du 04 octobre au 12 novembre 2017

VINCENT GANIVET – ATLAS & AXIS

4 octobre – 12 novembre 2017 vernissage mercredi 4 octobre 18h-21h

Exposition ouverte du mercredi au dimanche
15h – 19h – Entrée libre.

Instants Chavirés / Brasserie Bouchoule
2 rue émile zola 93100 Montreuil

Dossier de Presse à télécharger là : DP_VG_2017_web2
Photographie : Sarah Duby

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

ATLAS & AXIS
Deux disciplines se rencontrent dans l’oeuvre de Vincent Ganivet :
l’architecture, créatrice d’espace couvert, et les arts plastiques, créateurs d’espace ouvert. Avec les techniques de l’architecture, l’étude des forces de traction et de compression, l’artiste réalise pourtant un objet qui est l’inverse de l’architecture : des arcs sans voûte, sans édifice, à la fois flottant dans l’espace et fermement ancrés dans le sol.  (Juliette Cortes)

En anatomie, l’atlas et l’axis sont les deux premières vertèbres cervicales de l’homme. L’atlas supporte la tête et l’axis lui permet de pivoter. Le nom d’atlas provient de l’analogie avec Atlas, le titan condamné, dans la mythologie grecque, à porter éternellement le monde sur son épaule. C’est précisément pour ne pas avoir à porter éternellement des parpaings ou des matériaux lourds que Vincent Ganivet s’est imaginé un jour employer du polystyrène pour ses sculptures. Il faut reconnaître que le « dialogue avec la matière » que Claude Levi-Strauss envisageait pour son bricoleur dans La Pensée sauvage, est aussi très souvent question de contingences extrinsèques.
Pourtant, avec le polystyrène, Vincent Ganivet ne cède à aucun compromis, ni avec sa pensée

de constructeur, ni avec sa logique d’emploi de matériau de construction produit industriellement. Par suite, le polystyrène souligne la dimension ludique des principes que l’artiste échafaude dans ses oeuvres : il emploie souvent les termes de jeu – de construction, d’apesanteur etc. – et aime faire remarquer que ses arches en parpaings révèlent en profil leur subtile dentelle de creux et de pleins. Avec le polystyrène, Vincent Ganivet atteint une sorte d’harmonie de fond et de forme, où la légèreté du dessin croise l’éther du matériau. À blanc – comme une balle à blanc, une maquette en blanc, un examen blanc – la sculpture en polystyrène a tout de l’essence, de la tension et de l’intelligence de ses cousines en matériaux lourds, la résistance et le danger en moins.

Pour revenir à l’atlas et l’axis, les orthopédistes les désignent également sous les termes de C1 et C2. Or, dans le principe que Vincent Ganivet a mis en place pour désigner ses sculptures, le « C » vaut pour « caténaire » (de catena : la chaîne), puis le premier chiffre renvoie au nombre d’arches, le second au nombre de clés de voûte, le dernier au nombre de pieds. Combien d’arches, de clés et de pieds seront déployés dans l’exposition ? À ce jour, le code de l’installation pour « Atlas & Axis » n’est pas connu et sera probablement fonction de contingences intrinsèques. Une seule chose est sûre : pour la première fois, la démolition de l’oeuvre aura lieu en public, comme
un feu d’artifice inversé, une célébration de la pesanteur, un potlach joyeux et collectif.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

L’association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France) et du Conseil Régional d’Île-de-France.
En partenariat avec le Carré – Scène Nationale, centre d’art contemporain, Château-Gontier.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
visuel : Alain Resnais – Le chant du styrène, 1958 – Les Films de la Pléiade – DR

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


LES CHANTS DU STYRÈNE


Vincent GanivetAjutage, 2011 3 min 51 sec

Un cycle de 5 programmes vidéo hebdomadaires proposé par VINCENT GANIVET & LAETITIA CHAUVIN, dans l’espace-vidéo de la brasserie Bouchoule.

Dans, sur, contre, tout contre, précédant ou succédant, ignorant ou informant, ce cycle de films et vidéos offre des échappées spatio-temporelles à partir de l’oeuvre de Vincent Ganivet.
Ce balayage oscille entre les deux extrêmes du spectre audiovisuel, entre high et low culture: films d’artistes historiques, séquences Youtube, films d’entreprise, extraits majeurs de la cinéphilie et vidéos empruntées à la Collection départementale de Seine-Saint-Denis. Assemblées suivant un algorithme sensible et fantaisiste, ces films et vidéos soulignent les multiples ressources que la pratique de l’artiste mobilise, aux confins de l’architecture, de l’ingénierie, de la maçonnerie et du Land art.

Chaque programme est diffusé en continu pendant l’exposition et est renouvelé tous les dimanches. Entrée libre du mercredi au dimanche 15h-19h.
Programme et plus d’informations 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Actualité de l’artiste
Le Havre
Du 27 mai au 08 octobre 2017, Vincent Ganivet présente « Catène de containers ».


Photo © Vincent Ganivet ‘Catène de Containers’ 2017, DR


Vincent Ganivet, né en 1976, est un sculpteur qui déploie « des stratégies pour détourner le quotidien. À partir d’un vocabulaire plastique élémentaire, sa politique globale est celle du contre-emploi : sous ses doigts les gravats deviennent matière à paysages, les dégâts des eaux s’exposent, la poussière forme des constellations, les feux d’artifices se tirent en plein jour et les arches de parpaing s’envolent. De son expérience des chantiers, l’artiste a pris le goût des matériaux simples et modestes : ses oeuvres font converger l’univers BTP (ses éléments bruts, sa charge constructive), les jeux modulaires (assemblage, empilement, tension et mise en équilibre) et la recherche du dépassement» (Extrait du texte d’Eva Prouteau écrit à l’occasion de l’exposition de l’artiste à la Chapelle du Gêneteil, 2017).

Sa réputation s’est accrue grâce à ses grandes arches, ses « catènes », faites de briques, de parpaings ou de containers comme celle visible actuellement au Havre (« Un été au Havre » 2017) dans le cadre des 500 ans de la ville.

 

vincentganivet.fr

___________________________

horaires
ouverture des portes 15h-19h |