Deardogs présente
P1111111 & CONTACTO
FORMA NORTE & DRIADELVIRA
GYEONGSU

Première soirée officielle autour du label Deardogs, né en 2021 à Bagnolet. Le catalogue du label, garni de 5 sorties physiques (à chacune son format), démontre une volonté nette de décloisonnement à travers le croisement de genres et esthétiques divers·es, allant de l’électronique expérimentale aux improvisations et compositions rock/folk, en passant par des inspirations néo-traditionnelles, industrielles voire dansantes selon les saisons. Avec pour volonté première de mettre en avant le travail de différent·e·s artistes n’ayant pour la plupart jamais sorti de projets auparavant et naviguant dans divers champs artistiques et musicaux.

Le label propose trois lives inédits à cette occasion : deux duos résolument axés autour des guitares, synthés et voix espagnoles, et une performance solo aux contours indéfinis en clôture.

 

deardogs.xyz

>
p1111111 & Contacto

Contacto est un musicien originaire de Valence (Espagne), actuellement basé à Paris. Il a été actif dans la scène musicale underground de Valence au sein du collectif Dominio, où il a sorti ses premiers projets, suivis de sorties sur des labels tels que Aizkora (Barcelone), World Canvas (Helsinki), surf (Lisbonne) et White Garden (Paris). Il a sorti son premier album “ASTRAY” l’an dernier sur Deardogs, alliant diverses influences folk, expérimentales, rock, électroniques et hip-hop, laissant également la part belle aux collaborations avec divers·es artistes de son entourage proche. Il présentera ce soir un nouveau live avec l’artiste p1111111.

SoundCloud / Bandcamp

p1111111 est une artiste également originaire de Valence (Espagne). Cofondatrice du collectif de musique électronique Dominio, et active au sein du groupe La Plata, mais également au sein d’autres projets tels que Luz Verdadera ou Ediacara, elle s’aventure en solo vers des terrains plus expérimentaux et analogiques, entre électronique minimale, drone brumeux et improvisation noise. Elle ouvrira la soirée avec un set solo avant d’accompagner Contacto en duo.

SoundCloud /

>
Forma Norte & Driadelvira

Forma Norte est un projet open source dirigé par le producteur et musicien Nestor De Cos. Inspiré par une variété de genres et de mouvements différents tels que le rock, la folk et la no wave, il explore les limites de chacun d’entre eux en utilisant (presque) toujours la guitare comme élément central, tout en usant souvent de références à diverses inspirations musicales sous forme de samples (influences allant de Black Sabbath à Psychic TV en passant par John Lurie). Forma Norte se produit soit en solo, en duo (ce qui sera le cas ce soir avec Driadelvira) ou en groupe. La K7 de Forma Norte est la dernière sortie en date du label Deardogs.

Bandcamp

Driadelvira est un projet lyrico-vocal qui évoque la présence d’un réfugié dans un espace onirique, auto-créé et basé sur le subconscient et la mythologie. Le projet est né en collaboration avec les bases instrumentales produites par l’artiste Forma Norte.

SoundCloud

>
Gyeongsu

Gyeongsu a sorti son premier disque solo, “Deficiency”, sur le label Deardogs en 2021. Un disque aux allures d’album miniature, appréhendant, le long de dix morceaux, une infinité d’expérimentations dans un laps de temps très court : de l’intro quasi burlesque « after diner not yet » au bourdonnement de « a post », en passant par le violoncelle en décrépitude de « gratitude » aux arpèges en plein essor de « 1,2,3 », le disque fournit continuellement des éléments de guitares dans différents états, accompagnées de batteries, lignes de basses, voix nébuleuses et samples aux allures psychédéliques formant une sorte de rêve confus, dont on aurait du mal à réagencer les éléments mais qu’on aimerait revivre la nuit suivante.

On a également pu apercevoir Gyeongsu dans le duo from here on it’s all (sorti sur Le Syndicat des Scorpions) et sur le label Association Fatale le temps de deux titres. Il clôturera la soirée par une performance solo. Premier live à Paris !

Chronique de Pierre-Arthur Michau dans Musique Journal.
Bandcamp

# Festival Sonic Protest
SISTER IODINE
LEILA BORDREUIL
CUNTROACHES
RUMP STATE
Au Générateur (Gentilly)

sonicprotest.com
instantschavires.com
legenerateur.com

Une coproduction Sonic Protest / Instants Chavirés en partenariat avec Le Générateur dans le cadre de la 19ème édition du Festival Sonic Protest.

>
Ce concert a lieu au :
Générateur
16 rue Charles Frérot
94250 Gentilly
M° Place d’Italie + Bus 57 arrêt Verdun – Victor Hugo

Ouverture des portes 19h30

13 EUR tarif prévente en suivant ce lien + frais de loc
15 EUR plein tarif sur place

>
SISTER IODINE

Lionel Fernandez guitare
Erik Minkkinen guitare, voix
Nico Mazet batterie, électroniques

Release party ! « HOLLOZONE » sur le label Nashazphone.

Franc-tireur et tête chercheuse de la scène noise française, le trio a développé une formule unique à la croisée des genres et des poisons, où à coup de guitares et de batterie lacérées, le groupe cherche comme une sorte de confusion terminale entre rock et chaos.
Formé en 1992 (circa), on devine que ces trois activistes des marges sonores les plus extrêmes, ont dû affiner leurs gammes via des chocs bruitistes tels que Keiji Haino ou Borbetomagus, artistes phares qui se produisaient alors aux EPE à Paris, temple mythique des franges expérimentales (musique, cinéma…).
En 7 albums (bientôt 8), le groupe est largement reconnu pour sa noirceur sauvage toujours plus acide, déployée dans une formule unique, entre fureur no-wave, bruits bruts, électroniques abrasifs, et poison venu du Black Metal originel.
8e album (toujours sur Nashazphone), recouvert d’une fine couche de ce vernis délicieusement toxique, que l’on célèbre ce soir.

Bandcamp

>
CUNTROACHES

© M Dabbadie

Si on pousse le curseur du chaos à 666 pieds sous terre, on tombe sur Cuntroaches. Passées les strates de lumière rouge sang et de fureur maculée, les états de sidération et de suffocation, on peut pleinement et sereinement apprécier la musique du trio berlinois.
Créature arrachée aux sous-sols en l’an 2015 après Jésus-Christ, le groupe a depuis liquéfié nombreuses scènes du vieux continent et s’est lui-même dissous d’extase, en totale osmose avec son public.
Mais de quoi donc parlons-nous au juste ? La musique de Cuntroaches délivre sous formes d’assauts surélectrifiés, un amas de post-grindcore, métal délabré, punk ultra bruitiste… le tout pourrait être mixé dans un container rouillé en pleine zone industrielle.
Voilà, il fallait être clair.
Courte discographie comptant une poignée de cassettes et un split 45 tours avec – comme par hasard – les anglais de Guttersnipe, Cuntroaches est signé sur le légendaire label américain Skin Graft Records pour leur premier album à paraître courant 2023.

Web
Bandcamp
Vidéo

>
LEILA BORDREUIL

Leila Bordreuil est une violoncelliste, compositrice, improvisatrice et artiste sonore franco-américaine.
Elle vit actuellement à Brooklyn. Son langage musical emprunte autant de concepts à la harsh noise qu’au classique contemporain, free jazz et autres traditions expérimentales…
Poussée par un intérêt féroce pour le son pur et sa texture inhérente, Leila Bordreuil défie la pratique conventionnelle du violoncelle en s’appuyant sur des techniques étendues et des méthodes d’amplification extrêmes sans pédales d’effets.
“Je suis à la recherche d’un son magique, qui guérit, tue, retourne le cerveau” déclare-t-elle aux Inrocks en septembre 2022.
Ses compositions incorporent fréquemment des explorations psychoacoustiques et une spatialisation sonore au moyen de pièces in situ et d’installations multicanaux.

Collaborations nombreuses et diverses avec entre autres : Bill Nace (Body/Head), Tamio Shiraishi (Fushitutsa), Zach Rowden, Kali Malone, Susan Alcorn, Ingrid Laubrock, Lee Ranaldo (Sonic Youth)…
En 2022, elle est en résidence au GRM à Paris et produit la pièce Pulsion / Suspension.
Cette même année, en décembre, elle partage la scène avec Sunn O))) à New-York.

Web
Bandcamp

>
RUMP STATE

Mark Morgan & Gaute Granli feat. Pat Murano
Release Party ! premier album « RETALIATION AESTHETICS » sur le label No Lagos Musique

Mark Morgan et Gaute Granli se sont rencontrés pour la première fois à Brooklyn en 2017.
L’année suivante, Mark Morgan, en tournée, partage quelques dates en Norvège avec le sus-cité Gaute Granli.
Ne s’étant pas « tapé dessus », disent-ils, durant ces quelques jours de promiscuité, ils décident en 2019 de monter une tournée de 50 jours, rien que ça, à travers l’Europe, pour présenter leur solo respectif.
Là, c’est une autre expérience… mais toujours pas de fight à proprement parler ; ils conviennent alors de créer un groupe ensemble.

“Fuck it, let’s see what happens.”

Tentative fructueuse du vivre ensemble par deux misanthropes ?
On retrouve dans Rump State, Mark Morgan, qui était l’homme derrière le trop méconnu Sightings (Sonic Protest 2011) , trio New-Yorkais à l’origine d’un noise rock impressionnant d’inventivité, un groupe difficile à apprivoiser et sans doute trop en avance sur son temps.
Quelques disques marquants, notamment sur Load Records, Daïs… et puis s’en vont ; Mark Morgan a depuis officié dans Silk Purse avec des passages dans To Live and Shave in LA et des collaborations avec Aaron Dilloway, entre autres.
Gaute Granli est membre de Firmaet Forvoksen. De sa Norvège natale, il distille en solo un corpus sonore pour le moins déroutant et non identifié… peut-être une nouvelle musique, une pop hachée, désolée… survenue du siècle prochain.
Les deux musiciens partagent un jeu de guitare et une approche vocale d’apparence déstructurée mais bel et bien ciselées.
ils produisent une masse sonore que l’on ressent comme à la dérive ou emmenée inexorablement par des sables mouvants…
Attention : psychédélisme inconfortable et avant-garde totale.

Ce concert marque la sortie de leur premier disque sur le label No Lagos Musique.
Ils sont exceptionnellement accompagnés de Pat Murano (Decimus), autre New-Yorkais issu du collectif No Neck Blues Band… une pierre de plus dans la déstabilisation, en somme.

Soundcloud

La Fabrique Agitée
BJ NILSEN
ANNABELLE PLAYE

Un concert proposé par La Fabrique Agitée

>
BJ NILSEN

BJ Nilsen est un compositeur et artiste sonore suédois basé à Amsterdam.
Il commence sa carrière discographique à l’âge de 15 ans sous le pseudonyme de Morthound, avec lequel il publie 4 albums entre 1991 et 1994 sur le label Cold Meat Industry.
À partir du milieu des années 1990, avec son projet Hazard puis sous son propre nom, il s’intéresse principalement aux sons de la nature et à leurs effets sur les êtres humains, ainsi qu’à la perception du temps et de l’espace à travers le son. Au cours des dernières années, il a également travaillé sur les sons urbains (l’album « Eye of the microphone » est construit à partir de sons de la ville de Londres) ou industriels, comme avec le projet « ORE », basé sur l’exploration d’une mine de fer à Kirkenes, localité norvégienne située au niveau du cercle polaire, ainsi que des projets produits dans des conditions climatiques extrêmes, avec par exemple l’album « Storm », enregistrement de tempêtes en mer baltique, co-réalisé avec Chris Watson.
Il a travaillé sur la musique et le design sonore de plusieurs films (« Sicario » de Denis Villeneuve, « Enter the void » de Gaspar Noé…), de spectacles de théâtre et de danse, et est coéditeur du livre « The acoustic city », paru en 2014, recueil d’essais sur le son en milieu urbain, faisant le lien entre architecture, géographie, musicologie et sociologie.
Parallèlement à ses projets en solo, BJ Nilsen a joué et enregistré avec de nombreux artistes comme le groupe Stilluppsteypa, Chris Watson, Philip Jeck, Z’EV, Joachim Nordwall, Jóhann Jóhannsson, Alan Courtis, Judith Hamann et Hildur Guðnadóttir.
La plupart des enregistrements de BJ Nilsen ont été publiés par The Helen Scarsdale Agency, IDEAL Recordings, Ash International, Touch et Editions Mego.

bjnilsen.info/

>
ANNABELLE PLAYE

© Quentin Chevrier

Artiste protéiforme, Annabelle Playe explore la voix, la musique, la vidéo et l’écriture selon les projets qu’elle mène. Dans ses créations aux formes hybrides, elle interroge notre posture au monde, entre éblouissement et obscurité, le voyage comme quête, la nature et l’univers, miroirs de notre intériorité, la notion de conscience entre métaphysique et perception. La musique y est l’élément central et dramaturgique tissant des synapses vers la poésie ou l’image, parfois le théâtre et la danse.
Annabelle Playe se forme au chant lyrique et à la composition auprès de Sergio Ortega à l’École de Musique de Pantin. En tant que soprano, elle a longtemps interprété le répertoire vocal contemporain.
Aujourd’hui, sa musique oscille entre électroacoustique, drone et noise. Sa recherche compositionnelle s’articule autour du timbre, de la physicalité du son avec une attention particulière à la structure musicale. Sa démarche s’inscrit dans la nécessité de développer à travers ses compositions, d’autres temporalités et une expérience sensible des thématiques qu’elle aborde. Ses albums « Matrice », « Vaisseaux » et « Geyser » sont édités au Label DAC records. Le GRM, « Alla Breve » (Radio France), Issue Project Room (NY) et les ensembles Hanatsu, Links et ARTéfact lui passent des commandes musicales.
Elle se produit en France et à l’étranger avec un dispositif d’instruments électroniques en solo, en duo et dans divers projets audiovisuels. Elle collabore avec les musiciens Marc Siffert, Michel Blanc, Alexis Forestier, Franck Vigroux, Philippe Foch ; les artistes visuels Philippe Fontes, Hugo Arcier et Alexandra Radulescu ; les chorégraphes Mylène Benoît, Cassandre Munoz et Marcela Santander Corvalán ; l’auteur et dramaturge Michel Simonot ; la poète-photographe Sandrine Cnudde.
En 2010, elle fonde AnA Compagnie dont les projets singuliers mêlent musique électronique, vidéo, arts numériques, écritures théâtrales, poétiques et chorégraphiques.

https://annabelleplaye.com/

>
Plus d’infos :
La Fabrique Agitée est une association culturelle loi 1901, dédiée à l’organisation de concerts de musiques électroacoustiques, composées, improvisées…
Vous pouvez apporter votre soutien à La Fabrique Agité en adhérant, les soirs d’évenements.

https://www.facebook.com/lafabriqueagitee
https://www.instagram.com/lafabriqueagitee/

SHREDDED NERVE
JACKSON-PRATT
CARRAGEENAN

>
CARRAGEENAN

© Csilla Fodor

Minimal raw beats, Bruxelles !
Actif depuis 2006, Carrageenan est le projet solo noise électronique de Matthieu Levet (Vermisst Susi, Pizza Noise Mafia, Carcass Identity). Après un premier album paru en 2012 sur le label Tanzprocesz, la musique de Carrageenan, sans rien renier de la noirceur de ses débuts, s’est enrichie en cours des années d’un groove rugueux et de sonorités empruntées à la musique techno, illbient, dub et industrielle.
Cassettes parues sur Golden Lab, Kerm, Czaszka Records, Swallowing Helmets, Cold Moss.

Nouvel album à paraître sur Jollies Records (Új Bála, African Ghost Valley).

Concerts en Angleterre, Europe, Chine, Japon, tournées en compagnie de Bear Bones Lay Low, Accou, Spoils & Relics, CIA debutante, Descendeur.

Bandcamp
Soundcloud

>
SHREDDED NERVE

Shredded Nerve est l’alias de l’artiste multimédia Justin Lakes.
Actif depuis 2012 à Cincinnati, les premiers enregistrement sortent via le label culte Chondritic.
Relocalisé en 2014 à Brooklyn, Shredded Nerve affine et creuse le sillon d’une musique construite sur des éléments électroacoustiques bruts, cassettes bouclées et synthétiseurs dysfonctionnels.
La production sonore de Shredded Nerve joue sur la tension, l’éruption et l’éffondrement.
Justin Lakes est par ailleurs, cofondateur du record shop Thousands of Dead Gods et du label qui en dépend Dead Gods. Lien évident entre ces multiples activités (il publie également des éditions de collages et flyers..) : musique post industrielle, bruit voire harsh noise…  le tout enveloppé d’un voile sombre de circonstance.

« Acts Of Betryal » est paru en 2020 sur Chondritic Sound.
Bandcamp

>
JACKSON-PRATT

Jackson-Pratt est le projet solo de Seany Nuelle, nouveau venu sur la scène noise new-yorkaise.
Un son lourdement saturé en harsh noise, avec un accent sur l’exécution rapide de changements texturaux. Jackson-Pratt a publié sa musique chez Dead Gods, Monorail Trespassing et White Centipede Noise. Il est aussi le co-fondateur du label new-yorkais Receiving Vault.
Drainage sonore tout en douceur.

« Jackson-Pratt has quickly established himself as one of the best new American harsh noise artists through a series of blistering live performances as well as tapes on Dead Gods and Monorail Trespassing. Avoiding confinement to particular sub-genres or « flavors of the month »,  Jackson-Pratt offers a fresh take on the classic American noise sound. »– Stefan Aune (New Forces)

« A Romantic Phenomenon » paru sur Troniks en 2021.
son
Video Live

 

CYNTHIA LEFEBVRE
Bones scores

Les Instants Chavirés accueillent du 5 au 9 décembre l’artiste plasticienne Cynthia Lefebvre, accompagnée de Anna Massoni et Ola Maciejewska, autour de la création Bones scores, performance qui sera présentée dans le cadre de l’exposition Peine Perdue, Pieds Retrouvés au 3 bis F – Centre d’arts contemporains d’intérêt national d’Aix-en-Provence du 4 février au 6 mai prochain.

Informations pratiques ici.

Bones scores est une partition pour 206 os activée par les danseuses-chorégraphes Ola Maciejewska et Anna Massoni. Bones scores comprend 8 tasks et deux soli. Bones scores se regarde en tournant autour, debout, assis, à genoux ou accroupi.

Compteurs à zéro.
Les dés sont jetés.
Huit coups, trois fois.
Un os, deux O.
Tirer jusqu’au clac : une ligne droite.
Une ligne courbe : compas.
Jambe tendue.
Demi plié.
Tibia 360 degrés.
Tour de corde donne A.
Tour de table, 6 pas.
Grue vers G par A.
L’Homme qui marche reste un temps.
Solo Ola.
8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1, Rotule.
Mikado, 10 doigts.
Humérus, Radius.
Ulna, Fibula.
O ramasse tout.
Iliaque droit : Rorschach
Iliaque gauche : L, O, I, tréma.
Bras grec versus côtes flottantes.
Plexi face plexus.
Anna reste.
Prise lente.
Top départ.
Astragale, calcanéum, sablier.
O regarde A.
Anna triche.
1, 2, 3, Fémur.
Compte jusqu’à huit, deux fois.
Grand chien, petite respiration.
Monton-Cheval, Serpent-Tortue.
Parades des oiseaux, figures d’enfants, duels animaux.
Retour à la table.
Grande cape cache scapula.
Mort du poulpe.
Grand plongeon.
Cascade.
Fin, Tabula Rasa.
Compter jusqu’à huit, trois fois.

Cynthia Lefebvre vit et travaille à Paris.

Elle s’intéresse aux gestes autant qu’aux objets. Mêlant installations sculpturales, performances, danse et récits, son travail explore divers champs qui partagent une même vulnérabilité et un goût prononcé pour les équilibres précaires. La rencontre qui s’opère entre danse, sculpture et architecture au gré de ses projets propose une expérience du lieu où l’équilibre n’est jamais statique mais passe au contraire par des déplacements. Le regard sensible qu’elle porte sur les espaces dans lesquels elle intervient est celui d’un rapport au temps étiré et ralenti, directement empreint de son attrait pour la culture nippone, ses traditions et son artisanat. Cette pensée du plein et du vide, fondement de la philosophie japonaise, est au coeur des réflexions de l’artiste dont le travail s’appuie sur un principe d’interdépendance qui passe par une nécessaire concomitance des contraires : les contenus sont aussi contenants, le dedans se retrouve dehors, les objets de plein sont objets de vide. L’équilibre n’est pas simplement celui des masses entre elles, mais aussi celui d’une intimité du quotidien et du domestique.

Diplômée de l’ENSBA Paris avec les Félicitations du Jury, Cynthia Lefebvre est depuis 2012 sélectionnée pour divers prix, résidences et bourses à Paris, Reims et Mexico.
Elle participe à des expositions collectives au Louvre (Tesselles / Pixels – 2018), à La Villette (100% Beaux-Arts – 2018), au Doc (2 temps 3 mouvements – 2019 et Process in-situ – 2016), à la galerie Bertrand Grimont (Trait d’Union – 2017), au Mexique (Lux Perpetua Art Center – Merida – 2016), au Japon (Art as experiment – 2018) et en Allemagne (Some of us, French Pavilion – Nordart 2019, Büdelsdorf – 2019).
Ses performances ont été présentées au CREDAC, à l’AFIAC, au 19-Centre Régional d’Art Contemporain de Montbéliard, à la Manufacture Atlantique et au Centre National de la Danse.

Cynthia Lefebvre est lauréate de l’édition 2019 du dispositif FoRTE de la Région Île-de-France, nominée au tremplin pour la jeune création La Convocation (2017) et lauréate de la Bourse Déclic Jeune de la Fondation de France (2015).
Elle est accueillie en résidence à Gennevilliers dans le cadre du programme AIMS (Artiste Intervenant en Milieu Scolaire) à Gennevilliers (2018), et artiste en résidence au Pôle Ressources Arts Visuels de Reims (2012-2014).

Cynthia Lefebvre encadre également de nombreux projets pédagogiques (workshop, ateliers scolaires et périscolaires) avec le Centre National de la Danse, La Maréchalerie – centre d’Art contemporain de Versailles, L’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, Tokyo University of the Arts, l’ENSBA Paris et différents lycées et écoles élémentaires.

Anna Massoni vit et travaille à Paris. Elle s’est formée à la danse contemporaine au CNSMD de Lyon (2003-2006), participe à Danceweb/Impulstanz (2007) et fait trois années d’études de philosophie. En tant qu’interprète, elle travaille auprès de Johanne Saunier et Jim Clayburgh, Yuval Pick, Noé Soulier, Vincent Weber, Simone Truong, Cindy Van Acker. Elle crée les pièces : (To) Come and See (2015), une pièce initiée par Simone Truong et devenue création collective avec Eilit Marom, Elpida Orfanidou et Adina Secretan. et développée en 2017 sous la forme d’un triptyque incluant (To) Keep in Touch et (To) Give a Hand. Puis Ornement (2016), en collaboration avec Vania Vaneau. Elle crée un premier solo, Notte, en 2019, Pièce d’angle, une pièce courte pour des espaces tant extérieurs qu’intérieurs (2020), Rideau (2022). Elle s’associe avec Vincent Weber au sein d’une même structure qui soutient leurs travaux respectifs, l’Association 33ème parallèle. Elle est membre fondatrice de LIEUES, un espace de recherches artistiques et pédagogiques à Lyon, de Rodéo, revue pluridisciplinaire et plateforme de rencontres entre pratiques académiques et artistiques (2012-2015) et contribue également à la conception graphique des livres édités par les éditions Trente-trois morceaux.

Ola Maciejewska

Née en Pologne, Ola Maciejewska est une chorégraphe et performeuse qui vit et travaille en Bretagne. Elle a développé un travail de recherche pratique, Loie Fuller : Research (2011), qu’elle a notamment présenté pour l’ouverture du CND Pantin en 2015, puis sur la scénographie de Rolf Borzik aux Archives de la Fondation Pina Bausch en octobre 2020 (bourse « International Tanzmesse NRW »). Après la création de Bombyx Mori dans le cadre du Festival Les Inaccoutumés à la Ménagerie de Verre, Olga Maciejewska est artiste associée au Centre chorégraphique national de Caen de 2016 à 2018. Sa dernière pièce Dance concert a été présentée en première mondiale au National Taichung Theatre à Taiwan puis au Centre Pompidou dans le cadre du Festival d’Automne. Pour ces deux dernières créations, elle a reçu le soutien de la fondation Hermès dans le cadre de son programme New Settings.

FRED FRITH & Friends
« It is what it isn’t »
#2

 

© Heike Liss

Fred Frith, musicien primordial de l’avant-garde internationale, propose aux Instants Chavirés deux soirées d’improvisation, les 21 et 22 février 2023.
Sur un principe qui pourrait se rapprocher des « Company Weeks » de Derek Bailey, Fred Frith convie onze musicien.nes pour une série de performances impromptues et de rencontres non déterminées.
« It is what it isn’t » soit deux soirées de musique forcéments foisonnantes, libres et uniques..

Compositeur, improvisateur et multi-instrumentiste anglais, Fred Frith évolue depuis plus de quarante ans dans un univers musical à mi-chemin entre le rock, l’improvisation et la musique contemporaine.
Co-fondateur du mythique groupe anglais underground Henry Cow (1968-78), il déménage à New-York fin des années 70 et entre en contact avec de nombreux musiciens avec lesquels il collabore, tel que John Zorn, Ikue Mori, Tom Cora, Zeena Parkins et Bob Ostertag.
Il est également à l’origine des groupes Art Bears (avec Chris Cutler et Dagmar Krause), Massacre (avec Bill Laswell et Fred Maher) et est membre de Naked City aux côtés  de John Zorn, Bill Frisell et Joey Baron, de Skeleton Crew, de Keep the Dog…
En 1990, les cinéastes Nicolas Humbert et Werner Penzel lui consacrent « Step Accross The Border » , un très beau film avec lequel on comprend toute la démarche de ce musicien inlassable, toujours avide de rencontres et d’expérimentation sonore.

« Well, my name be very large on the poster, but the truth is I’ll be in the company of a group of superstars, both the established and the up and coming! It is a privilege to share a stage with these multiple generations of unique musical voices, and I can’t wait for the fireworks that will ensue! »
F. Frith

« It is what it isn’t »
Avec :

Fred Frith • guitare électrique
Zeena Parkins • harpe, claviers
Ikue Mori • électroniques
Lotte Anker • saxophone
Xavière Fertin • clarinettes
Tilman Müller • trompette, bugle
Ada Gosling-Pozo
• violon
Paula Sanchez • violoncelle, voix
Karoline Höfler • contrebasse
Alexandre Cahen • piano
Gabriel Valtchev • percussions
Camille Émaille • percussions

Playing in all imaginable combinations !

http://www.fredfrith.com/

En partenariat avec le Festival Sons D’hiver et la Dynamo de Banlieues Bleues.

FRED FRITH & Friends
« It is what it isn’t »
#1

 

© Heike Liss

Fred Frith, musicien primordial de l’avant-garde internationale, propose aux Instants Chavirés deux soirées d’improvisation, les 21 et 22 février 2023.
Sur un principe qui pourrait se rapprocher des « Company Weeks » de Derek Bailey, Fred Frith convie onze musicien.nes pour une série de performances impromptues et de rencontres non déterminées.
« It is what it isn’t » soit deux soirées de musique forcéments foisonnantes, libres et uniques..

Compositeur, improvisateur et multi-instrumentiste anglais, Fred Frith évolue depuis plus de quarante ans dans un univers musical à mi-chemin entre le rock, l’improvisation et la musique contemporaine.
Co-fondateur du mythique groupe anglais underground Henry Cow (1968-78), il déménage à New-York fin des années 70 et entre en contact avec de nombreux musiciens avec lesquels il collabore, tel que John Zorn, Ikue Mori, Tom Cora, Zeena Parkins et Bob Ostertag.
Il est également à l’origine des groupes Art Bears (avec Chris Cutler et Dagmar Krause), Massacre (avec Bill Laswell et Fred Maher) et est membre de Naked City aux côtés  de John Zorn, Bill Frisell et Joey Baron, de Skeleton Crew, de Keep the Dog…
En 1990, les cinéastes Nicolas Humbert et Werner Penzel lui consacrent « Step Accross The Border » , un très beau film avec lequel on comprend toute la démarche de ce musicien inlassable, toujours avide de rencontres et d’expérimentation sonore.

« Well, my name be very large on the poster, but the truth is I’ll be in the company of a group of superstars, both the established and the up and coming! It is a privilege to share a stage with these multiple generations of unique musical voices, and I can’t wait for the fireworks that will ensue! »
F. Frith

« It is what it isn’t »
Avec :

Fred Frith • guitare électrique
Zeena Parkins • harpe, claviers
Ikue Mori • électroniques
Lotte Anker • saxophone
Xavière Fertin • clarinettes
Tilman Müller • trompette, bugle
Ada Gosling-Pozo
• violon
Paula Sanchez • violoncelle, voix
Karoline Höfler • contrebasse
Alexandre Cahen • piano
Gabriel Valtchev • percussions
Camille Émaille • percussions

Playing in all imaginable combinations !

http://www.fredfrith.com/

En partenariat avec le Festival Sons D’hiver et la Dynamo de Banlieues Bleues.

Résidence hors les murs
PHILÉMON
au GRM

Résidence hors les murs.
Les 10, 11 et 12 janvier 2023 au GRM (Paris)

Dans le cadre d’un partenariat, le GRM accueille dans ses studios, sur une proposition des Instants Chavirés, le musicien Philémon (Paris / QC).
Note d’intention (!) :
Réalisation du fantasme d’aller tripoter, en huis clos, les célèbres robots  du GRM en espérant en faire naître des belles ou moins belles formes d’ondes voire une composition inédite…

Compositeur et improvisateur (noise, free improv, électroacoustique…) depuis 1998.
En solo ou en groupe.
Dans Napalm Jazz + A_Dontigny et Érick d’Orion, Yves Hudon et son Équipe +A_Dontigny et James Schidlowski, ‘Gypt Gore + sam Shalabi, Balai Mécanique + Thierry Amar, Jacques Gravel, Will Glass, Jesse Levine et Sam Shalabi, le Murray Street Band de John Heward, Komsomolsk + Julie Rousse, Ero Babaa + JF Pichard, Millefille + Seijiro Murayama, Lubriphikatttor + Jedrek Zagorski et Thibault Gondard, CoupeCoupe + Arnaud Rivière et Fred Nipi, Darfour + Speet Silex, Benjamin Pagier et JF Pichard, Bison Skull Mountain + Romain Perrot.

A joué avec Martin Thétreault, Otomo Yoshihide, Joe Giardullo, Jean Derome, Johane Hétu, Molasses, Godspeed You Black emperor !…

S’est produit au Canada, en France, en Europe, au Japon, en Turquie.

A sorti des disques, cds et cassettes sur Notype, Ohm Edition, Galerie Pache, Tanzprocesz, Bimbo Tower Records, Underground Pollution, Logique Flou, Vice de Forme

ANNONCE DE STAGE RÉMUNÉRÉ
Accueil et médiation avec les publics

ANNONCE DE STAGE 
RÉMUNÉRÉ

DU 9 MARS AU 2 AVRIL
EXPOSITION DE FÉLIX BLUME
(DANS LE CADRE DU FESTIVAL SONIC PROTEST)
ET DU 2 MAI AU 11 JUIN 2023
EXPOSITION DE ZOHREH ZAVAREH

INSTANTS CHAVIRÉS
Montreuil

___________________________________

Nous recherchons deux étudiant·e·s en école d’art ou en médiation culturelle pour un stage d’accueil et de médiation avec les publics.

Ce stage, divisé en deux parties, a pour objet la transmission des enjeux artistiques posés par le travail sonore et visuel de Félix Blume dans un premier temps, puis celui plus sculptural et graphique de Zohreh Zavareh.
Deux approches et pratiques spécifiques pour deux réflexions autour de l’art contemporain.

Comprenant un volet pédagogique important avec des ateliers et visites à destination de différents groupes scolaires, ainsi qu’un accueil du public lors des jours d’ouverture et une maintenance générale, le stage sera également ponctué de différents rendez-vous (performances, concerts, rencontres, etc.) dans chacune des deux expositions.

____________________________________

PLUS D’INFORMATIONS SUR LES ARTISTES :
https://felixblume.com
https://sonicprotest.com

http://revelations-emerige.com/zohreh-zavareh
https://www.instagram.com/zohrezav

____________________________________

Zohreh Zavareh, Tenir debout, La Halle, Pont-en Royan, 2022
© Blaise Adilon

MISSIONS :

– Participation au montage des expositions
– Accueil du public
– Maintenance de l’exposition
– Visites commentées de l’exposition / rédaction du livret d’exposition
– Ateliers de pratique artistique pour des groupes scolaires en doublon avec une artiste intervenante.

DESCRIPTION DU PROFIL RECHERCHÉ

Étudiant·e en école d’art ou en médiation culturelle ayant un véritable intérêt et une motivation pour la transmission et l’échange autour de la question de l’art contemporain avec tous types de publics, notamment les enfants.
Personne autonome pouvant mener des ateliers de pratique artistique avec des groupes d’enfants.

DESCRIPTION DE L’EXPÉRIENCE RECHERCHÉE

Expérience d’intervention artistique auprès d’enfants souhaitée
Expérience de guide ou d’accueil vivement souhaitée
Grande motivation & autonomie
Études en école d’art et/ou études d’histoire de l’art contemporain

DATE DE PRISE DE FONCTION

09 mars 2023

DATE LIMITE DE CANDIDATURE

30 janvier 2023

LIEU

Montreuil (93)

CANDIDATURE PAR E-MAIL UNIQUEMENT

CV + lettre de motivation à adresser conjointement aux adresses suivantes :
lucas@instantschavires.com
guillaume@instantschavires.com

JOURS ET HORAIRES DU STAGE

Médiation / accueil du mercredi au dimanche 15h-19h : accueil du public, maintenance de l’exposition, visites libres (environ 70h par stagiaire).
Et les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 9h à 16h : visites et ateliers de pratique artistique pour scolaires (environ 20h par stagiaire).

Les jours de présence seront répartis entre les deux stagiaires.

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE

Indemnités de stages : 5€ nets/h (± 120h de présence par stagiaire)
+ prise en charge des repas à hauteur de 5€ les jours d’ateliers
+ prise en charge partielle des transports
+ accès libre pendant la durée des expositions à tous les concerts et événements organisés aux Instants Chavirés.

DESCRIPTION DE L’ORGANISME

Les INSTANTS CHAVIRÉS sont depuis 1991 un lieu de diffusion pensé comme un laboratoire des musiques improvisées, expérimentales, bruitistes. Son annexe, l’ancienne brasserie Bouchoule, propose un autre regard autour des arts visuels et sonores. Deux lieux pour un même partage d’une certaine création contemporaine.

La présence des arts visuels aux Instants Chavirés tisse les relations entre arts sonores et arts visuels au sein d’un lieu de musique. Elle réunit artistes confirmés et émergents et se répartit via une programmation vidéo mensuelle « Rien à voir », des expositions personnelles (avec productions d’œuvres), collectives et l’accueil de projets et commissariats extérieurs.
Dans les épisodes précédents :
ARNAUD VASSEUX, CAPUCINE VEVER, ANNE-CHARLOTTE FINEL, VINCENT GANIVET, JOAN AYRTON, ANNE-JAMES CHATON, JENNIFER CAUBET, MATTHIEU CLAINCHARD, VINCENT MAUGER, RAPHAËL ZARKA, PIERRE  ARDOUVIN, CHRISTIAN HIDAKA, JÉRÔME PORET, JULIE MOREL, ETC…

Les Instants Chavirés engagent depuis 2002 des activités pédagogiques et culturelles à destination de différents publics : enfants, adolescents, adultes, scolaires, centre sociaux, volontaires, etc.

L’annonce est à télécharger au format PDF ici.

Essaim, Atelier Jeanne Barret, Marseille 2021
© Constance Juliette Meffre

MOPCUT

En résidence du 14 au 17 janvier.
En concert le 17 janvier.

AUDREY CHEN  Voix, électronique
JULIEN DESPREZ  Guitare électrique
LUKAS KÖNIG  Batterie, synthétiseur, voix

Mopcut cogne verticalement le crâne et horizontalement les tympans. Le trio nous enveloppe pour prendre possession de nos oreilles, de notre rétine puis de notre corps entier. Par battements, par ondes, à corps et à cri, Mopcut passe de minimalisme à maximalisme en un claquement de doigt pour délivrer une musique schizophrénique.

Audrey Chen (États-Unis), joue de longue avec Phil Minton, en duo avec la platiniste  Maria Chavez, avec le tromboniste norvégien Henrik Munkeby Nørstebø… Elle est particulièrement reconnue pour son travail vocal qui déploie un véritable langage personnel, extatique et singulier.

Julien Desprez (France), membre fondateur du collectif Coax, évolue entre art sonore, performance et musique improvisée.
Son travail s’articule aujourd’hui autour des questions liées à l’espace scénique, à travers le corps, la lumière, mais où le son reste le pilier central.
Il a joué avec Charlie Haden, Mats Gustafson, Jeanne Added, Edward Perraud, Thomas Depourquery, François Jeanneau, Louis Sclavis, Stéphane Payen, Guillaume Orti, Benoit Delbecq, Tortoise, Han Bennink, Hubert Dupont, Rob Mazurek, Jeff Parker, Frank Vaillant, Gilles Coronado, Marc Duckte et bien d’autres.

Lukas König (Autriche) a joué avec une multitude d’artistes internationaux tels que Reggie Washington, Briggan Krauss, Malcolm Braff, Jorge Sánchez-Chiong, David Murray, Wolfgang Mitterer, Klangforum Wien, Jazzwerkstatt Wien, Maja Osojnik, Wolfgang Puschnig, Shahzad Ismaily et bien d’autres. En plus de jouer avec des groupes comme Kompost3, 5K HD, Koenigleopold et d’autres projets basés à Vienne, il a développé un concept solo, KŒNIG, qui combine des batteries live, des synthétiseurs et une voix rap jouée simultanément et crée une performance live entre Hiphop et noise.

« Jitter », le deuxième album de Mopcut est sorti sur les labels Ventil Records et Opal Tapes.

Avec le soutien du Forum Culturel Autrichien de Paris
En coproduction avec Coax.