonction du mode et du lieu de diffusion, donnent l’occasion à chaque auditeur d’agir uniquement par son écoute. L’intérêt ne réside plus en la virtuosité du musicien, en l’oreille du compositeur ou du savoir faire du producteur mais bien en l’action de l’auditeur qui suit son propre chemin au sein du paysage sonore immersif. A mi-chemin entre les formes du concert et de l’installation sonore, Phonoscopie propose une expérience sensorielle déroutante.

http://muzzix.info/Phonoscopie
http://www.sonicprotest.com/

Phonoscopie est une co-production Sonic Protest, Muzzix & la Gaité Lyrique avec le soutien du DICRéAM et de la DRAC Île-De-France.

– – – –
à L'Échangeur à 15h >
– – – –

59 Avenue du Général de Gaulle
93170 Bagnolet
m°Gallieni
01 43 62 71 20
[accès]
– – – –

15h30 > séance d’écoute

Cinéma pour l’oreille

La collection de mini-CDs «Cinéma pour l’oreille» du label Metamkine se consacre entièrement et exclusivement à la musique concrète.
Cette nouvelle musique née des expériences de studio de Pierre Schaeffer en 1948 existe grâce aux possibles de l’enregistrement et du son fixé. Ses champs esthétiques sont larges et multiples. Le but de cette collection est de les mettre en avant à travers :
– Des commandes (Jim O’Rourke, Zbigniew Karkowski, Bernhard Günter…)
– Des pièces historiques («Tabou» de Michèle Bokanowski, «Weekend» de Walter Ruttmann, «Unheimlich schön» de Luc Ferrari, «Biogenesis» de Eliane Radigue…)
– Des nouveaux compositeurs (premiers disques de Lionel Marchetti, Maurizio Martusciello, Jean-François Laporte, Alain de Filippis…)

La collection a existé pendant 10 ans de 1992 à 2002 et compte 30 titres à son catalogue.

Les trois pièces sélectionnées pour l’Audible 2013 joue sur l’idée de geste et de présence humaine dans un monde abstrait.
Instrument de musique devenant matière organique sous les mains de l’instrumentiste chez Bertrand Dubedout.
Trajet de RER qui devient matière poétique et cinématographique chez Christian Zanési.
Enregistrements d’extérieurs confrontés à des rythmiques mécaniques chez Alain De Filippis.

BERTRAND DUBEDOUT «Aux lampions» (1981 / 18’09)
CHRISTIAN ZANESI «Grand bruit» (1990 / 20’45)
ALAIN DE FILIPPIS «Ton dieu ne s’appelle-t-il pas EGO ?» (1993 / 15’03)

– – – –

17h > séance d’écoute & projections

Ce programme alternera courts-métrages expérimentaux et musiques concrètes pour montrer les liens qui existent entre ces arts du support.

KIKO ESSEIVA «Sous les étoiles» (2004-2007) 12’50
Kiko Esseiva fait partie de la nouvelle génération des compositeurs de musique électroacoustique. Dans ses pièces riches et intrigantes il n’hésite pas à mêler instruments de sa fabrication, fieldrecording, et utilisation de divers corps sonores. Des compositions à mi-chemin entre noise et paysage sonore. http://tiltrecordings.org/kiko_esseiva.htm

FAILING LIGHTS «Revealing Scene» & «Serve in Silence» (2010) 13’00
Figure emblématique de la scène noise américaine (Wolf Eyes / Hair Police) Mike Connelly opère en solo sous le nom Failing Lights. Après avoir glané des sons au fil de ses tournées, il livre ici une musique atmosphérique, minutieuse, dense ; « d’une beauté sombre ».
http://www.intransitiverecordings.com/artists/failing-lights/

MARTIAL BÉCHEAU «État modifié de conscience» (2012) 19’44
Martial Bécheau est un ovni dans le paysage électroacoustique français, plus proche de Jean Dubuffet que de Pierre Schaeffer. ‘État modifié de conscience’ est une quête de la transe et du dépassement, une répétition surprenante qui déborde notre seule écoute, une expérience temporelle qui s’arrête comme si rien n’était arrivé !

ROBERT HAMPSON «Ahead – only the stars» (2007) 13’10
Robert Hampson est le guitariste anglais à l’origine du groupe culte Loop puis du projet Main, au sein duquel la 6 cordes a progressivement cédé le pas devant l’électronique et les fieldrecordings, avant de totalement faire silence vers 1995 au sein d’un espace de composition purement électroacoustique et dédié à la multidiffusion.
http://www.roberthampson.com/

JÜRGEN REBLE «Zillertal» (1991), 11’00’’ (16mm sonore)
Jürgen Reble a fait partie de l’ensemble Schmelzdahin : réalisateur de film, performances, installations, son travail se fait en lien avec les arts sonores (Thomas Köner entre autres). « Zillertal » utilise l’altération des couleurs et des images pour déconstruire une bande d’annonce devenue matière plastique.

ALDO TAMBELLINI «Black Out» (1965) 9’00’’ (16mm sonore)
Pionnier de l’Art vidéo depuis 1967, Aldo Tambellini a dédié son travail aux expérimentations visuelles et cinématographiques (création du cinéma expérimental The Gate, collectif underground Group Center). A la manière de l’action painting, « Black Out » est un crescendo d’images abstraites auxquelles de rapides formes blanches sur fond noir s’ajoute une bande sonore également abstraite. « L’évocation d’un bombardement dans un espace céleste ou un champ de bataille dans lequel des canons tirent sur un ennemi invisible dans la nuit».

ROBERT SCHALLER «Under the shadow of Marcus Mountain»
(2011), 5’30 (16 mm, n&b, silencieux)
Cinéaste et musicien nord-américain, Robert Schaller a étudié avec Stan Brakhage et Phil Solomon, avant de devenir un artiste du fais-le-toi-même cinématographique. «Les structures de nos pensées filtrent ce qu’on voit, et on ne peut pas voir en dehors de ces structures. C’est un film «hypnagogique» mais plutôt d’un point de vue conceptuel que perceptuel. On voit constamment avec nos yeux, mais que remarque-t-on véritablement ?

PAUL SHARITS «T,O,U,C,H,I,N,G» (1968) 12’00 (16mm, couleur, sonore)
Paul Sharits (1943 – 1993) grand maître du clignotement de couleur, et d’un psychédélisme agressif et sans issue. Ce film – avec le poète David Franks dont la voix se fait entendre sur la bande-son – est un mandala ni coupé ni rayé, une fusion de la violence et de la pureté.


© P Sharits

projection : STEFANO CANAPA

Interprètes sur l’acousmonium pour les séances de 15h30 & 17h :
OLIVIER LAMARCHE & JÉRÔME NOETINGER

Jérôme Noetinger. Né en 1966. Membre fondateur de la Cellule d’Intervention Metamkine. Il dirige le catalogue de vente par correspondance Metamkine spécialisé dans les musiques expérimentales. Il est aussi membre du comité de rédaction du magazine trimestriel Revue & Corrigée. Compositeur et improvisateur, il travaille essentiellement sur scène avec divers outils électroacoustiques (Revox, micros, radios, haut-parleurs, mixeur, etc.). Principaux projets : solo, duo avec Lionel Marchetti, Thymolphthalein, duo avec Will Guthrie, Cellule d’Intervention Metamkine, Supercolor Palunar…

http://www.metamkine.com/

Olivier Lamarche est musicien. Comme ingénieur du son ou régisseur, interprète acousmatique ou compositeur, il a exercé ses talents sur de nombreux tournages et concerts ; sur Musique-Action, Futura et l’Audible Festival ; avec Richard D. James, Norscq, Battery Operated ; à Tokyo, Milan, Wroclaw ; au Palais de Tokyo, La Ferme du Buisson, La Gaité Lyrique, le 104, le Lieu Unique ; en d’autres lieux moins prestigieux aussi. Des pratiques et un cursus où se croisent arts et techniques. En 2003 il intègre Motus, collectif dédié à la musique acousmatique. Depuis, il a donné en concert de très nombreuses œuvres du répertoire ou en création. Il compose «en studio» des musiques concrètes, et pratique également l’improvisation. Une pièce en duo avec Jérome Game est en préparation aux éditions de l’Attente.

http://www.motus.fr/

– – – –

20h30 >

SEC_ (Italie)
commande de création du festival
composition & diffusion sur acousmonium

«Why hasn’t everything already disappeared ?» (2013 / 26’)

SEC_ est le nom d’artiste de Mimmo Napolitano (1985), jeune compositeur italien installé à Naples.
Sa recherche sonore se situe entre la musique concrète et le traitement numérique. Ses compositions s’élaborent à partir de sources sonores hétérogènes (synthétiseurs analogiques, échantillons, ondes radio..), sources traitées en direct par le biais de bandes et logiciels informatiques.
Très actif, il est présent sur les nouvelles scènes de musiques expérimentales et a déjà collaboré avec entre autres, Jerome Noetinger, Dave Phillips, Andy Guhl, Olivier Di Placido, Valerio Tricoli…

http://www.toxorecords.com/sec_/

«Ma pièce se concentre sur deux idées précises du temps : la dimension poétique de l’attente, principalement quand elle se relie à des sentiments comme l’anxiété, l’ennui, l’espoir, et la dimension technique de la ‘temporisation’, qui pourrait être comprise comme le ‘devenir temporel’ du son. Ainsi, ‘temporiser’ concerne tous les phénomènes reliés au son, du macro (diffusion dans l’espace) au micro (diffusion du signal dans des circuits électriques). Dans les deux cas, il s’agit d’une sorte de ‘delay’ ou d’une dispersion, en tout cas un fragment, quelque chose de caché qui influe constamment sur l’équilibre de ce que vous entendez : l’inaudible rendu audible. Cette idée est à la base de mon système électro-acoustique pour générer et manipuler des sons : toutes les sources sonores (field recordings, samples, bourdonnements électriques, voix, sons électromagnétiques, de synthèse, etc …) sont connectées en larsen via un enregistreur. Chaque élément de ce système contient un peu ou beaucoup de signal qui passe dans le contrôleur, et agit comme une décharge ou comme un signal inaudible influençant les autres sources dans ce système. De cette manière, chaque modification change la chaîne entière et le son final agit rétroactivement sur chaque piste. L’attente, comme un leitmotiv, se matérialise via l’utilisation et l’amplification de ces fragments sonores, ces chocs, ces silences, ces mouvements inaudibles qui créent une impression de temps qui passe. Ce sont ces fragments qui induisent la ‘temporisation’, et étirent indéfiniment chaque possibilité de pur laisser-aller ou de parfait contrôle.»
SEC_

– – – –

21h>

JEAN-FRANÇOIS LAPORTE (Québec)
composition & diffusion sur acousmonium

«Electro-Prana» (1998) 5’00
«Boule qui roule…» (1997) 8’00
«Dans le ventre du dragon» (1997) 8’
«création» (2013) 10’
«Mantra» (1997) 25’

Créateur plutôt intuitif, Jean-François Laporte apprend la musique à travers l’expérimentation concrète de la matière sonore. Construisant sa démarche de composition sur l’écoute active de la réalité de chaque son, il vise à développer une compréhension des structures internes qui les animent. La musique de Jean-François est donc le résultat d’un travail de complicité avec le matériau brut, ses gestes créateurs proposant des constructions puisées à même les sonorités abordées. Ces dernières proviennent tant de l’environnement quotidien que des instruments de musique traditionnels ou inventés, sans aucune forme de hiérarchie. Cette diversité des sources sonores a conduit le compositeur à utiliser de multiples langages musicaux, tant instrumental et expérimental qu’électroacoustique, explorant parfois les sentiers de l’aléatoire et de l’improvisation.
Il a étudié la composition à l’Université de Montréal avec Marcelle Deschenes, ainsi qu’à l’Ircam.

http://www.jflaporte.com/

– – – –

22h30 >

CARL-MICHAEL VON HAUSSWOLFF (Suède)
électroniques (live)

© Hrvoje Goluza

Compositeur, artiste plasticien et commissaire d’expositions, Carl-Michael von Hausswolff (né en 1956 à Linköping, Suède, vit et travaille à Stockholm) travaille principalement à partir d’enregistrements sonores sur bandes depuis la fin des années 1970. Il a collaboré avec des artistes tels que Erik Pauser, Leif Elggren, Andrew McKenzie, Zbigniew Karkowski, Graham Lewis, David Jackman ou Kim Cascone. Son travail a été montré dans le cadre de biennales à Istambul, à Johannesbourg, à Venise (2001 et 2003), à Liverpool (2004), de Manifesta 1 à Rotterdam (1996), de Documenta X à Kassel (1997)…
Carl-Michael von Hausswolff est une véritable légende dans le domaine de l’art sonore et de la musique électronique.

http://www.cmvonhausswolff.net/

– – – –

RESTAURATION LÉGÈRE SUR PLACE

– – – –

Stand METAMKINE sur place (disques, livres, revues…)

METAMKINE propose un large éventail de musiques électroacoustiques et improvisées, historiques et actuelles, ainsi que quelques livres et magazines.
10% de remise pour les détenteurs du pass sur le stand metamkine sur la durée du festival.

– – – –

L’association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France), du Conseil Régional d’Île-de-France, et du concours de la Sacem et du CNV.
Avec le soutien du DICRéAM et de l’Institut suédois à Paris.

– – – –

tarifs
12€ plein tarif
10€ prévente et Montreuillois | acheter en ligne
10€ abonnés Instants Chavirés | s'abonner

_Adhérer et / ou s’abonner à l’association

Vous souhaitez soutenir les activités des Instants Chavirés ?
Merci !

Pour se faire, deux solutions : adhérer et / ou s’abonner.
(statuts compatibles)

_Adhérer_
Vous pouvez adhérer à l’association Muzziques qui gère les Instants Chavirés.
La cotisation annuelle est fixée à 10 EUROS.
Une adhésion Grand Soutien, du montant de votre choix, est biensûr possible.
Vous disposez d’une voix délibérative aux décisions de L’Assemblée Générale et vous pouvez vous faire élire au Conseil d’Administration.
Le statut d’adhérent n’implique pas de tarif préférentiel pour les concerts.


_S’abonner_
L’abonnement vous fait bénéficier d’un tarif préférentiel pour les concerts produits par les Instants Chavirés.
Par exemple, pour un plein tarif  à 13 EUROS, vous ne réglerez que 9 EUROS, vous bénéficerez donc d’une réduction de plus de 30%.
Hors tarif unique et ticket à moins de 10 EUROS, une offre vous sera également proposée pour les concerts organisés aux Instants Chavirés, par des associations ou collectifs extérieurs (à partir de début novembre).
Le montant de l’abonnement annuel est fixé à 22 EUROS.


Lettrages : Hélène Marian
http://www.helenemarian.com/

Comment faire ?
Vous pouvez adhérer ou vous abonner au guichet d’entrée des Instants Chavirés les soirs de concert ou par la poste en remplissant les bulletins ci-dessus accompagné(s) d’un chèque (à l’ordre de l’association Muzziques) et adressé(s) aux Instants Chavirés, 7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil.

Vous pouvez également adhérer en ligne en suivant ce lien :
https://www.yesgolive.com/instants-chavires/adherer-aux-instants-chavires

Et / ou vous abonner via ce lien :
https://www.yesgolive.com/instants-chavires/sabonner-aux-instants-chavires

N’hésitez pas à nous appeller pour toute demande et renseignement concernant notre système d’adhésion et d’abonnement.

01 42 87 25 91

7,20€ étudiants

horaires
ouverture des portes 14h30 | concert à 14h30