du 22 septembre au 23 septembre 2012

L’AUDIBLE FESTIVAL
à L’ÉCHANGEUR (Bagnolet)
à partir de 15h
#2

 

L’Audible Festival
2ème édition
vendredi 21, samedi 22 & dimanche 23 septembre 2012.
diffusions / concerts / projections / rencontre
musique électroacoustique
organisé par les Instants Chavirés à L'Échangeur (Bagnolet).


Si le royaume du bruit est si grand, c’est que presque aucun changement dans la nature ne se fait sans que des masses se meuvent et ce mouvement est le plus souvent audible.
Ernst Mach, Introduction à la théorie de la musique de Helmholtz (1866)

Le son n’est pas un unique, isolé dans la nature. Il n’est pas pour lui-même. Ainsi, qu’il soit audible ou non, il suppose toujours une relation de couplage à une écoute.
François J. Bonnet in Les mots et les sons Éditions de l’Éclat (2012)

Cette deuxième édition de l’Audible Festival vous invite à partager cette écoute du monde qui s’étend du bruit d’un bassin peuplé de micronecta scholtzi* à celui d’une montagne après la pluie, en passant par des parasites électromagnétiques, des bugs informatiques, le pachinko, la vie des femmes, le battement d’un cœur, des chasseurs bombardiers, les paysages du Limousin, le silence, la poésie… Une immersion complète dans le son qui fera la part belle au multipiste sans oublier pour autant le haut-parleur monophonique devenu sculpture sonore.
Trois jours pour découvrir des commandes de création passées à Francisco Meirino et Cédric Peyronnet, une reprise du Williams Mix de John Cage signée Valerio Tricoli et Werner Dafeldecker, un objet féministe de philosophie sonore avec Carole Rieussec et Clara Cornil et L’étonnement sonore, une nuit pour se laisser porter par le son et en suivre ses métamorphoses avec l’intégrale de Gaku-No-Michi de Jean-Claude Eloy, une écoute partagée de phénomènes vibratoires inattendus avec Thomas Tilly, les quatre éléments musicalisés par Éliane Radigue pour Kasper Toeplitz, les éruptions épileptiques et autres anamorphoses psychoacoustiques de Robin Fox et du duo R/S (Peter Rehberg-Marcus Schmickler). Et en journée des programmes de musique concrète, du cinéma pour l’oreille, ponctués par quelques projections de films expérimentaux, les créations des étudiants de la classe de musique électroacoustique de Christine Groult du Conservatoire de Pantin, et une rencontre avec Jean-Claude Eloy !

Bon festival !

*punaise d’eau

Un programme conçu par Jérôme Noetinger et les Instants Chavirés. Produit par les Instants Chavirés en partenariat avec L’Échangeur, Motus, avec la complicité de  Revue & Corrigée, Metamkine.

– – – –

59 Avenue du Général de Gaulle
93170 Bagnolet
m°Gallieni
01 43 62 71 20
[accès]
– – – –

tarifs :
vendredi 21 et dimanche 23 septembre :
12 euros plein tarif / 10 euros tarif abonnés Instants Chavirés / Échangeur
samedi 22 septembre :
15 euros plein tarif de 15h à 05h (12 euros tarif abonnés Instants Chavirés / Échangeur)
12 euros plein tarif de 21h à 05h (10 euros tarif abonnés Instants Chavirés / Échangeur)
PASS FESTIVAL 3 JOURS / 30 EUROS
10% de remise pour les détenteurs du pass sur le stand metamkine sur la durée du festival.
préventes : Bimbo Tower, Souffle Continu, www.digitick.com

– – – –
voir la programmation du vendredi 21 & du dimanche 23
– – – –

: : :
programmation
SAMEDI 22 SEPTEMBRE

de 15h à 5h du matin!

: : :

NB : 2 TARIFS POUR LE SAMEDI 22 SEPTEMBRE :
DE 15H À 05H DU MATIN = 15 EUROS (résa Digitick ici)
DE 21H À 05H DU MATIN = 12 EUROS (résa Digitick ici)

– – – –
ouverture 15h >
– – – –

15h30>

Cinéma pour l’oreille

avec, dans l'ordre de passage :

CHRISTINE GROULT «L’heure alors s’incline…» (1991-18’30)
En hommage à Luigi Nono (1924-90).
«Au printemps 1990, regardant les informations télévisées, j’appris la mort de Nono. Il avait 67 ans. Figure très marquante de mes années de formation, j’eus immédiatement le désir de lui adresser un hommage. C’était me donner l’occasion d’approfondir son œuvre, son parcours intellectuel d’une étonnante richesse. Je ne peux tout retracer de ce cheminement d’une année en compagnie de la pensée de Luigi Nono, je ne parlerai que d’un élément troublant: la lecture de L’Ange nécessaire de Massimo Cacciari, philosophe italien, ami de Nono, avec qui il travailla étroitement pour le livret de son dernier drame scénique Prométhée, il m’était étrangement hermétique. Des mots, pour moi vides de sens et qui pourtant semblaient recouvrir des connaissances ancestrales. En bonne rationaliste, je n’avais jamais été sensible aux philosophies occultes. Ce fut donc le début de lectures inouïes pour moi, d’une étonnante beauté et d’un immense pouvoir d’imagination.»

ELIANE RADIGUE «Biogenesis» (1973 – 21’06)
«à ma fille Anne… et sa fille Caroline»
Le son se développe organiquement, la pulsation s’intensifie comme si nous approchions du cœur. Une expérience ! Réalisée en 1973 et créée en 1974 à New York chez Phill Niblock.

MICHÈLE BOKANOWSKI «Tabou» (1983-84 /16’12)
Musique concrète réalisée en 1983-84 dans le studio du compositeur et dans les studios du GMEB (Groupe de Musique Expérimentale de Bourges) avec les voix de Debbie Berg, Tom Berg, Peggy Frankston et le concours de Régis Pasquier au violon. L’espace et l’énergie s’y déploient dans un développement subtil et savant. Directement musicale, cette pièce, utilisée par plusieurs chorégraphes (comme Hideyuki Yano en 1985 et Marceline Lartigue en 1993), ouvrira les portes du monde de la danse à Michèle Bokanowski.

Interprètes sur l’acousmonium : OLIVIER LAMARCHE & JÉRÔME NOETINGER

– – – –

17h>
Ce programme alternera courts-métrages expérimentaux et musiques concrètes pour montrer les liens qui existent entre ces arts du support.

Interprètes sur l’acousmonium : OLIVIER LAMARCHE & JÉRÔME NOETINGER Projection : STÉFANO CANAPA


© Eric Cordier / John Smith

avec, dans l'ordre de passage :

DIETER KAUFMANN «Schrott & Korn» (1971 – 1991 / 17’) (première partie)
Il s’agit pour le compositeur autrichien Dieter Kaufmann de travailler avec l’idée de sons trouvés, de déchets, de rebuts du studio et d’en faire une symphonie où l’anecdotique jouera avec le concret.

CÉCILE FONTAINE «The last lost shot» (1999 – 7’) film 16 mm
Un art du détournement et de la récupération qui prend ici ses racines dans des films de la NRA (National Rifle Association) et autres publicités plus bucoliques. Une association de violence et d’innocence.

AARON DILLOWAY «Shatter all organised activities» (2012 – 09’03)
Membre fondateur du groupe Wolf Eyes qu’il quitta en 2005 pour partir au Népal et ensuite travailler solo et se consacrer à son label Hanson Records. Extraite de son disque, Modern Jester, cette pièce est un jeu de boucles corrosives et d’accumulations incendiaires. De la musique concrète customisée ! Du Jérôme Bosch version punk !

BEN RUSSELL «Black & white trypps N°3» (2007 – 11’) film 16mm
Tourné pendant un concert du groupe «Lightning Bolt», ce film documente l’attitude du public qui passe d’un état d’excitation à une transe hautement spirituelle, grâce à des effets de ralentissement et de lumière.

ALAIN SAVOURET
«La conférence illustrée et égarée du professeur coustique» (1977-10’50)
Cette conférence est extraite de La Sonate Baroque qui, n’ayons pas peur des mots, est un chef d’œuvre du genre. Humour, mauvais goût et lyrisme dans une cohabitation harmonieuse et dynamique !

JOHN SMITH «The Girl Chewing Gum» (1976 – 12’) film 16mm
John Smith joue avec l’idée même de mise en scène et d’anecdotes. L’absurdité et la fantaisie, le spectre de la narration et le fantôme de la dramaturgie sont au rendez-vous.

ERIC CORDIER
«La cité du bruit» (2009-18’)
Une confrontation entre des chasseurs bombardiers et des microphénomènes ultra-amplifiés comme des insectes aquatiques. Actif dans les domaines de la musique concrète, de l’improvisation, de l’installation et de la performance, Eric Cordier développe un style musical dans lequel la matière sonore est toujours utilisée dans le respect de ses spécificités, limitant l’impact des traitements.

JEANNE LIOTTA «Observando El Cielo» (2007 – 19’) film 16mm
Sept années d’images recueillies au sein du chaos cosmique et inscrites sur du 16mm, et ce à partir de différents lieux, sur ce trépied de caméra qu’est la Terre. Des enregistrements radios, au naturel, à très basse fréquence, de la magnétosphère en action, permettent à l’univers de parler en son nom propre.
 

©Ben Russell / Aaron Dilloway

– – – –

Interprètes sur l’acousmonium :

Jérôme Noetinger. Né en 1966. Membre fondateur de la Cellule d’Intervention Metamkine. Il dirige le catalogue de vente par correspondance Metamkine spécialisé dans les musiques électroacoustiques et improvisées. Il est aussi membre du comité de rédaction du magazine trimestriel Revue & Corrigée. Compositeur et improvisateur, il travaille sur scène avec un dispositif électroacoustique regroupant magnétophones à bande, table de mixage, synthétiseurs analogiques, effets, micros-contacts, haut-parleurs … parmi ses nombreux projets : Duo avec Lionel Marchetti depuis 1993. Membre du MIMEO, Quintet Avant avec Lionel Marchetti, Jean Pallandre, Marc Pichelin et Laurent Sassi…

http://www.metamkine.com/

Olivier Lamarche, preneur de son, régisseur du son, ingénieur du son, musicien expérimental, interprète acousmate… des pratiques et un cursus qui se résument mal en terminologies restrictives. Une certaine inclination pour les marges indistinctes, les frontières perméables entre l’art et les techniques. Entre autres expériences fondatrices, il fut régisseur sur le festival Musique-Action de Dominique Répécaud durant 7 ans et a participé à une master-class animée par Jérôme Noetinger, Lionel Marchetti, Jean-Leon Pallandre et Marc Pichelin. Il nourrit depuis une passion grandissante pour la musique acousmatique et son déploiement en concert. Auditeur fidèle du festival Futura, il suit dès leur création les stages d’interprétation acousmatique initiés par Denis Dufour et Jonathan Prager, et participe depuis 2003 aux activités de Motus en tant qu’interprète, pédagogue, régisseur.

http://www.motus.fr/

– – – –

21h >

CÉDRIC PEYRONNET (France) commande de création / diffusion

Pour Cédric Peyronnet (connu aussi comme Toy Bizarre), l’enregistreur et le microphone sont des outils du quotidien, des outils d’écoute et de perception d’un territoire parcouru et exploré. Depuis le début des années 1990, l’exploration d’un lieu par l’enregistrement et l’écoute de l’environnement sonore constituent la thématique principale de ses travaux.

«kdi dctb 216 [f]» (2012) (commande du festival)
Pour huit haut-parleurs.

«Countryside is only anger and fear» – en tournée en 2008 en Australie, c’est comme cela que je résumais mon travail sonore, reflet d’une ruralité usée, complètement hors d’âge. Et puis, dans la foulée, j’ai entrepris une correspondance textes-sons avec Jude Anderson à Melbourne, concrétisée par la composition/publication de 12 pièces de 12 minutes sur une période de 12 mois (kdi dctb 216), autour du végétal, du minéral, du temps et du mètre carré. Et puis voilà, le temps a déjà passé, les sons sont oubliés…
Et presque deux ans après : enfin l’écoute. Et cette ruralité me saute alors aux oreilles… En voilà une toute nouvelle pièce, synthèse de tout cela : un Limousin électronique organique et discret, lumineux, rampant, mais toujours secret, peut-être pas si loin d’une certaine Australie. J’y ai mis tout ce que j’ai pu.»

http://www.ingeos.org/

– – – –

21h30>

VALERIO TRICOLI / WERNER DAFELDECKER (Italie – Allemagne)
«Williams Mix Extended» (32’)
diffusion huit pistes

D’un côté, un électroacousticien sicilien (donc respect !) autant à l’aise dans l’improvisation avec bande magnétique que dans le post rock raffiné du studio (voir son groupe 3/4havebeeneliminated), et de l’autre un contrebassiste autrichien actif dans la musique moderne et l’improvisation libre européenne (voir notamment le groupe Polwechsel).
Valerio Tricoli et Werner Dafeldecker se sont lancés dans une réinterprétation de la pièce de John Cage, Williams Mix, de 1952. Unique composition de musique concrète – à notre connaissance – entièrement basée sur une partition ultra-précise (192 pages) allant des sons utilisés (environ 600) à la coupe de la bande. Il s’agit pour cette version étendue d’oublier la bande magnétique au profit de l’ordinateur et de passer d’une durée initiale de 4’15» à une nouvelle de 32 minutes. Toujours en huit pistes séparées.

http://www.dafeldecker.net/projects/williams-mix.html

– – – –

22h30 >

R/S
(PETER REHBERG / MARCUS SCHMICKLER)
(Allemagne – Autriche) concert – électroniques


©Yuko2

Peter Rehberg est connu comme fondateur du label Mego qui a popularisé l’utilisation de l’ordinateur sur scène et les nouvelles musiques électroniques qui en découlent. Au laptop, il fragmente, déstructure et atomise ses fichiers. Il vient de Londres ce qui explique son côté punk. Marcus Schmickler a cette capacité d’œuvrer dans les musiques populaires et celles que l’on dit plus savantes. Sculpteur de formes et de fréquences, c’est un génie du studio. Il vit et travaille à Cologne, ce qui explique cela.
Tous les deux sont nés en 1968 mais cela n’explique pas leur musique qui est autant question de pression et de tension, que de parasitages et de découpages. Un brassage de datas et d’oscillateurs, un bestiaire imaginaire, avec des effets psychoacoustiques garantis.

http://editionsmego.com/

http://piethopraxis.org/

– – – –

01h00 > 05h00

JEAN-CLAUDE ELOY
«Gaku-No-Michi» (1977/78 – 4 heures)
Avec l’assistance technique d’Éric Cordier


© Yoshiko Tachibana

Ancien élève de Pierre Boulez et de Karlheinz Stockhausen, Jean-Claude Eloy est un compositeur solitaire ayant réussi la synthèse de l’électronique et de l’acoustique, et aussi des traditions non-européennes et occidentales. Toute son œuvre est guidée par une inspiration créatrice et vitalisante sans limite.

«Gaku-No-Michi» («Le Tao de la musique» ou «Les Voies de la musique»)
Film sans image pour sons électroniques et concrets. Réalisé au studio de musique électronique de N. H. K. Radio, Tokyo, en 1977-78.
Durée 4 heures, non-stop.

«Pour un concert comme celui-ci, la seule chose qu’il importe de partager c’est l’ivresse des textures sonores, leurs articulations temporelles élargies, l’aspiration vers des spirales extrêmes et infinies dans lesquelles l’émotion sonore la plus directe n’est pas censurée mais au contraire portée jusqu’à son point d’incandescence. Il suffit de se laisser porter par le son et de suivre ses métamorphoses… Une audition intégrale de l’œuvre, non-stop, est préférable en tant qu’expérience de la plénitude et du temps. C’est ce que nous avons choisi de faire pour ce concert hors normes et «hors territoires» !

NOTES DU COMPOSITEUR SUR L'HISTOIRE ET LA CONSTRUCTION DE L'OEUVRE.
télécharger en .pdf

http://www.eloyjeanclaude.com/

PETIT DÉJEUNER OFFERT À L'ISSUE DE LA DIFFUSION !

– – – –

Stand METAMKINE sur place (disques, livres, revues…)

METAMKINE propose un large éventail de musiques électroacoustiques et improvisées, historiques et actuelles, ainsi que quelques livres et magazines.
10% de remise pour les détenteurs du pass sur le stand metamkine sur la durée du festival.

– – – –

RESTAURATION LÉGÈRE SUR PLACE

– – – –



– – – –

NB : 2 TARIFS POUR LE SAMEDI 22 SEPTEMBRE :
DE 15H À 05H DU MATIN = 15 EUROS (résa Digitick ici)
DE 21H À 05H DU MATIN = 12 EUROS (résa Digitick ici)

 


tarifs
15/12€ plein tarif
12/10€ abonnés Instants Chavirés | s'abonner

_Adhérer et / ou s’abonner à l’association

Vous souhaitez soutenir les activités des Instants Chavirés ?
Merci !

Pour se faire, deux solutions : adhérer et / ou s’abonner.
(statuts compatibles)

_Adhérer_
Vous pouvez adhérer à l’association Muzziques qui gère les Instants Chavirés.
La cotisation annuelle est fixée à 10 EUROS.
Une adhésion Grand Soutien, du montant de votre choix, est biensûr possible.
Vous disposez d’une voix délibérative aux décisions de L’Assemblée Générale et vous pouvez vous faire élire au Conseil d’Administration.
Le statut d’adhérent n’implique pas de tarif préférentiel pour les concerts.


_S’abonner_
L’abonnement vous fait bénéficier d’un tarif préférentiel pour les concerts produits par les Instants Chavirés.
Par exemple, pour un plein tarif  à 13 EUROS, vous ne réglerez que 9 EUROS, vous bénéficerez donc d’une réduction de plus de 30%.
Hors tarif unique et ticket à moins de 10 EUROS, une offre vous sera également proposée pour les concerts organisés aux Instants Chavirés, par des associations ou collectifs extérieurs (à partir de début novembre).
Le montant de l’abonnement annuel est fixé à 22 EUROS.


Lettrages : Hélène Marian
http://www.helenemarian.com/

Comment faire ?
Vous pouvez adhérer ou vous abonner au guichet d’entrée des Instants Chavirés les soirs de concert ou par la poste en remplissant les bulletins ci-dessus accompagné(s) d’un chèque (à l’ordre de l’association Muzziques) et adressé(s) aux Instants Chavirés, 7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil.

Vous pouvez également adhérer en ligne en suivant ce lien :
https://www.yesgolive.com/instants-chavires/adherer-aux-instants-chavires

Et / ou vous abonner via ce lien :
https://www.yesgolive.com/instants-chavires/sabonner-aux-instants-chavires

N’hésitez pas à nous appeller pour toute demande et renseignement concernant notre système d’adhésion et d’abonnement.

01 42 87 25 91


horaires
ouverture des portes 15h | concert à 15h30

15 euros plein tarif de 15h à 05h (12 euros tarif abonnés Instants Chavirés / Échangeur) 12 euros plein tarif de 21h à 05h (10 euros tarif abonnés Instants Chavirés / Échangeur) PASS FESTIVAL 3 JOURS / 30 EUROS