Les Instants Chavirés sont depuis 1991 un lieu de diffusion pensé comme un laboratoire des musiques improvisées, expérimentales, bruitistes.
Son annexe, l’ancienne brasserie Bouchoule, propose un autre regard autour des arts visuels et sonores.
Deux lieux pour un même partage d’une certaine création contemporaine.

ENGLISH

ACCUEIL > ARTS VISUELS > EXPOSITIONS (ARCHIVES) > ART GRANDEUR NATURE 2008 - LA SPÉCIFICITÉ DES SOLS

du 20 septembre au 23 novembre 2008

ART GRANDEUR NATURE 2008 - LA SPÉCIFICITÉ DES SOLS

Dans le cadre de la 9ème Biennale d’art contemporain en Seine-Saint-Denis

Art Grandeur Nature « Zones Urbaines Partagées »

Les Instants Chavirés proposent

 

avec

Ouïe/Dire Marc Pichelin et Jean-Léon Pallandre

Vincent Mauger et les interventions in situ de Perrine Mornay et Arnaud Rivière

Raphaël Zarka avec Julie Desprairies 

________________

Exposition du 20 septembre - 23 novembre 2008

_____________

La spécificité des sols

 

« La spécificité des sols » propose une relecture à différents niveaux de la ville de Montreuil (sans que celle-ci en devienne l’unique sujet) et offre la possibilité de parler du lieu de la ville comme d’un terrain d’appropriations visuelles et sonores. Pratiquées par Raphaël Zarka et le collectif Ouïe/Dire, ces appropriations extérieures – tout comme celle de l’espace de l’ancienne brasserie Bouchoule, réalisée par Vincent Mauger – sont restituées par différents modes de production : captations sonores, films documentaires, installation environnementale, et incluent, en outre la forme du concert et de la performance. Une proposition artistique qui reste fidèle à l’approche des arts visuels des Instants Chavirés qui juxtaposent et questionnent les différences et accointances entre arts sonores et arts visuels au sein d’un lieu de musique.

Dans le cadre de l’exposition :

 

Performance de Li-Ping Ting 

mercredi 24 septembre - 19h - entrée libre

à l’ancienne brasserie Bouchoule

 

Concerts de Ouïe/Dire

samedi 27 septembre - 18h30 - entrée libre

à La Galerie (Centre d’Art Contemporain de Noisy le Sec)

Plus d’infos : www.noisylesec.net

 

dimanche 28 septembre - 18h30 - entrée libre

à l’Espace Khiasma (Les Lilas)  

plus d’infos : www.khiasma.net/

 

Solos d'Arnaud Rivière 

les samedis 11, 18 et 25 octobre 2008 – 18h - entrée libre

à l’ancienne brasserie Bouchoule,

 

Performance de Perrine Mornay 

vendredi 31 octobre - 21h - entrée libre

samedi 1 er et dimanche 2 novembre 2008 - 18h- entrée libre

à l’ancienne brasserie Bouchoule

entrée libre.


 

Ouïe | Dire Jean-Léon Pallandre | Marc Pichelin

 

Montreuil Sous Bois, 93, Seine-Saint-Denis, 2008

Carte postale sonore, 21’45 

 

Bonjour de Montreuil où nous venons de passer deux semaines, bientôt suivies de deux semaines de studio, pour composer cette Carte Postale.

Nous avons parcouru la ville, à l’écoute de la complexité et du sens historique de son paysage, et nous avons rencontré au hasard de nos découvertes quelques-uns de ses habitants. Leurs paroles participent au chant du monde.

Écouter… Nous laisser émouvoir… De ce qui est dit bien sûr, mais aussi du jaillissement même de cette parole qui dit, et qu’on écoute. De son volume, de son débit, de son timbre, de sa résonance, de son rayonnement, de son phrasé, de son placement, de son relief, de ses silences, de sa présence, de ses secrets…

Nous n’avons rien à faire qu’entendre, à l’infini.

Si on entend le monde, c’est parce qu’il nous parle. Et si nous parlons à notre tour, c’est d’avoir entendu le monde.

Le dessin des mots sur le souffle du lieu écrit ce qu’entendre veut dire.

 

1. Parc Montreau le jour, avec Jean-Luc Martinez (3’05)

2. Les Acacias, avec Olga Demoute et Maryse Mourocq (2’50)

3. Marché aux puces (5’14)

4. Jardin horticole, avec Geneviève Pouplier (3’34)

5. Devant la Mairie (1’35)

6. Foyer malien, avec Mme Potier (2’36)

7. Parc des Beaumonts la nuit (2’23)

contact@ouiedire.com

www.ouiedire.com

 

 

Dans le cadre de l’exposition :

Concerts de Ouïe/Dire

samedi 27 septembre -18h30- entrée libre-

à La Galerie (Centre d’Art Contemporain de Noisy le Sec)

 dimanche 28 septembre -18h30- entrée libre-

à l’Espace Khiasma (Les Lilas)

 

Vincent Mauger

Sans titre, 2008

 

4500 parpaings environ, surface au sol : 280 m2

hauteur des volumes : de 54 à 195 cm

 

 

Vincent Mauger, né en 1976, vit et travaille à Nantes.

Il est diplômé de l’École des beaux-arts de Paris et a suivi le post-diplôme de Nantes en 2004-2005. Son travail a été présenté au Printemps de Septembre à Toulouse en 2007, à la galerie LHK à Paris et au Frac des Pays de la Loire en 2008.

Il travaille l’espace comme un médium. Ses installations invasives se déploient, dessinent des reliefs aux formes génériques et complexes qui proposent une appréhension modifiée de l’environnement. Confondant leur volume à celui qui les contient, elles sont des reformulations qui mettent le regardeur en position d’explorateur. Constituées de briques, de bois ou de papier, ces oeuvres irrésolues s’offrent au visiteur comme de sensibles virtualités prises dans la masse.

 Il est représenté par la galerie Bertrand Grimont, Paris.
www.bertrand grimont.com

 

Dans le cadre de son projet pour la biennale, des interventions ponctuelles de Perrine Mornay et Arnaud Rivière sont pensées sur cette surface qui s’apparente aussi à un espace scénique.

 

Dans le cadre de l’exposition au milieu de l’installation de Vincent Mauger


 

Arnaud Rivière, musicien, improvisateur, joue solo mais aussi en groupe (Bobby Moo, Coupe-Coupe...), avec des instruments/outils self-customisés (table de mixage, électrophone, ressorts, tiges métalliques ...) conçus pour résister à des gestes tendus, stridents, lâchés et produire une musique frontale, déconstruite et vivante. On a pu l'entendre aux côtés des membres de Volcano the Bear, ou du Nihilist Spasm Band, d’Otomo Yoshihide, ou de Martin Tétreault, dans différents lieux et pays tels que le 102 à Grenoble, la Malterie à Lille, Tag à La Haye, Ausland à Berlin, Cave 12 à Genève, Intro-In Situ à Maastricht, L’Embobineuse à Marseille, Steim à Amsterdam, Mozg à Bydgoszcz, Mono à Glasgow... 

 http://http.http.http.http.free.fr/

 Solos d'Arnaud Rivière les 11, 18 et 25 octobre 2008 à l’ancienne brasserie Bouchoule,- 18h- entrée libre.

 



 

Perrine Mornay, photographe, performeuse, metteuse en scène diplômée de l’École des Beaux-arts de Paris (2003), a collaboré avec Vincent Mauger à la création du spectacle Bascule, présenté au Lieu Unique, à Nantes, en 2005. Une nouvelle pièce, Détails de l’infamie, est en création pour 2008 avec la Compagnie Maisencorepourquoipas.

 

maisencorepourquoipas@gmail.com

 

Performance de Perrine Mornay les 31 octobre à 21h, 1 et 2 novembre 2008 - 18h à l’ancienne brasserie Bouchoule - entrée libre





 

Raphaël Zarka

Topographie anecdotée du skateboard 2008

 

Vidéo 40’

Montage : Damien maestraggi

 


 

Raphaël Zarka avec Julie Desprairies

Microclimat, 2008

 

Vidéo 5’31

Chorégraphie : Julie Desprairies

Danseuse : Elise Ladoué

Chef opérateur : Sébastien Buchman

Montage : Damien Maestraggi

Réalisation : Raphaël Zarka

 

Raphaël Zarka, né à Montpellier en 1977, vit et travaille à Paris.

Diplômé de la Winchester School of Art et des Beaux-Arts de Paris, Raphaël Zarka est l’auteur de deux ouvrages sur la pratique du skateboard. Il s’intéresse particulièrement à la circulation de formes provenant de champs variés, parmi lesquels l’histoire de l’art, l’histoire des sciences, la littérature ou encore les espaces du quotidien. Ses photographies et ses sculptures reprennent des éléments existants, depuis les infrastructures en béton jusqu’aux mobiliers urbains. Dans Riding Modern Art, installation présentée à la

dernière biennale de Lyon, une série de photographies de skateurs sur des oeuvres d’art public était rassemblée autour d’une sculpture moderniste de Katarzyna Kobro.

Pour la biennale, il propose un film de montage articulé autour des espaces du skateboard, un portrait de la ville telle qu’elle a été pratiquée et cartographiée depuis les années 1960 par cette « communauté ludique ». Raphaël Zarka présente également une vidéo réalisée en collaboration avec la chorégraphe Julie Desprairies autour de lieux et de formes sélectionnés dans Montreuil et activés par la danseuse Elise Ladoué.

 

Raphaël Zarka est représenté par la galerie Michel Rein, Paris. http://www.michelrein.com/

 

Julie Desprairies, née à Paris en 1975, vit et travaille à Paris.

Julie Desprairies s’attache aux rapports entre le corps en mouvement et son environnement architectural. Chaque site investi est l’objet d’une exploration minutieuse de ses caractéristiques plastiques, spatiales, lumineuses, acoustiques, le corps servant d’outil de mesure et d’appréhension de ces différentes composantes. Mais l’architecture n’est pas seulement une question de formes. L’histoire et les pratiques des usagers sont au coeur de la recherche mise en place. Pour Julie Desprairies, il s’agit de « rendre visible le mouvement des lieux ». La Compagnie des prairies a organisé et/ou coproduit une quinzaine de projets en France et à l’étranger dans des sites variés.

 

http://www.compagniedesprairies.com/

 

 

________________________________________

 

Toutes les oeuvres ont été créées pour l’exposition « La spécificité des sols » dans le cadre de la Biennale d’art contemporain Art Grandeur Nature 2008 « Zones Urbaines Partagées ».

 

 
 

La biennale d’art contemporain Art Grandeur Nature, « Zones Urbaines Partagées », est organisée par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis en partenariat avec le Forum de Blanc-Mesnil, Khiasma aux Lilas, Périphérie et Les Instants Chavirés à Montreuil, La Galerie à Noisy-le-Sec, Synesthésie à Saint-Denis et avec la participation du Ciné 104 à Pantin.