WEEK-END IMPROVISATION
atelier d’improvisation tout instrument
ERIKM

Chaque année les Instants Chavirés organisent une série d’ateliers d’improvisation : 4 week-end menés par des musicien·ne·s professionnel·le·s. Il s’agit d’un moment de transmission via la pratique et des temps de discussions théoriques autour de l’improvisation musicale.

Techniques étendues des instruments, exploration sonore, improvisations en solo, en duo, en ensemble. Suivre, réagir, se confronter, s’effacer, s’imposer, se taire, écouter, ressentir, jouer… Prendre en compte le corps, l’espace, le geste, l’autre, ou pas. Développer une écoute active.

Chaque musicien·ne transmettra sa propre manière d’appréhender l’improvisation à un groupe de 10 personnes.

– – – –

WEEK-END – ERIKM
Dates : 18 et 19 juin 2022
Horaires : 14h à 18h30
Participants : 10 musicien·ne·s tout instruments
Lieu : Instants Chavirés – 7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil
Tarif : 75€
– – – –

© T.Varres

ERIKM
https://www.erikm.com/

eRikm est un compositeur, musicien improvisateur et plasticien né en 1970 à Mulhouse et basé à Marseille.

Depuis 1992, eRikm étend son terrain d’expérimentation artistique sur les scènes internationales. Attentif au maintien de la fusion entre pensée, instinct et sensibilité, il ose la simultanéité des pratiques et la mise en tension de différents modes de composition, dans et avec tous les langages.

Depuis son expérience première dans les arts plastiques et visuels, il prend le risque d’échapper à toute tentative de catégorisation hâtive. Très vite considéré comme un virtuose des dispositifs électroniques et des arts sonores (1994), eRikm traverse les mondes-systèmes dits « indépendants », « institutionnels » et les territoires (France – International).

Dans le même temps (1997), il développe une approche ouvertement prospective du médium technologique, à la fois comme outil de développement d’un modèle économique et comme instrument de création, de production, de diffusion. Un processus qui ne cesse jamais de traiter les matières sonores comme un organisme vivant, en mutation permanente, exposé au risque de l’accident comme à celui du ravissement et de l’unisson.

Parce qu’il fait jouer tous les contraires dans la démarche d’improvisation, ce geste s’inscrit au plus haut des expressions d’intensité, misant à la fois sur sensation et entendement, farce et gravité, instinct et anticipation. Ses oeuvres mettraient alors en tension l’intime et le politique, le populaire et le savant, mais sans démonstration, plutôt à partir de courts-circuits, de matériaux (dé)générés en live – de la référence au bruit ; comme autant de façons de saisir chaque instant sur le vif.

Au fil du temps, les rencontres et collaborations s’impulsent naturellement avec des publics et des tempéraments : Luc Ferrari, Christian Marclay, Mathilde Monnier, Fm Einheit, Thurston Moore, Les Percussions de Strasbourg… Autant d’heureuses « coïncidences » qui marquent cette recherche instinctive de transmutation, ces jeux sur plusieurs plans.

Depuis 1997, seul ou accompagné, eRikm se déplace pour jouer (5 à 7 projets « on tour ») ou conçoit des oeuvres spécifiques, transversales, pour des espaces et des commandes (discographiques, radiophoniques, installations, vidéos…). Entre ces temps, irriguant l’émergé, les fragments les plus personnels continuent de s’assembler pour construire, à partir notamment de quelques-uns de ses arts premiers (photographies, dessins, objets plastiques, vidéo), une vision kaléidoscopique singulière.

In fine, tout son travail résonne certainement de ses recherches en bordure des sciences et d’une poésie curieuse du monde.

Une figure incontournable qui propose ce week-end, dans le cadre de sa carte blanche aux Instants Chavirés, de partager sa musique et transmettre son approche de l’improvisation à 10 musicien·ne·s.

Carte Blanche à eRikm :

Jeudi 16 juin : SUNDOG (eRikm & Isabelle Duthoit) / PIERRE PIERRE PIERRE / MARIA KOMAROVA
Vendredi 17 juin : JASMINE GUFFOND / SEABUCKTHORN / ECHOPLASME (eRikm & HANATSUmiroir)

– – – –
INFORMATIONS / RÉSERVATIONS
Lucas Pierrefiche
lucas@instantschavires.com

ERIKM#2
Marqueur 3.0
JASMINE GUFFOND
SEABUCKTHORN
ECHOPLASME
(ERIKM & HANATSUmiroir)

>
Pour ces deux soirées qui m’ont été proposées pour marquer mes 30 ans de production musicale et scénique, j’ai le plaisir, non pas de présenter mes héroïnes et héros d’alors produit·e·s chez Blast First, Dischord ou Sub Pop, mais de convier d’indéniables musicien·ne·s que j’ai rencontré·e·s ces deux dernières années.
Il est vrai que mes premières aventures sonores datent de 87, mais 1992 est l’année de mes premiers concerts et auto-éditions.
Imaginer faire un disque dans les 90’s ou envisager trois décennies de rencontres, de rumeur bruitiste et de musique fut possible grâce à la fidélité et l’engagement d’amis comme les Instants Chavirés.
Un intense merci à toute l’équipe et à Marcel Perrin qui jadis fit le lien.
La première soirée est dédiée à Damien Schultz, la seconde à Trio de Traîtres.
Erikm – mai 2022

Erikm est un musicien improvisateur, compositeur et plasticien français.
Depuis son expérience première dans les arts plastiques et visuels, il prend le risque d’échapper à toute tentative de catégorisation hâtive. Très vite considéré comme un virtuose des dispositifs électroniques et des arts sonores (1994), Erikm traverse les mondes-systèmes dits « indépendants », « institutionnels » et les territoires (France – International).
Il développe une approche ouvertement prospective du médium technologique. Il conçoit des oeuvres acousmatiques ou compose des musiques mixtes pour des ensembles instrumentaux (Ensemble Inter contemporain, Laborintus, Phoenix Basel, Les Percussions de Strasbourg, Dedalus…). Il a collaboré (avec Luc Ferrari, Jean-Luc Nancy, Christian Marclay, Thurston Moore, Bernard Stiegler, Mathilde Monnier, FM Einheit, Roger Turner…), des œuvres transversales qui constituent une vision kaléidoscopique singulière et mettent en tension l’intime et le politique, le populaire et le savant.

https://www.erikm.com/
https://erikm.bandcamp.com/

>
ERIKM
MARQUEUR 3.0
C’est 6 concerts inédits et une projection vidéo les 16 et 17 juin et un week-end d’atelier, les 18 et 19 juin, au cours duquel Erikm partagera son approche de l’improvisation avec 10 musicien·ne·s.
(Inscription en suivant ce lien).

>
Programme de ce soir, vendredi 17 juin
20h00 ouverture et projection : Zome.
Dès 20h30, concert de Echoplasme suivi de Seabuckthorn puis Jasmine Guffond.

Préventes en ligne (11,50 EUR) en suivant ce lien.
Ou 13 EUR sur place, ou 9 EUR (abonné.es)

>
JASMINE GUFFOND

© Camille Blake

Jasmine Guffond est une artiste et compositrice qui travaille au croisement des infrastructures sociales, politiques et techniques. Elle se concentre sur la composition électronique dans différents contextes musicaux et artistiques. Sa pratique s’étend de la performance live à l’enregistrement, en passant par l’installation et la création d’extensions pour navigateur web. À travers la sonification des données, elle aborde le potentiel du son pour s’engager dans des questions politiques contemporaines et engage l’écoute comme une pratique de connaissance située. Travaillant avec des sons abstraits autant qu’avec des structures musicales traditionnelles, elle a également sorti des disques en solo sur les labels Sonic Pieces, Karl Records et Editions Mego.

http://jasmineguffond.com/
https://jasmineguffond.bandcamp.com/

>
SEABUCKTHORN

© Valerie Tortolero

Seabuckthorn est un pseudonyme utilisé pour le travail solo du guitariste acoustique et multi-instrumentiste anglais Andy Cartwright.
Andy Cartwright s’empare des techniques de picking et d’archet combinées à divers accords ouverts pour créer une musique complexe et toujours sensible.
Ses compositions se situent généralement dans le champ de l’expérimentation, à la limite de l’ambiant et du folk.
Le guitariste a grandi dans l’Oxfordshire. Il a étudié le son et l’acoustique à Cornwall, puis a vécu dans les villes de Londres, Paris et Bristol.
Il réside maintenant dans les Alpes du Sud où les paysages montagneux inspirent sa création musicale.

www.seabuckthorn-music.com

>
ECHOPLASME
(ERIKM & HANATSUmiroir)

Erikm Composition, dispositif électronique
Ayako Okubo Flûtes
Olivier Maurel Percussions

Fantômes, monstres, ensorcellés… : entre paysages sonores hypnotisants et dispositifs instrumentaux envoûtants, HANATSUmiroir et Erikm parcourent la mythologie japonaise des Yokai.

Habituellement, l’ensemble HANATSUmiroir joue une musique contemporaine écrite. Mais pour la flûte contrebasse, le répertoire est encore mince malgré le fort potentiel de l’instrument. La flûtiste Ayako Okubo, qui s’en est éprise, passe donc commande. En faisant appel au compositeur ErikM, le percussionniste Olivier Maurel et elle‐même savaient qu’ils fouilleraient les abords de leurs pratiques respectives.

Tout débute par une improvisation à trois : ErikM aux platines, Ayaka Okubo à la flûte contrebasse, dont elle explore les possibilités, et Olivier Maurel qui apporte son corpus de petits sons. Collection d’objets sonores trouvés, coquillages, soucoupes à café, plein de bruits du quotidien auxquels s’ajoutent ceux qu’ErikM glane sur internet. Cet univers composé de sons plus ou moins familiers glisse volontiers vers l’étrangeté. Un écho à l’univers des Yokai, ces fantômes et créatures surnaturelles qui peuplent la mythologie japonaise. Une véritable source d’inspiration pour le trio.

Les deux interprètes détournent leurs modes de jeu. ErikM les y poussent avec le dispositif idiosyncrasique qu’il a créé. Ce dispositif permet, entre autres, de jouer non pas avec des sons concrets mais avec le signal électromagnétique de petites lumières. Le tout débouchant sur des textures sonores inédites. Étrange et envoûtant. Comme le monde des Yokai.

https://www.hanatsumiroir.fr/echoplasme/

>
Zome ゾム
Erikm & Stéphane Cousot
vidéo sonore – 21 min 19 sec

> captation d’une performance (2018)
sur la base de streaming son / image.
Images de Stéphane Cousot
son, lumière et montage d’Erikm
Sound-map de Locus Stream

> Projection avant les
concerts Les 16 et 17 juin
dès 20h dans le cadre du programme Rien à voir.

ERIKM#1
Marqueur 3.0
SUNDOG
(ERIKM & ISABELLE DUTHOIT)
PIERRE PIERRE PIERRE
MARIA KOMAROVA

>
Pour ces deux soirées qui m’ont été proposées pour marquer mes 30 ans de production musicale et scénique, j’ai le plaisir, non pas de présenter mes héroïnes et héros d’alors produits chez Blast First, Dischord ou Sub Pop, mais de convier d’indéniables musicien.ne.s que j’ai rencontré.e.s ces deux dernières années.
Il est vrai que mes premières aventures sonores datent de 87, mais 1992 est l’année de mes premiers concerts et auto-éditions.
Imaginer faire un disque dans les 90’s ou envisager trois décennies de rencontres, de rumeur bruitiste et de musique fut possible grâce à la fidélité et l’engagement d’amis comme les Instants Chavirés.
Un intense merci à toute l’équipe et à Marcel Perrin qui jadis fit le lien.
La première soirée est dédiée à Damien Schultz, la seconde à Trio de Traîtres.
Erikm -mai 2022

Erikm est un musicien improvisateur, compositeur et plasticien français.
Depuis son expérience première dans les arts plastiques et visuelles, il prend le risque d’échapper à toute tentative de catégorisation hâtive. Très vite considéré comme un virtuose des dispositifs électroniques et des arts sonores (1994), ErikM traverse les mondes-systèmes dits « indépendants », « institutionnels » et les territoires (France – International).
Il développe une approche ouvertement prospective du médium technologique. Il conçoit des oeuvres acousmatiques ou compose des musiques mixtes pour des ensembles instrumentaux (Ensemble Inter contemporain, Laborintus, Phoenix Basel, Les Percussions de Strasbourg, Dedalus… Il a collaboré (avec Luc Ferrari, Jean-Luc Nancy, Christian Marclay, Thurston Moore, Bernard Stiegler, Mathilde Monnier, FM Einheit, Roger Turner…), des œuvres transversales qui constituent une vision kaléidoscopique singulière et mettent en tension l’intime et le politique, le populaire et le savant.

https://www.erikm.com/
https://erikm.bandcamp.com/

>
ERIKM
MARQUEUR 3.0
C’est 6 concerts inédits et une projection vidéo les 16 et 17 juin ainsi qu’un week-end d’atelier, les 18 et 19 juin, au cours duquel, Erikm partagera son approche de l’improvisation avec 10 musicien·ne·s.
(Inscription en suivant ce lien).

>
Programme de ce soir, jeudi 16 juin.

20h00 ouverture et projection : Zome.
Dès 20h30, concert de Maria Komarova, suivi de Pierre Pierre Pierre et de Sundog.

Préventes en ligne (11,50 EUR) en suivant ce lien.
Ou 13 EUR sur place, ou 9 EUR (abonné.es)

>
SUNDOG

© Danaé Guilbot

Isabelle Duthoit voix
ErikM dispositif électronique

Isabelle Duthoit développe une technique de voix singulière et personnelle. Son chant prend racine dans le souffle, le bruissement, l’éclat ; il nous ouvre des horizons radicalement neufs.
ErikM, au travers de dispositifs électroniques, traite les sons comme des organismes vivants : en perpétuelles mutations, exposés au risque d’accident comme à celui de l’unisson.
Cd (Col des tempêtes) automne 2022.
https://www.cronicaelectronica.org

Après avoir étudié la clarinette au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon, Isabelle Duthoit s’oriente vers les musiques d’aujourd’hui, collaborant avec Georges Aperghis, Gilbert Amy, Daniel d’Adamo et Klaus Huber. Elle trouve ensuite son univers de prédilection dans l’improvisation libre, et travaille avec de nombreux artistes de la scène expérimentale internationale comme Phil Minton, Dieb13 ou Angelica Castello. Elle est membre de plusieurs groupes comme Hiatus, Système Friche, Where is the sun, Uruk, Iki, NYX.

lsabelle Duthoit développe depuis vingt ans une technique vocale singulière, recherchant « un langage avant le langage, une voix de l’origine ». Elle aborde régulièrement la danse (Cie Li(luo)) et le théâtre (Revue Éclair, Cie Roland Furieux). En 2008, elle est résidente à la Villa Kujoyama à Kyoto pour étudier le cri dans le chant nô, la récitation du bunraku et l’iaidō. En janvier 2020, elle développe un projet nommé Libelle qui intègre photographies et dessins à une partie pour voix solo.

Isabelle Duthoit FB
Isabelle Duthoit Discogs
https://www.erikm.com/

>
PIERRE PIERRE PIERRE

Artiste autodidacte intéressé par les matériels et situations dysfonctionnelles. Joue avec des instruments électroniques faits-main, des appareils hifi domestiques ou des langages de programmation informatique dédiés à la synthèse sonore.
A collaboré entre autre avec Clinch (AV2), Will Guthrie (WAV2), Rui Leal (RRR), Mariane Moula (Prana Cotta)…

Membre du feu CABLE#, festival de musiques expérimentales, et Mire, association de cinéma expérimental, à Nantes. PPP organise des évènements de manière sporadique sous le nom de 50hz.club …

On se souvient que Pierre Pierre Pierre est l’auteur de la géniale performance « Bolo Eletrico #4 – 30 ans des Instants Chavirés » en septembre dernier.

50hz.club/

>
MARIA KOMAROVA

© Svetlana Lopato

Maria Komarova est une artiste intermédia originaire de Biélorussie. Elle s’engage principalement dans le domaine du théâtre post-dramatique, de la scénographie, des arts sonores et visuels. Elle concentre sa pratique artistique sur l’exploration et l’agencement objets et de diverses entités inanimées à la recherche de modes d’interaction.
Sa démarche est de repenser les fonctions premières des objets et de détourner consciemment les technologies existantes.
Maria est l’une des fondatrices du groupe de théâtre PYL, du Festival international d’art performatif de Minsk (Biélorussie) Performensk et du groupe de musique kaine anung.

Maria Komarova présente sa performance sonore, intitulée 555 bugs.
Elle utilise des objets trouvés et des instruments électro-acoustiques afin de créer un paysage où les matériaux élémentaires trouvent de nouvelles significations ainsi que des connexions spontanées.
Les objets quotidiens deviennent se muent en créatures sonores spécifiques… Ils interagissent, bougent, résonnent et produisent de minuscules sons : bruissements, craquements, grincements, craquements.

mariakomarova.org/

>
Zome ゾム
Erikm & Stéphane Cousot
vidéo sonore – 21 min 19 sec

> captation d’une performance (2018)
sur la base de streaming son / image.
Images de Stéphane Cousot
son, lumière et montage d’Erikm
Sound-map de Locus Stream

> Projection avant les
concerts Les 16 et 17 juin
dès 20h dans le cadre du programme Rien à voir.

BLURT
ZAD KOKAR

>
BLURT

Ted Milton saxophone, voix
Steave Eagles guitare
David Aylward batterie

Pyscho-funk afro-punk fake no-wave pogo jazz trio avec le légendaire Ted Milton / Blurt !!

C’est en 1979 que le poète / marionnettiste Ted Milton forme Blurt, avec son frère Jake Milton à la batterie et Peter Creese à la guitare. L’expérience est immédiatement cathartique, Ted Milton déchire le post punk anglais à coup de saxophone au vitriole et de trance no wave indomptable.
Dans les années 80, on parle souvent de Blurt comme étant le versant excentrique et britannique de la no wave new yorkaise mais la musique du groupe existe dans des territoires où le free jazz et l’art rock fusionnent dans un format punk tribal unique.
42 ans que le groupe se produit avec différents line up (il a même inclut Charles Hayward)… autant de decennies d’ingéniosité et de férocité implacables et dansantes.
À près de 80 ans, Ted Milton est toujours aussi charismatique et sa voix est toujours profonde comme le prouve le récent 45 tours Uzi paru sur Improved Sequence.

« As the set progresses, you get more funk, more pained vocals, feedback, raucous rocky drums and the fast and frenetic combined experimental poetry and sax. » Ioan

https://www.tedmilton.net

>
ZAD KOKAR

Roue libre entre no-wave et rythmiques hip-hop 80’s.
Snakefinger qui jamme un hip-hop avec Throbbing Gristle.
Couleurs vives, dissonances, mélange chaotique et cathartique des influences de The Residents, Zeek Sheck, DNA, Mark Beyer, SKIN GRAFT RECORDS…
Zad est membre de Sida.

vidéo
https://petite-nature.bandcamp.com/

#Hors les murs
Scènes Nomaades
CLAUDE SATURNÉ & CHRISTOPHE BORILLA
MADDY STREET
TURFU
Au Parc des Guilands
18h30 – Gratuit

 

Du 22 mai au 10 juillet 2022, les Scènes Nomaades repartent en goguette pour 6 nouvelles balades musicales à arpenter dans le 93 ; de Montreuil au Bourget en passant par Aubervilliers, la Courneuve, Saint-Denis, Épinay-sur-Seine et Saint-Ouen-sur-Seine. À pieds ou à vélos, rejoignez-nous cet été pour ces joyeuses aventures sportives et sonores en plein air !

Le dimanche 22 mai le Café la Pêche, les Instants Chavirés et la Maison Populaire ont l’immense plaisir de vous inviter pour l’ouverture des Scènes Nomaades au parc Jean-Moulin Les Guilands à Montreuil et Bagnolet.


MONTREUIL / BAGNOLET

Étapes : Cour Carrée / Maison du Parc / Point de vue de la grande Traverse.

Rejoindre l’événement FB

>
Avec les Instants Chavirés :

CLAUDE SATURNÉ & CHRISTOPHE BORILLA

Claude Saturné est né à Jacmel (Haïti) le 14 février 1978.
Il a grandi à Carrefour (dans la banlieue de Port-au-Prince) près d’un temple vaudou. Dès son plus jeune âge il s’est imprégné des rythmes et chants vaudous traditionnels haïtiens : tout d’abord auprès de sa mère, chanteuse de cérémonie vaudou puis à partir de l’âge de 16 ans en côtoyant les membres du groupe de musique racines Boukan Ginen. Il multiplie ensuite les rencontres avec des percussionnistes et maîtres de cérémonies vaudous dans différentes régions d’Haïti et acquiert ainsi peu à peu la maîtrise de nombreux rythmes traditionnels vaudous (plus de 80).
En 2000 il intègre Badji, le groupe du saxophoniste de jazz Turgot Théodat avec lequel il se produira à de nombreuses reprises jusqu’en 2009 en Haïti et à l’étranger.
Il collabore en parallèle avec divers artistes haïtiens (Wooli Saint Louis Jean, Belo, Bob Bovano, Samba Zao…), participe à plusieurs projets de la troupe de théâtre Collectif Nous dirigée par Guy Régis Junior, à la création de l’opéra haïtien Mariage Lenglensou et anime plusieurs ateliers de formation musicale dans des écoles, centres culturels, Faculté des Arts. Il s’installe en France en 2009 et débute des collaborations avec plusieurs artistes : Erol Josué, Bob Bovano, Moonlight Benjamin. Il participe aux projets Jazz Racines Haïti et Trio Jazz Vaudou de Jacques Schwartz-Bart. Depuis 2015 il collabore au projet Creole Spirit d’Omar Sosa et Jacques Schwartz-Bart qui allie les rythmes traditionnels du vaudou haïtien et de la santeria cubaine au jazz. Il collabore à la réalisation de l’album Siltane de Moonlight Benjamin, sorti en mars 2018, qui marie les rythmes traditionnels haïtiens au blues et au rock. Il continue également à transmettre sa connaissance de la musique traditionnelle haïtienne en animant des stages de percussions et de danse vaudou.

Le 22 mai au parc des Guilands, Claude Saturné sera accompagné du bassiste Christophe Borilla.

>
Avec le Café la Pêche :

MADDY STREET

Maddy Street, jeune chanteuse et vidéaste, est la plus britannique des françaises. Entre légèreté pétillante et gravité poétique ses sons mélangent le français et l’anglais,le romantique et l’engagé, le sombre et le coloré.

>
Avec La Maison Populaire :
TURFU
Ce duo futuriste relève avec une simplicité déconcertante le pari de mêler les rythmes dansants de l’accordéon et les répétitions abstraites de l’électronique. Travaillant les longs crescendos de la techno, les dissonances de l’accordéon et la création d’émotions confuses, ces jeunes musiciens nous embarquent dans leur univers minimaliste pour une transe hypnotique à la fois brute et festive.

>
Le MAAD 93 – réseau des musiques actuelles en Seine-Saint-Denis
– et l’ensemble de ses adhérents ont l’immense plaisir de vous présenter la deuxième édition des Scènes Nomaades, un festival itinérant de vélos-concerts en Seine-Saint-Denis. Construites par l’association Véloma et Pikip Solars Speakers, les Scènes Nomaades sont mobiles et cyclables et fonctionnent exclusivement à l’énergie solaire.

>
Ce projet est soutenu par le Département de la Seine-Saint-Denis et la région Île-de-France

>
https://www.maisonpop.fr/
https://www.facebook.com/cafelapechemontreuil
https://www.maad93.com/

#Ideologic Organ
KAMILYA JUBRAN
EYVIND KANG & JESSIKA KENNEY

Une soirée consacrée à la collection Ideologic Organ, dorénavant éditée par Shelter Press.
Un programme conçu par Stephen O’Malley en collaboration avec les Instants Chavirés.

Ideologic Organ curation and art direction by Stephen O’Malley. The label was created and actualised in collaboration with the great Peter Rehberg (1968-2021). Stephen/IOM worked on 42 titles as part of an immense creative and productive partnership with Peter/Editions Mego between 2011-2021. After Peter’s passing in 2021, Stephen and the Mego family agreed on the continuity of the project, and the IOM developed a new partnership with the French label/publsher Shelter Press for manufacturing and distribution. There are now 7 new titles in various stages of production now for release between May 2022 until 2023 including by Kamilya Jubran, Akós Rózmann, Attila Csihar, Lasse Marhaug, Runhild Gammelsaeter, Kali Malone, and others.
Thank you for your support.

https://ideologicorgan.bandcamp.com/
https://shelter-press.com/

>
KAMILYA JUBRAN

Kamilya Jubran chant & oud

Kamilya Jubran est une compositrice, chanteuse et musicienne d’origine palestinienne vivant en Europe depuis 2002. Née à Acre en 1963, c’est aux côtés de son père, le luthier et professeur de musique Elias Jubran, que Kamilya apprend la musique classique arabe. A l’âge de 19 ans, elle rejoint le groupe palestinien Sabreen avec lequel elle se produit (au chant et kanoun) dans de nombreux pays jusqu’en 2002. Avec eux, elle fonde également un studio de production à Jérusalem. Elle a su créer un style musical inédit, qui revisite les classiques, tout en proposant un nouveau style de musique arabe moderne. Elle compose ses propres musiques et évolue dans les milieux alternatifs européens de la musique.
Depuis l’an 2002, Kamilya Jubran travaille avec Werner Hasler – trompettiste et musicien électronique, et Sarah Murcia – contrebassiste parisienne, avec lesquels elle mène ses recherches actuelles. Elle a plusieurs productions à son actif, dont Mahattaat (2002), Wameedd (2004), Makan (2009), Wanabni (2011), Nhaoul’ (2013), Wasl (2014), Habka (2017), Wa (2019). Malek (2021) – avec l’Orchestre de Normandie, La Sybille (2021) avec Florentin Ginot.

Elle participe à de nombreuses créations: avec le trio de Sylvain Cathala, avec Mark Tompkins (Le printemps), le groupe Bratch (Orient mon amour), la cinéaste Anne-Marie Haller (Telling string), l’ensemble Diabolus et La Camera Delle Lacrime (Resistencia), Guy Freix (Les enfants des vagues hautes), l’ensemble Barokksolistene avec Jon Balke (Siwan Jadid) et l’ensemble de Mela Meierhans (Rithaa-Tales of Hereafter).

Elle est depuis 2013, membre du jury de plusieurs fondations culturelles arabes au Proche Orient et en France (DRAC, AFAC, entre autre).

En 2014 elle fonde l’association Zamkana, dont elle est responsable artistique, qui a pour objectif le soutien de la liberté d’expression dans la création, l’aide au développement et l’accompagnement d’artistes issus des jeunes générations du monde arabe, la production et la diffusion de spectacles, l’animation d’ateliers d’expression artistique ou de formations musicales.

Préoccupée par la situation socio-culturelle actuelle dans le monde arabe, elle cherche à garder des liens avec la jeune génération des artistes musiciens, vivant dans un contexte presque hostile à la culture, sans soutien et sans structures.

En 2018, elle réalise la création musicale Sodassi avec six jeunes musicien.ne.s sélectionné.e.s dans des ateliers de musique menés en 2014 à 2016 au Caire, Ramallah, Haïfa et Beiruth.

En juin 2020, et en partenariat avec La Dynamo de Banlieuesbleues, Zamkana inaugure son projet Terrae Incognitae .

>
EYVIND KANG & JESSIKA KENNEY

Eyvind Kang alto, setar, éléctroniques
Jessika Kenney voix, percussions, éléctroniques

Eyvind Kang et Jessika Kenney forment un duo dédié aux marges du son et à ce qu’ils appellent les géomusicalités.

Les deux artistes se sont imposés comme des voix singulières évoluant à l’intersection de la composition contemporaine, de l’improvisation et de certaines formes de musiques anciennes. Individuellement ou en duo, ils ont travaillé dans des contextes allant de l’interprétation de musiques traditionnelles persanes et javanaises à des collaborations avec Sunn O))).
ils ont également travaillé avec la poétesse Anne Carson, les groupes Sun City Girls, Animal Collective… On parle ici véritablement d’un éventail de pratiques unique et iconoclaste.
En 2019, Jessika Kenney, spécialiste dans l’interprétation et l’adaption vocale de textes sacrés, a participé à la musique du film Midsommar (Ari Aster).
On note par ailleurs pour Eyvind Kang, des collaborations avec Laurie Anderson, Skuli Sverrison, Bill Frisell, Hildur Guðnadóttir…

Ce soir, il faut s’attendre à une immersion dans les timbres obsédants d’une musique méditative, mouvementée et ritualiste.

« Work of delicate beauty, as pristine as the surface of a lake at dawn on a summer’s morning. » —TheQuietus

Récemment, le duo a sorti The Cypress Dance (Original Soundtrack To A Film By Mariana Caló & Francisco Queimadela).
En 2011, Stephen O’Malley avait réédité  Aestuarium via Ideologic Organ.

 

Massages sonores
THIERRY MADIOT
À la Récolte Urbaine (Montreuil)

En partenariat avec la Récolte Urbaine.

Les Instants Chavirés, en partenariat avec la Récolte Urbaine, proposent deux jours de découverte autour du dispositif de massages sonores avec Thierry Madiot à destination des enfants et adolescents du quartier Boissière (Montreuil).

Tour à tour les enfants seront récepteurs et émetteurs, auditeurs et musiciens. Ils auront ainsi l’occasion de développer un geste musical personnel, de s’immerger dans un processus de création artistique et d’entrer dans un rapport intime au son.

MASSAGES SONORES

Les massages sonores présentent une pratique inédite de l’art sonore. Tout est affaire de confiance. S’en remettre entièrement à des spécialistes des sons, qui pénètrent au plus profond de l’auditeur à l’aide d’ondes sonores inouïes, mais pourtant très familières. Ces sons acoustiques, quasi-inaudibles, issus d’objets du quotidien, sont produits par un musicien au plus près voire à l’intérieur même de l’oreille de l’auditeur, bouleversant radicalement son écoute spatiale et intérieure. En abolissant la distance, en pénétrant dans l’intimité de la boite crânienne, un jeu de microscope se met en place : l’abandon va de soi.

THIERRY MADIOT

Thierry Madiot est artiste sonore, compositeur et improvisateur.
Il joue du trombone basse, des trompes télescopiques, pratique les massages sonores dont il est l’instigateur et réalise des installations sonores avec des compresseurs à air. Il est également membre de l’ensemble Dedalus.
Respirateur s’appuyant sur le souffle et le vent, découvreur de matériaux sonores et collectionneurs d’accessoires, il sillonne par tous les biais les musiques improvisées et contemporaines.
Thierry Madiot développe depuis plusieurs années une pratique pédagogique avec des publics variés : enfants, adultes, professionnels, publics spécifiques.

http://madiot.free.fr

26 et 28 avril 2022
Horaires : de 14h00 à 17h00
Public : enfants et adolescents. Entrée libre.
Intervenant : Thierry Madiot.
Lieu : Récolte Urbaine – 2 rue de la Montagne Pierreuse, 93100 Montreuil.

– – – –
INFORMATIONS
Lucas Pierrefiche
lucas@instantschavires.com
01 42 87 25 91

#Quasi 2022.5 – entrée libre
JUNE LOPER
EIGHTY CUTS
DOTTIE DOPPLER

 

Parceque QUASI tout et QUASI mensuel.
QUASI (AKA Q since 2009) est un moment à part et convivial au sein de la programmation des Instants Chavirés. Toujours centré sur la scène expérimentale locale, celle qui a le droit de déraper et de mordre sur les marges, on y découvre, en vrac et empilés, rencontres et formations inédites, tentatives électriques, noise, improv, free, in progress, électroniques… Tout peut quasiment arriver.. ou pas.

Entrée libre et gratuite à partir de 20h00

>
JUNE LOPER

Diffusion.
Naissance d’un iceberg – 9’51”

Il craque, vogue, croule, crisse, dérive, tremble, éclate, fascine, terrifie… Le glacier cristallise cette triste allégorie : l’érosion des éléments présageant doucement une fin attendue, imminente pour lui comme pour nous. Un cosmos qui saigne au goutte à goutte.

Fragilité du grandiose et signe des passages du temps.

La dite cathédrale de glace, créature marine des eaux les plus dangereuses aux extrémités du monde, murmure son étrange incantation dans la plénitude du vide. Le cri dans la nuit d’un géant qui sombre. 

>
DOTTIE DOPPLER

Dottie Doppler n’est pas poète, elle est chimiste.

>
EIGHTY CUTS

Siam batterie
Greg guitare, voix

Labyrinthes rivières soniques.
Cuts-up d’improvisation entre dream punk et psychedelia.
« Né d’une cellule qui s’est fissurée, transformée en deux, puis en quatre ensuite en huit en seize 
mondes isolés mais communiquant étonnamment entre eux me voici au bout de quatre vingts divisions »

https://eightycuts.bandcamp.com/releases

LA RACE
A_R_C_C

>
LA RACE


Formé en août 2009, par Romain S., Romain L. et Pavel V., La Race produit un rock sombre et aliéné qui est plus proche de la musique industrielle que de vos chansons préférées des Rolling Stones.

Via l’usage d’une batterie minimaliste, de quelques accords dissonants de guitare et de voix à la limite du compréhensible, ils créent ce qui est souvent considéré comme « Brutal Transe » ou « No Wave Doom ».

Des parties très répétitives, des transitions angulaires, des réverbérations enivrantes et principalement une dédicace obstinée à atteindre la limite du son et de la musique.

De source sure mais confidentielle, La Race 2022 cherche la lumière au fond du tunnel… on ne s’attend pas à des couleurs chatoyantes ni à du ska festif mais cela risque de swinguer un chouilla plus.

Nouveau disque « Je me rapproche de mon squelette » en écoute et téléchargement ici
Website

Groupes liés : Headwar, Klaus Legal, Adjani, Me Donner, Bâton XXL, Lièvres et serpents…(Dalida, Vespre, Carte Noire, Death To Pigs….)

>
A_R_C_C

Depuis 2014, environ, Arnaud Rivière et C_C joignent leurs énergies dans l’Association de Recherche Contre le Concert.
Autour d’un nouveau setup réduit (sampleurs, électrophone défoncé, boites à rythme désynchronisées etc), ils mêlent beats & bruits & vice-versa. En d’autres termes, la musique d’A_R_C_C lorgne autant vers le dance floor sérieusement en pente que vers le sound system aiguisé noise.

C_C est un fer de lance de la frange radicale de la musique électronique en France.
Sa pratique est tellement naturelle, fluide et passionnée qu’il est impossible de ne pas être subjugué par ses perfomances.
Membre de OD Bongo, Jardiland… il participe au label ThirdTypeTapes.
Il est aussi co-créateur de fameuse Distomobile avec O.R.B.M.

Arnaud Rivière, au fils des années, est devenu le mauvais élève virtuose de l’électrophone défoncé, dépouillé, bionique et organique.
Multi activiste, ces derniers temps, il joue beaucoup en duo avec Nina Garcia (Autoreverse), Mario De Vega… et il dirige le festival Sonic Protest avec Franq De Quengo depuis 2003.

Bandcamp

LES FILLES DE ILLIGHADAD

Il y a tout juste cinq ans, en avril 2017, Les Filles de Illighadad donnaient leur premier concert en France aux Instants Chavirés. Depuis, elles ont parcouru le monde et c’est avec grand plaisir que nous les accueillons une nouvelle fois à Montreuil avec At Pioneer Works (Sahel Sounds), un nouveau disque d’enregistrements live de leur répertoire.

Les Filles de Illighadad est un groupe emmené par des musiciennes aux avant-postes de ce qui est le futur de la musique touarègue. S’appuyant sur les bases musicales traditionnelles du tendé* et du takamba, dont l’influence sur la musique touarègue à guitares a été oubliée, Fatou et Les Filles donnent un nouveau souffle au genre musical. Des lignes de guitares hypnotiques, un rythme entraînant, et un trio polyphonique dont les voix résonnent et s’entremêlent pour un résultat organique, naturel et intemporel.

Fatou Seidi Ghali, figure de proue vocale et musicale de Les Filles, est l’une des seules guitaristes féminines touarègues au Niger. Empruntant en douce la guitare de son frère aîné, elle a appris l’instrument toute seule. Que Fatou soit l’une des rares femme guitariste touarègue est une révolution en soi, mais pas autant que la direction musicale qu’elle a choisie. Alors que ce sont des facteurs de genre qui ont suscité deux styles de musiques divergentes, Fatou et Les Filles réaffirment le rôle du tendé dans la culture musicale touarègue. En lieu et place du djembé ou de la batterie, plus répandus dans les groupes de rock touarègues contemporains, Les Filles de Illighadad y réintègrent le tambour traditionnel et le tambour d’eau, avec la calebasse. Influence oubliée de la musique à guitares touarègue, Fatou Seidi Ghali et Les Filles en rappellent l’importance et redonnent au tendé sa place et son importance.

Les Filles sont accompagnées sur scène par le guitariste de Mdou Moctar, Ahmoudou Madassane.

https://lesfillesdeillighadad.bandcamp.com/

*Le Tendé est un tamtam composé d’un mortier recouvert de cuir et d’un tissu qu’on mouille ; ce qui lui donne une résonnance unique. Il est maintenu par deux pilons sur lesquels sont posés deux  grands cailloux  qui servent   de tendeur au cuir quand celui-ci se relâche sous les battements.
Il est accompagné par le « assaqalabo » constitué d’une tasse contenant de l’eau dans laquelle est posée à la renverse une calebasse  qu’on tape à l’aide d’une  chaussure.
Cette musique est jouée lors des mariages, baptêmes, courses et parades de chameaux qui dansent au rythme de la musique, battements des mains , chants et youyousdes femmes.
Source : Issikta.