#Festival Ideal Trouble
CONTUMACE
KOU

Dans le cadre du Festival Ideal Trouble

KOU 

La proposition de KOU : vous immerger dans le son.
Englobant, raisonnant.
En écho, en harmonie, en réverbération.
Du son qui vibre jusqu’au corps.
Le son créé par 21 harmoniums des années 60, modifiés pour l’occasion.
Un projet de Thomas Coquelet & Apolline Schöser (Nina Harker)

CONTUMACE 

Contumace est le nouveau projet solo, post-industriel, minimal, froid, et intoxiqué de Lionel Fernandez (Sister Iodine/Antilles/Ibiza Death etc)
Guitare âpre + électronique statique + voix confuse.
Premier concert tendu pour le festival Ideal Trouble.
Sortie du premier album en septembre sur Tanzprocesz.

http://tanzprocesz.free.fr/
vidéo

/ /
Festival  Ideal Trouble les 8, 10 & 11 à La Station – Gare des Mines.
Le 09.09 aux Instants Chavirés.
Toute la programmation ici.

/ /
Programmation : Etienne Blanchot
Visuel : Sylvie Astii
Production : Vedettes & La Station (Instants Chavirés le 09.09)
avec le soutien de La Sacem.

/ /
Préventes en ligne disponibles fin août

TRILLE(S)
PLAN À TROIS

TRILLE(S)

Lise Barkas cornemuse
Charles Dubois percussions
Florian Tositti percussions
Yvan Etienne dispositif électronique

En écho au geste joué, à la composition, la recherche de ce quatuor se concentre sur les phénomènes acoustiques générés par les instruments, objets et lieux investis. Leurs explorations se focalisent sur les résonances et aléas harmoniques pour expérimenter/lier divers temps et espaces d’écoutes.

Ce travail de résidence fait suite à une première rencontre initiée en trio (batterie-batterie-cornemuse) en août 2020 aux Concerts Dispersés, re-travaillé en quartet (batterie-batterie-cornemuse-cornemuse) à la Chapelle Saint-Jean de Mulhouse puis joué en l’Église Sainte-Geneviève à l’invitation du Festival Météo.


Enregistrement publié sur Soleils Bleus en Juin 2021.
https://soleilsbleus.bandcamp.com/album/trilles-sb025

PLAN À TROIS

Félicie Bazelaire & Emmanuel Lalande
Contrebasse, archets, objets

« Du vent, du sable et le craquement du bois qui se tord. Le grincement des cordages dans la voilure et la fonte qui roule au rythme de la houle. Dans l’immobilité soudaine du crépuscule, un jappement qu’étouffe le silence alentour et le souffle attendu, gonflé d’incertitude. Dans ce rafiot fantôme en bordure du Monde, l’absence fait le point sur le vide et l’inconnu dessine des lignes de fuite sur des cartes dressées, jadis, par d’anciens dieux revenus de galère. »
Joel Pagier, mai 2021.

Plan à trois explore un paysage sonore bruiteux et sensuel à travers un dispositif expérimental. La contrebasse sert d’amplificateur à de petits objets sonores Diy et à des archets amplifiés ou non. La contrebasse résonne également par elle-même dans des modes de jeu plus classiques, créant ainsi différents plans dans une perspective électroacoustique. Le duo décale les paradigmes dans un univers doux et intimiste.

/ /
Préventes en ligne disponibles fin août

# résidence
TRILLE(S)

Lise BARKAS : cornemuse
Charles DUBOIS : percussions
Florian TOSITTI: percussions
Yvan ETIENNE : dispositif électronique
En écho au geste joué, à la composition, la recherche de ce quatuor se concentre sur les phénomènes acoustiques générés par les instruments, objets et lieux investis. Leurs explorations se focalisent sur les résonances et aléas harmoniques pour expérimenter/lier divers temps et espaces d’écoutes.
Ce travail de résidence fait suite à une première rencontre initiée en trio (batterie-batterie-cornemuse) en août 2020 aux Concerts Dispersés, re-travaillé en quartet (batterie-batterie-cornemuse-cornemuse) à la Chapelle Saint-Jean de Mulhouse puis joué en l’Église Sainte-Geneviève à l’invitation du Festival Météo.
Enregistrement publié sur Soleils Bleus en Juin 2021.

Lise Barkas est vielleuse, sonneuse et vise à explorer le caractère expérimental de ces instruments qu’elle pratique assidûment.

Percussionniste autodidacte, Florian Tositti s’intéresse aux phénomènes audibles et cherche à construire des performances dans une démarche se rapportant à l’art sonore ainsi qu’aux poétiques de l’expérience.

Charles Dubois est percussionniste et artiste visuel. Dans sa pratique, il explore un quelque part entre motifs organiques anciens texturés et matières premières

Yvan Etienne est engagé dans une recherche autour des pratiques intermédia et sonores. Ses travaux questionnent les perceptions de corps résonants.

TRILLE(S) sera en concert le mercredi 8 septembre aux Instants Chavirés

#Montreuil Points d’Écoute
Luca Ventimiglia
Christian Pruvost (CP17)
Démocratie Mobile
(Félicie Bazelaire & Max-Louis Raugel
& les films de Yona Friedman)
Aux Instants Chavirés
À L’Ancienne Brasserie Bouchoule

Dans le cadre de l’Été Culturel 2021, Les Instants Chavirés proposent Montreuil Points d’Écoute, du 19 au 24 juillet.
Durant une semaine, le projet se déploie dans divers lieux partenaires de la ville de Montreuil et vise à la découverte, au partage et à l’échange autour des musiques et pratiques expérimentales mais pas que !
Ainsi, on se retrouvera pour des performances en après-midi au Studio Boissière et à La Ruffinerie ; un atelier d’expérimentations chorégraphiques et sonores sera proposé au jeune public en partenariat avec le Centre social Lounès Matoub, une séance de projection (animation sonore) suivie d’un ciné concert auront lieu aux Instants Chavirés et à l’Ancienne Brasserie Bouchoule…
En partenariat avec les Scènes Nomaades, Basile Naudet se produira dans les rues de la ville sur une scène mobile et enfin, le tout sera documenté par la compositrice Aude Rabillon par le biais de prises de sons en vue de l’écriture d’une pièce électroacoustique dédiée.

L’accès et la participation à l’ensemble des événements sont gratuits.

Montreuil Points d’Écoute avec :
Christian Pruvost, Luca Ventimiglia, Basile Naudet, Aude Rabillon, Pauline Tremblay, Démocratie Mobile (Félicie Bazelaire & Max-Louis Raugel et les films de Yona Friedman).


En partenariat avec les Scènes Nomaades, le CNEAI & le Centre social Lounès Matoub, Le Studio Boissière et La Ruffinerie.Avec le soutien de la DRAC île-de-France.

>
PROGRAMME DU SAMEDI 24 JUILLET

De 15h00 à 17h00
Projection de films d’animation de Yona Friedman
Contes africains
Aux Instants Chavirés
Sur une proposition du CNEAI

De 1960 à 1963, Yona Friedman a réalisé 11 films d’animation édités par le Cneai : Moukengué (11’30) / Les aventures de cheveux de lion (11’45) / La jeune fille avec des gazelles (21’30) / Pourquoi le désert est désert (11’45) / Samba Gana (12’) / Annalya tou bari (10’) / Le serpent dissa bér (10’30) / Celui qui ne regarde pas en arrière (12’30) / Le forgeron qui était oiseau (12’30) / Histoire des Gabouloukous (11’) / Koulou Makala, le lion, le lièvre et l’araignée (11’30).

Ces films réalisés avec sa femme Denise Charvein, monteuse de Bunuel, commandés pour L’ORTF par Pierre Schaeffer accompagnés d’une illustration sonore réalisée à partir d’enregistrements de musiques africaines recueillies par l’UNESCO furent diffusés en Afrique par Jean Rouch et connurent un énorme succès.
Retrouvés et restaurés par le Cneai, ils ont fait l’objet d’une édition sous forme de DVD mais ont été peu montré en public.

Tout public.
Accès possible à tout moment entre 15h00 et 17h00, en entrée libre sans réservation.
Images © Yona Friedman

>
À partir de 18h00, concerts et ciné concert à L’Ancienne Brasserie Bouchoule
(Espace d’exposition des Instants Chavirés situé au 2 rue Emile Zola, 150 mètres avant la salle de concerts)
Entrée libre sans réservation

>
18h30
LUCA VENTIMIGLIA vibraphone

Luca Ventimiglia est un vibraphoniste, improvisateur et compositeur italien, très actif sur la scène des musiques improvisées à Paris et en France. Il propose une plongée dans le vibraphone ainsi qu’une extension et un détournement de ses possibilités rythmiques et harmoniques.

Luca Ventimiglia a étudié les percussions classiques au Conservatoire Nationale Benedetto Marcello de Venise et a travaillé dans le domaine de la musique classique et contemporaine en tant que percussionniste de plusieurs orchestres et ensembles (Teatro la Fenice, Orchestra Benedetto Marcello, Ensemble Davide Amodio).

Dans le domaine des musiques jazz et improvisées, il suit plusieurs workshops, notamment l’atelier permanent Forme Sonore 2011/12 avec Roberto Dani. C’est là que se manifeste son intérêt pour les musiques improvisées et radicales : il commence dès lors à explorer les démarches créatives et les compositions dans l’instant ainsi qu’à développer son langage propre émanant des inombrables possibilités et de matières sonores du vibraphone préparé et de l’électronique.

En 2018 il est co-fondateur du collectif 2035, regroupant la jeune scène d’improvisateurs franciliens.

Actuellement Luca Ventimiglia poursuit de nombreux projets sur la scène parisienne tel que Where is Mr. R ?! (avec Basile Naudet et Augustin Bette), Club Sieste (avec Basile Naudet, Augustin Bette, Maxime Petit et Simon Henocq), Tu Préfères (avec Thomas Zielinski et Benoît Joblot), Tribalism3 (avec Yann Joussein et Olivia Scemama), Fantasia nel Dessert (avec Si- mon Henocq), Camoufler (avec Johan Saint, Louis Prado et Basile Naudet), Phanes (avec Augustin Bette), Karillon (avec Benoît Joblot, Thimothée Quost, Etienne Renard et Sol Léna-Schroll)…

Il multiplie les rencontres improvisées ou non : Richard Comte, Thimothée Quost, Eve Risser, Jean-Luc Guionnet, Bertrand Denzler, Tom Malmendier, Jakob Warmenbol, Léo Dupleix, etc..

>
19h30
CHRISTIAN PRUVOST trompette, objets

CP17

Le principe de CP17 est de constituer un trio individuel à partir des sons utilisés par Christian Pruvost dans ses solos de trompette. Deux enregistrements non transformés de ce matériel sonore sont diffusés par deux haut-parleurs, avec lesquels le musicien va interagir en jouant de la trompette en direct. Si l’organisation temporelle de la succession des événements sonores est figée une fois pour toute, la lecture de la bande et les rapports entre pistes gauche et droite sont quant à eux modifiés à chaque réalisation, créant les conditions d’une interprétation différente à chaque représentation.
CP17 est une composition de Yanik Miossec.

Musicien et compositeur lillois, généreux, insatiable et prolifique, Christian Pruvost multiplie depuis plusieurs années les collaborations que ce soit dans le domaine du jazz, de la musique improvisée ou encore du spectacle vivant.

En solo, il explore le spectre de la trompette et du souffle dans toutes leurs déclinaisons possibles. Il développe un jeu tout acoustique avec un fort sens de l’espace et de la projection des sons, appuyé par quelques objets qui lui confèrent une richesse de timbres supplémentaires (trompes, ballon, et autres extensions).

Il est également membre du quatuor à air Wabla (We Are Bodies Listening in Action), créé en 2012, où il confie le souffle au compresseur d’air pour s’affranchir des limites organiques de la respiration et se concentrer sur la sculpture des sons et la composition dans le temps (avec Thierry Madiot, Yanik Miossec et David Bausseron).

Depuis 2013, il dirige le Grand Orchestre Muzzix, orchestre à géométrie variable qui se concentre exclusivement sur le répertoire contemporain. Le collectif invite ponctuellement des compositeurs internationaux avec lesquels il travaille l’interprétation de pièces existantes ou écrites spécialement pour lui.

Christian Pruvost est également membre de l’ensemble de musique contemporaine Dedalus, ensemble associé au GMEA, – Cncm Albi-Tarn. Son répertoire est basé sur les partitions à instrumentation libre issues de la musique contemporaine expérimentale nord-américaine et européenne des années 60 à nos jours.

Il continue d’explorer les frontières de la pluridisciplinarité notamment en direction du jeune public en créant avec le guitariste Nicolas Desmarche- lier Kids Sonatine, véritable expérience de vie où s’entremêle exploration du sensible visuel et sonore. Toma Gouband les rejoint sur une future forme trio, Open Eyes.

Collaborations avec Axel Dörner, Olivier Benoit, Otomo Yoshihide, Sean Baxter, Benoît Delbecq, Carole Rieussec, Roger Cochini, Sophia Domancich, Li Ping Ting, Thierry Madiot, Sophie Agnel, Satoko Fujii, Natsuki Tamura, Jérôme Noetinger, Makoto Sato, Lionel Marchetti, Cor Fuhler, Michel Done- da, John Edwards, Tony Buck, Daunik Lazro, Akira Sakata, Stéphane Garin, Nate Wooley, Renee Baker, Arnaud Rivière, Dafne Vicente Sanoval, Sébas- tien Cirotteau, Deborah Walker, Kristof Hiriart, Nicole Mitchell, Seijiro Mu- rayama, Jean-Luc Guionnet, Toma Gouband, Lee Paterson, Camel Zekri…

>
20h30
Films d’animation-concert
FÉLICIE BAZELAIRE & MAX-LOUIS RAUGEL
Démocratie mobile
Sur une proposition du CNEAI

©Léo Aupetit

© David Bernet

Démocratie mobile est une tournée de ciné-concert des Slide-shows de Yona Friedman avec les artistes acoustiques Megumi Okuda, Félicie Bazelaire, invités par Max-Louis Raugel.
Dessinés et écrits par Yona Friedman sous forme de bandes dessinées entre 1970 et 2011, les diaporamas : Architecture, Politique, Guide du visiteur extraterrestre, Société et communication, et A propos de l’univers, présentent sous forme de films les différentes manières d’habiter la terre.

Artiste, curateur, compositeur et théoricien, Max-Louis Raugel a traduit l’ensemble des Slide-Shows de Yona Friedman ainsi que composé une première bande son pour le Slide-Show intitulé « Architecture ». Il s’intéresse aux conditions de perception, notamment de l’espace par le son et la lumière, ainsi qu’à la dimension sociale de l’expérience artistique, qu’elle soit individuelle ou collective. Issu du milieu académique, longtemps spectateur, il se pose la question de la créativité du regard et de l’écoute, ainsi que de la possibilité de l’expérience esthétique en tant qu’oeuvre. Il se produit régulièrement en concert à Paris, Londres, Montréal et au Mexique.
Il a participé aux expositions We went unconsciously from speaking about, Le Petit Versailles, New York, September 2019 ; Tout terrain I & Tout terrain II, Pantin, Janvier / juin 2019 ; Hiver, avec Adrian Lopez au Cneai, Chatou, 2017 ; In at night / Daily, Limbo, London 2017 et à La Nouvelle Adresse, inauguration du CNAP à Pantin en 2018.
Il également composé la musique du film Yona Friedman, slideshow architecture, 1963-2017, Production / Production Cneai = et La Huit Production et participé à Yona Friedman, A Musueum without Building à New York en juin 2019.

https://www.maxlouisraugel.com/
Soundcloud

Prix de violoncelle au conservatoire de Reims, Master en contrebasse classique au CNSMD de Paris et titulaire du Certificat d’Aptitude, Félicie Bazelaire oriente son travail vers les musiques contemporaines, improvisées et expérimentales. Elle joue en solo un nouveau répertoire qu’elle fabrique avec des musicien.ne.s-improvisateur.ice.s et compositeur.ice.s (Pierre-Antoine Badaroux, Patricia Bosshard, Bertrand Denzler, D’incise, Hannes Lingens…) et se produit avec différent.e.s artistes lors de projets ou de rencontres (Léo Dupleix, Fidel Fourneyron, Pascal Niggenkemper, Taku Sugimoto, Marie Takahashi, Biliana Voutchkova…).

https://www.sites.google.com/site/feliciebazelaire/

Yona Friedman est né en 1923 à Budapest (Hongrie).
Après avoir effectué ses études à Budapest puis à Haïfa, il débute sa carrière en Israël, où il vit et travaille de la seconde moitié des années 1940 à la fin des années 1950. C’est à cette époque qu’il commence à s’intéresser à la question du logement social et à développer les concepts d’«architecture mobile » et de «ville spatiale ». En 1956, il participe au 10e Congrès International d’Architecture Moderne (CIAM) de Dubrovnik, consacré à l’architecture industrialisée. Il y présente pour la première fois ses principes sur l’« architecture mobile ».
Dès son installation à Paris en 1958, Yona Friedman commence à publier ses idées et à les présenter à un public plus large par le biais de conférences et de publications, de cours dans les universités américaines et européennes, ainsi que d’expositions de dessins et maquettes. Durant sa carrière, il a notamment enseigné au Massachusetts Institute of Technology, à la Royal Academy of Fine art de la Haye, dans les universités de Cambridge, Harvard, Californie, Michigan, Princeton. En 1958, Yona Friedman fonde le Groupe d’étude d’architecture mobile (GEAM), auquel adhèrent entre autres, Frei Otto et Werner Ruhnau. Il cofonde en 1965 le Groupe International d’Architecture Prospective (GIAP), avec Walter Jonas, Paul Maymont, Georges Patrix, Michel Ragon, Ionel Schein, Nicolas Schöffer et Manfredi Nicoletti. En 1968, il publie son ouvrage le plus célèbre, Pour une architecture scientifique, écrit en réaction au manifeste de Le Corbusier Vers une architecture (1932).
À partir de 1980, Indira Gandhi, Première ministre indienne, appuie son action en Inde. Il publie plus d’une centaine de manuels consacrés au logement, à la santé, à l’alimentation et à la prise en charge par chacun de ses conditions de vie. Ces manuels sont distribués en Inde puis dans d’autres pays, traduits dans une trentaine de langues. Yona Friedman travaille également pour l’Organisation des Nations Unies (UNESCO), pour l’éducation, la science, l’économie politique et la culture. Il publie des rapports tels que No Cost Housing et Survival Techniques (1977). Son travail, qui se développe au-delà de l’architecture et de l’urbanisme, sur tous les champs du savoir autonome, tente de clarifier les questions politiques et scientifiques majeures qui conduisent à « habiter la terre » en toute responsabilité.
Au début des années 1980, il fonde le Communication Centre of Scientific Knowledge for Self-Reliance, qui dépend de l’Université des Nations Unies à Paris et dont le principal pôle d’activité est situé à Madras (Chennai). Sa coopération avec ces institutions se poursuivra jusqu’au 21e siècle.
Yona Friedman a réalisé de nombreux projets et été exposé dans de nombreux musées dans le monde.

 

Démocratie Mobile est un projet conçu par le CNEAI dans le cadre de l’Été culturel en Île-de-France avec le soutien de la Direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France – Ministère de la Culture et de #MONÉTÉMARÉGION avec le soutien de la Région Île-de-France ; en partenariat avec Les Instants chavirés, La galerie d’art contemporain, La Cité internationale universitaire de Paris et la Fondation suisse – pavillon Le Corbusier.
Remerciements au Fonds de dotation Denise et Yona Friedman.

Et aussi :
Derrière les micros, devant ou à côté des performances, immergée dans le tumulte urbain, la compositrice Aude Rabillon suivra tous les évenements Montreuil Points d’Ecoute du Haut Montreuil en passant par la rue de Paris, la Place de La République, en vue d’effectuer des prises de sons et de créer une oeuvre spécifique entre électroacoustique et document sonore.

#Montreuil Points d’Écoute
Luca Ventimiglia
Christian Pruvost
à La Ruffinerie
au Studio Boissière

Dans le cadre de l’Été Culturel 2021, Les Instants Chavirés proposent Montreuil Points d’Écoute, du 19 au 24 juillet.
Durant une semaine, le projet se déploie dans divers lieux partenaires de la ville de Montreuil et vise à la découverte, au partage et à l’échange autour des musiques et pratiques expérimentales mais pas que !
Ainsi, on se retrouvera pour des performances en après-midi au Studio Boissière et à La Ruffinerie ; un atelier d’expérimentations chorégraphiques et sonores sera proposé au jeune public en partenariat avec le Centre social Lounès Matoub, une séance de projection (animation sonore) suivie d’un ciné concert auront lieu aux Instants Chavirés et à l’Ancienne Brasserie Bouchoule…
En partenariat avec les Scènes Nomaades, Basile Naudet se produira dans les rues de la ville sur une scène mobile et enfin, le tout sera documenté par la compositrice Aude Rabillon par le biais de prises de sons en vue de l’écriture d’une pièce électroacoustique dédiée.

L’accès et la participation à l’ensemble des événements sont gratuits.

Montreuil Points d’Écoute avec :
Christian Pruvost, Luca Ventimiglia, Basile Naudet, Aude Rabillon, Pauline Tremblay, Démocratie Mobile (Félicie Bazelaire & Max-Louis Raugel et les films de Yona Friedman).


En partenariat avec les Scènes Nomaades, le CNEAI & le Centre social Lounès Matoub, Le Studio Boissière et La Ruffinerie.Avec le soutien de la DRAC île-de-France.

>
PROGRAMME DU VENDREDI 23 JUILLET

>
LUCA VENTIMIGLIA vibraphone
Deux performances solo : 17h30 & 19h00
À La Ruffinerie

Luca Ventimiglia est un vibraphoniste, improvisateur et compositeur italien, très actif sur la scène des musiques improvisées à Paris et en France. Il propose une plongée dans le vibraphone ainsi qu’une extension et un détournement de ses possibilités rythmiques et harmoniques.

Luca Ventimiglia a étudié les percussions classiques au Conservatoire Nationale Benedetto Marcello de Venise et a travaillé dans le domaine de la musique classique et contemporaine en tant que percussionniste de plusieurs orchestres et ensembles (Teatro la Fenice, Orchestra Benedetto Marcello, Ensemble Davide Amodio).

Dans le domaine des musiques jazz et improvisées, il suit plusieurs workshops, notamment l’atelier permanent Forme Sonore 2011/12 avec Roberto Dani. C’est là que se manifeste son intérêt pour les musiques improvisées et radicales : il commence dès lors à explorer les démarches créatives et les compositions dans l’instant ainsi qu’à développer son langage propre émanant des inombrables possibilités et de matières sonores du vibraphone préparé et de l’électronique.

En 2018 il est co-fondateur du collectif 2035, regroupant la jeune scène d’improvisateurs franciliens.

Actuellement Luca Ventimiglia poursuit de nombreux projets sur la scène parisienne tel que Where is Mr. R ?! (avec Basile Naudet et Augustin Bette), Club Sieste (avec Basile Naudet, Augustin Bette, Maxime Petit et Simon Henocq), Tu Préfères (avec Thomas Zielinski et Benoît Joblot), Tribalism3 (avec Yann Joussein et Olivia Scemama), Fantasia nel Dessert (avec Si- mon Henocq), Camoufler (avec Johan Saint, Louis Prado et Basile Naudet), Phanes (avec Augustin Bette), Karillon (avec Benoît Joblot, Thimothée Quost, Etienne Renard et Sol Léna-Schroll)…

Il multiplie les rencontres improvisées ou non : Richard Comte, Thimothée Quost, Eve Risser, Jean-Luc Guionnet, Bertrand Denzler, Tom Malmendier, Jakob Warmenbol, Léo Dupleix, etc..

La Ruffinerie
68, rue des Ruffins, 93100 Montreuil
Entrée libre / jauge limitée.
Réservation auprés de la Ruffinerie (07 69 27 65 38) ou des Instants Chavirés (01 42 87 25 91).

>
CHRISTIAN PRUVOST trompette
Deux performances solo : 17h30 & 19h00
Au Studio Boissière

Musicien et compositeur lillois, généreux, insatiable et prolifique, Christian Pruvost multiplie depuis plusieurs années les collaborations que ce soit dans le domaine du jazz, de la musique improvisée ou encore du spectacle vivant.

En solo, il explore le spectre de la trompette et du souffle dans toutes leurs déclinaisons possibles. Il développe un jeu tout acoustique avec un fort sens de l’espace et de la projection des sons, appuyé par quelques objets qui lui confèrent une richesse de timbres supplémentaires (trompes, ballon, et autres extensions).

Il est également membre du quatuor à air Wabla (We Are Bodies Listening in Action), créé en 2012, où il confie le souffle au compresseur d’air pour s’affranchir des limites organiques de la respiration et se concentrer sur la sculpture des sons et la composition dans le temps (avec Thierry Madiot, Yanik Miossec et David Bausseron).

Depuis 2013, il dirige le Grand Orchestre Muzzix, orchestre à géométrie variable qui se concentre exclusivement sur le répertoire contemporain. Le collectif invite ponctuellement des compositeurs internationaux avec lesquels il travaille l’interprétation de pièces existantes ou écrites spécialement pour lui.

Christian Pruvost est également membre de l’ensemble de musique contemporaine Dedalus, ensemble associé au GMEA, – Cncm Albi-Tarn. Son répertoire est basé sur les partitions à instrumentation libre issues de la musique contemporaine expérimentale nord-américaine et européenne des années 60 à nos jours.

Il continue d’explorer les frontières de la pluridisciplinarité notamment en direction du jeune public en créant avec le guitariste Nicolas Desmarche- lier Kids Sonatine, véritable expérience de vie où s’entremêle exploration du sensible visuel et sonore. Toma Gouband les rejoint sur une future forme trio, Open Eyes.

Collaborations avec Axel Dörner, Olivier Benoit, Otomo Yoshihide, Sean Baxter, Benoît Delbecq, Carole Rieussec, Roger Cochini, Sophia Domancich, Li Ping Ting, Thierry Madiot, Sophie Agnel, Satoko Fujii, Natsuki Tamura, Jérôme Noetinger, Makoto Sato, Lionel Marchetti, Cor Fuhler, Michel Done- da, John Edwards, Tony Buck, Daunik Lazro, Akira Sakata, Stéphane Garin, Nate Wooley, Renee Baker, Arnaud Rivière, Dafne Vicente Sanoval, Sébas- tien Cirotteau, Deborah Walker, Kristof Hiriart, Nicole Mitchell, Seijiro Mu- rayama, Jean-Luc Guionnet, Toma Gouband, Lee Paterson, Camel Zekri…

Studio Boissière
268 Boulevard Aristide Briand, 93100 Montreuil
Entrée libre / jauge limitée.
Réservation auprés du Studio (06 98 66 52 67) ou des Instants Chavirés (01 42 87 25 91).

Et aussi :
Derrière les micros, devant ou à côté des performances, immergée dans le tumulte urbain, la compositrice Aude Rabillon suivra tous les évenements Montreuil Points d’Ecoute du Haut Montreuil en passant par la rue de Paris, la Place de La République, en vue d’effectuer des prises de sons et de créer une oeuvre spécifique entre électroacoustique et document sonore.

 

#Montreuil Points d’Écoute
Luca Ventimiglia
Christian Pruvost
Basile Naudet
à La Ruffinerie
au Studio Boissière
+ déambulation Scènes Nomaades

Dans le cadre de l’Été Culturel 2021, Les Instants Chavirés proposent Montreuil Points d’Écoute, du 19 au 24 juillet.
Durant une semaine, le projet se déploie dans divers lieux partenaires de la ville de Montreuil et vise à la découverte, au partage et à l’échange autour des musiques et pratiques expérimentales mais pas que !
Ainsi, on se retrouvera pour des performances en après-midi au Studio Boissière et à La Ruffinerie ; un atelier d’expérimentations chorégraphiques et sonores sera proposé au jeune public en partenariat avec le Centre social Lounès Matoub, une séance de projection (animation sonore) suivie d’un ciné concert auront lieu aux Instants Chavirés et à l’Ancienne Brasserie Bouchoule…
En partenariat avec les Scènes Nomaades, Basile Naudet se produira dans les rues de la ville sur une scène mobile et enfin, le tout sera documenté par la compositrice Aude Rabillon par le biais de prises de sons en vue de l’écriture d’une pièce électroacoustique dédiée.

L’accès et la participation à l’ensemble des événements sont gratuits.

Montreuil Points d’Écoute avec :
Christian Pruvost, Luca Ventimiglia, Basile Naudet, Aude Rabillon, Pauline Tremblay, Démocratie Mobile (Félicie Bazelaire & Max-Louis Raugel et les films de Yona Friedman).


En partenariat avec les Scènes Nomaades, le CNEAI & le Centre social Lounès Matoub, Le Studio Boissière et La Ruffinerie.Avec le soutien de la DRAC île-de-France.

>
PROGRAMME DU JEUDI 22 JUILLET

>
LUCA VENTIMIGLIA vibraphone
Deux performances solo : 15h00 et 16h30
Au Studio Boissière

Luca Ventimiglia est un vibraphoniste, improvisateur et compositeur italien, très actif sur la scène des musiques improvisées à Paris et en France. Il propose une plongée dans le vibraphone ainsi qu’une extension et un détournement de ses possibilités rythmiques et harmoniques.

Luca Ventimiglia a étudié les percussions classiques au Conservatoire Nationale Benedetto Marcello de Venise et a travaillé dans le domaine de la musique classique et contemporaine en tant que percussionniste de plusieurs orchestres et ensembles (Teatro la Fenice, Orchestra Benedetto Marcello, Ensemble Davide Amodio).

Dans le domaine des musiques jazz et improvisées, il suit plusieurs workshops, notamment l’atelier permanent Forme Sonore 2011/12 avec Roberto Dani. C’est là que se manifeste son intérêt pour les musiques improvisées et radicales : il commence dès lors à explorer les démarches créatives et les compositions dans l’instant ainsi qu’à développer son langage propre émanant des inombrables possibilités et de matières sonores du vibraphone préparé et de l’électronique.

En 2018 il est co-fondateur du collectif 2035, regroupant la jeune scène d’improvisateurs franciliens.

Actuellement Luca Ventimiglia poursuit de nombreux projets sur la scène parisienne tel que Where is Mr. R ?! (avec Basile Naudet et Augustin Bette), Club Sieste (avec Basile Naudet, Augustin Bette, Maxime Petit et Simon Henocq), Tu Préfères (avec Thomas Zielinski et Benoît Joblot), Tribalism3 (avec Yann Joussein et Olivia Scemama), Fantasia nel Dessert (avec Si- mon Henocq), Camoufler (avec Johan Saint, Louis Prado et Basile Naudet), Phanes (avec Augustin Bette), Karillon (avec Benoît Joblot, Thimothée Quost, Etienne Renard et Sol Léna-Schroll)…

Il multiplie les rencontres improvisées ou non : Richard Comte, Thimothée Quost, Eve Risser, Jean-Luc Guionnet, Bertrand Denzler, Tom Malmendier, Jakob Warmenbol, Léo Dupleix, etc..

Studio Boissière
268 Boulevard Aristide Briand, 93100 Montreuil
Entrée libre / jauge limitée.
Réservation auprés du Studio (06 98 66 52 67) ou des Instants Chavirés (01 42 87 25 91).

>
CHRISTIAN PRUVOST trompette
Deux performances solo : 15h00 et 16h30
À La Ruffinerie

Musicien et compositeur lillois, généreux, insatiable et prolifique, Christian Pruvost multiplie depuis plusieurs années les collaborations que ce soit dans le domaine du jazz, de la musique improvisée ou encore du spectacle vivant.

En solo, il explore le spectre de la trompette et du souffle dans toutes leurs déclinaisons possibles. Il développe un jeu tout acoustique avec un fort sens de l’espace et de la projection des sons, appuyé par quelques objets qui lui confèrent une richesse de timbres supplémentaires (trompes, ballon, et autres extensions).

Il est également membre du quatuor à air Wabla (We Are Bodies Listening in Action), créé en 2012, où il confie le souffle au compresseur d’air pour s’affranchir des limites organiques de la respiration et se concentrer sur la sculpture des sons et la composition dans le temps (avec Thierry Madiot, Yanik Miossec et David Bausseron).

Depuis 2013, il dirige le Grand Orchestre Muzzix, orchestre à géométrie variable qui se concentre exclusivement sur le répertoire contemporain. Le collectif invite ponctuellement des compositeurs internationaux avec lesquels il travaille l’interprétation de pièces existantes ou écrites spécialement pour lui.

Christian Pruvost est également membre de l’ensemble de musique contemporaine Dedalus, ensemble associé au GMEA, – Cncm Albi-Tarn. Son répertoire est basé sur les partitions à instrumentation libre issues de la musique contemporaine expérimentale nord-américaine et européenne des années 60 à nos jours.

Il continue d’explorer les frontières de la pluridisciplinarité notamment en direction du jeune public en créant avec le guitariste Nicolas Desmarche- lier Kids Sonatine, véritable expérience de vie où s’entremêle exploration du sensible visuel et sonore. Toma Gouband les rejoint sur une future forme trio, Open Eyes.

Collaborations avec Axel Dörner, Olivier Benoit, Otomo Yoshihide, Sean Baxter, Benoît Delbecq, Carole Rieussec, Roger Cochini, Sophia Domancich, Li Ping Ting, Thierry Madiot, Sophie Agnel, Satoko Fujii, Natsuki Tamura, Jérôme Noetinger, Makoto Sato, Lionel Marchetti, Cor Fuhler, Michel Done- da, John Edwards, Tony Buck, Daunik Lazro, Akira Sakata, Stéphane Garin, Nate Wooley, Renee Baker, Arnaud Rivière, Dafne Vicente Sanoval, Sébas- tien Cirotteau, Deborah Walker, Kristof Hiriart, Nicole Mitchell, Seijiro Mu- rayama, Jean-Luc Guionnet, Toma Gouband, Lee Paterson, Camel Zekri…

La Ruffinerie
68, rue des Ruffins, 93100 Montreuil
Entrée libre / jauge limitée.
Réservation auprés de la Ruffinerie (07 69 27 65 38) ou des Instants Chavirés (01 42 87 25 91).

>
BASILE NAUDET saxophone, électroniques
Performance solo en déambulation à partir de 18h00 au départ des Instants Chavirés (2 rue Emile Zola), direction Place de la République.
Également au programme, DJ Ka(ra)mi, Apaches, DJ Yass.
Retrouvez le parcours et la programmation détaillée de la Scène Nomaades montreuilloise du 22 juillet sur le site du MAAD.


Basile Naudet est un jeune musicien et improvisateur basé à Vitry-sur-Seine.

Saxophoniste très actif au sein de la jeune scène free, on le retrouve dans le collectif 2035 en tant que musicien et organisateur de concerts, ainsi que dans des groupes comme Where is Mr. R ?!, Paar Linien ou encore le Surnatural Orchestra.

Formé au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, il joue le répertoire jazz mais se tourne rapidement et intensément dans les musiques exploratoires et expérimentales.

En juin 2021, il est en résidence aux Instants Chavirés pour développer un nouveau dispositif sans saxophone, ou avec un saxophone poussé dans ses limites.
Il abandonne en grande partie le souffle organique au profit du souffle analogique et retrouve un set up éprouvé il y a quelques temps lors d’une soirée Quasi : des enregistrements réalisés autour de chez lui, un synthé- tiseur et des tables de mixage défectueuses.

Il essaiera de placer une oreille dans leurs circuits pour faire entendre le bruit de l’information qui s’embouteille, tourne et se répète dans un appa- reil abimé, comme une plomberie défectueuse, ou une machine sabotée.

Il y ajoute un saxophone soprano boosté à l’électricité et aux micros mal placés pour un va et vient constant entre noise et free music.

On retrouve Basile Naudet aux côtés de Will Guthrie, Augustin Bette, Luca Ventimiglia, Morgane Carnet, Antoine Viard, Bertrand Denzler, Nicolas Stephan, Théo Girard, Farida Amadou, Louis Frères, Francesco Pastacaldi, Iannik Tallet, Antoine Berjeaut.

Et aussi :
Derrière les micros, devant ou à côté des performances, immergée dans le tumulte urbain, la compositrice Aude Rabillon suivra tous les évenements Montreuil Points d’Ecoute du Haut Montreuil en passant par la rue de Paris, la Place de La République, en vue d’effectuer des prises de sons et de créer une oeuvre spécifique entre électroacoustique et document sonore.

#REPORTÉ
#Montreuil Points d’Écoute
Aude Rabillon & Pauline Tremblay
ATELIER POUR LES 6-12 ANS
gratuit sur inscription

CET ATELIER EST REPORTÉ À UNE DATE ULTERIEURE.
MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION

Dans le cadre de l’Été Culturel 2021, Les Instants Chavirés proposent Montreuil Points d’Écoute, du 19 au 24 juillet.
Durant une semaine, le projet se déploie dans divers lieux partenaires de la ville de Montreuil et vise à la découverte, au partage et à l’échange autour des musiques et pratiques expérimentales mais pas que !
Ainsi, on se retrouvera pour des performances en après-midi au Studio Boissière et à La Ruffinerie ; un atelier d’expérimentations chorégraphiques et sonores sera proposé au jeune public en partenariat avec le Centre social Lounès Matoub, une séance de projection (animation sonore) suivie d’un ciné concert auront lieu aux Instants Chavirés et à l’Ancienne Brasserie Bouchoule…
En partenariat avec les Scènes Nomaades, Basile Naudet se produira dans les rues de la ville sur une scène mobile et enfin, le tout sera documenté par la compositrice Aude Rabillon par le biais de prises de sons en vue de l’écriture d’une pièce électroacoustique dédiée.

L’accès et la participation à l’ensemble des événements sont gratuits.

Montreuil Points d’Écoute avec :
Christian Pruvost, Luca Ventimiglia, Basile Naudet, Aude Rabillon, Pauline Tremblay, Démocratie Mobile (Félicie Bazelaire & Max-Louis Raugel et les films de Yona Friedman).


En partenariat avec les Scènes Nomaades, le CNEAI & le Centre social Lounès Matoub, Le Studio Boissière et La Ruffinerie.Avec le soutien de la DRAC île-de-France.

>
ATELIER D’EXPÉRIMENTATIONS MUSIQUE ET DANSE

Découverte des musiques expérimentales et de la danse contemporaine
pour enfants

Aude Rabillon et Pauline Tremblay proposent à un groupe d’enfants d’expérimenter la relation complémentaire qui s’établit entre entre la danse et la musique, entre la création du son et l’engagement du corps dans l’espace et le temps. Ce projet propose un va et vient constant entre mise en corps, mise en mots et mise en sons.

À partir de manipulation de matériaux, les enfants expérimenteront la façon dont le son et le geste peuvent entrer en dialogue. Comment le son peut accompagner le mouvement, et inversement, en proposer une autre interprétation et créer un contrepoint ? Comment un mouvement peut être sonorisé ? Comment un son peut devenir mouvement ? Comment l’espace créé entre les deux ouvre à de multiples possibilités de créations et d’interprétations ?

Dans la continuité de leurs propres questionnements artistiques, elles proposeront aux élèves un certain nombre de situations d’improvisations, seuls ou en groupe, pour expérimenter les liens d’associations et de dissociations possibles entre le geste sonore et le geste chorégraphique.
Ensemble, ils joueront ainsi avec les infimes limites qui existent entre ces deux moyens d’expressions pour élargir le champ d’expression de chacun et d’interactions collectives.

Cet atelier est une manière de découvrir les musiques expérimentales et la danse contemporaine de manière collective et ludique.

– – – –
LES 19, 20, 21 JUILLET 2021

Horaires : 19.07 : 14h – 17h
20.07 : 10h – 17h
21.07 : 10h – 13h
Public : Enfants de 6 à 12 ans
Intervenantes : Aude Rabillon – compositrice ; Pauline Tremblay – chorégraphe
Lieu : Instants Chavirés, 2 rue Émile Zola 93100 MONTREUIL
INSCRIPTIONS : nina@instantschavires.com




– – – –
AUDE RABILLON, compositrice
Après plusieurs années de travail à Radio France en tant qu’attachée de production à France Inter, puis à Radio France Internationale, Aude Rabillon se forme aux techniques de son (diplôme de technique du son à l’INA, 2012) et de composition électroacoustique (diplôme d’Études Musicales en composition électroacoustique au Conservatoire de Pantin, 2014).
Elle réalise des créations sonores et musicales électroacoustiques et des documentaires radiophoniques.
Ses pièces sont diffusées dans des festivals sonores (Longueur d’ondes à Brest, Micro-Sillons à Rennes), des émissions de radio («L’atelier du son», France Culture, «Récréation sonore» Radio Campus Paris), CD de la revue Jef Klak. Elle réalise des bandes sonores mêlant paroles documentaires et musique électroacoustique pour le spectacle vivant (chorégraphie « Vous dansez? », Cie des Alouettes Naïves ; «Métamorphoses d’une princesse»), et collabore avec le compositeur Marco Marini lors d’installations sonores participatives in situ «Voix hautparlantes».

PAULINE TREMBLAY, artiste chorégraphique
Travaille en tant qu’interprète et performer pour V.Thomasset, E.Hay, S.Fratti, G.Bourges, A.Butet et C.Bourigault et collabore également avec les réalisateurs J.Eon, K.Frilet, N.Boucher et X.Courteix. Son travail de chorégraphe explore plus spécifiquement le format de la performance et de l’in situ et questionne la notion de re-présentation, les frontières entre l’autobiographique et le fictif, entre le geste et le mot, la danse et le sonore. Elle questionne les statuts d’acteurs et de spectateurs, dans le but de créer de la rencontre, d’interpeller un public non nécessairement convoqué ou averti et d’investir des espaces non spécifiquement dédiés à l’art.
Elle créé :“Métamorphoses d’une princesse” (diffusé dans les Yvelines, Saint-Denis, Pantin et les Pays de la Loire) , “Il faudrait trouver un titre aussi ” (Université Paris 7 et Collectif 12), “Les vivants exquis” (6B à Saint-Denis et La Nef à Pantin). Elle chorégraphie la pièce “Les Mutants” de Elsa Ménard de la Cie Mange ta tête (projet ayant reçu le soutien du Collectif 12, de La Fondation de France et d’Arcadi Ile de France).
Elle intervient comme artiste et pédagogue dans différents contextes auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes.

– – – –

INSCRIPTIONS :
nina@instantschavires.com

# FESTIVAL SONIC PROTEST
SIGNAL/BRUIT
Exposition, installations
Performances

Sonic Protest présente :
à l’Ancienne Halle Bouchoule (Espace d’exposition des Instants Chavirés).
2 rue Emile Zola, Montreuil (Metro Robespierre)
DU DIM. 27 JUIN AU DIM. 11 JUILLET
Ouvert du mercredi au dimanche 15h/19h.
Entrée libre
Avec le soutien de l’Espace Multimédia Gantner (Bourogne)

Avec SIGNAL/BRUIT, temps diurne dédié aux arts sonores en action, Sonic Protest expose les similitudes des pratiques plastiques du son, qu’elles soient performatives ou installatives.

En faisant nôtres les constats d’Antoinette Rouvroy sur le basculement de la culture du signe interprétable vers une culture du SIGNAL calculable, nous insisterons sur la nécessité heureuse du BRUIT comme résultante d’une résistance.

Rotor de Lucien Gaudion fait vibrer des fac-similés de vents polaires à Montreuil.

L’installation des étudiants de Paris 8 et de la Hear avec Marc Baron donne à entendre l’empreinte sonore du lieu visité avec 6 mois de décalage.

Les dispositifs en cascade de Radio Fischli Weiss du collectif TT-Node illustrent, en direct, la détérioration, de par sa nature même, de toute transmission.

Autrement dit, ceci n’est toujours pas une pipe et, en intervenant sur un territoire où ces formes sont habituellement peu présentes, nous proposerons à toutes et tous, sans discours souligné, une expérience sensible de la réappropriation technologique, de la poésie du flux, de la confrontation au principe de réalité et de l’apparente perfection du trompe l’oreille.

Retrouvez toute la programmation du festival Sonic Protest.

/ / / / /
TT Node Radio Fisch

Fondé en 2014, le collectif TT-Node est dédié à la recherche autour de la radio en tant que média d’expérimentation. Développement d’outils dédiés (via la TT-Box !), ateliers de partage de pratique, Golem sonique, programme-marathon de survie Anti-Virus : les intérêts et actions de TT-Node sont larges et toujours emprunts d’une dynamique qui émerge de la volonté du collectif. Présente sur le web, parfois en FM (chuuuuut), et 24/24 en DAB+ à Mulhouse et Paris, cette radio vraiment pas comme les autres agrège des propositions venues d’horizons fort divers et donne à entendre aussi bien des sonifications de serveurs que des playlists sans fin, des émissions, conférences ou concerts en direct de Paris, Helsinki, Lausanne, Montreuil, Bilbao, Bourogne, Valparaiso, Berlin, Bergen, etc. En 2019, le collectif TT-Node a joué du Festival Sonic Protest comme d’un beau prétexte à transmission. Depuis, les collaborations entre les deux entités ont pu prendre de multiples formes. Diffusion hebdomadaire de l’émission Radio Tisto, lives en direct du festival ou en mode remix de l’événement (RE:CONTACT), programmes dédiés (12H21-21-12, Make No Mistake-Make a Mixtape), après avoir œuvré ensemble sur les ondes, Sonic Protest accueille TT-Node en 3D et IRL, loin du poste mais jamais sans haut-parleurs.

Avec Radio Fischli Weiss (travail initié en 2015 à la Labomedia d’Orléans), TT-Node fait écho au chef-d’œuvre de Peter Fischli et David Weiss ”La cours de choses”, film faussement plan-séquence de 1987 où, une chose en entraînant une autre, un premier événement engendre une réaction en chaîne, à la manière des dominos qui chutent les uns après les autres. En appliquant ce principe à la transmission du son, par voies lumineuses, aqueuses, mécaniques ou hertziennes à l’échelle de la salle d’exposition, l’œuvre collective de TT-Node permet d’observer le parcours de l’information de modules en modules et d’entendre la détérioration du son au fur et à mesure de son déplacement dans l’espace.

Vidéo

/ / / / /
LUCIEN GAUDION Rotor

« Rotor » est une installation topophonique, une sonification de données anémométrique donnée à l’écoute par une lutherie inspirée des rhombes de la préhistoire. Ce rhombe/ rotor de forme hélicoïdale est activé par un moteur tournant proportionnellement à l’intensité de différents vents soufflant autour de la planète.
Les outils nécessaires à sa mise en œuvre « collisionnent » technologies préhistoriques (rhombes) et contemporaines (temps réel, stations météo, réseau, motorisation) dans une relecture sensible de données anémométriques converties en énergie sonore physique.

Cette transcription sonore du phénomène des vents des quatres coins du monde forme un paysage acoustique fictif, un «carrefour des quatres vents».

Rotor sera aussi montré au Mac Val cet automne :
merci de nous l’avoir prêté en avance !!

https://luciengaudion.audio/rotor

/ / / / /
NOWHERE #4

Installation sonore
Par les étudiants de Paris 8, la Hear et Marc Baron.

Cette installation est née d’une série d’enregistrements sonores réalisés pendant le workshop de janvier 2021 dans divers lieux. Le travail, collectif, consiste à interagir avec l’espace d’installation en essayant de donner à entendre en quoi nous sommes « pris » avec le lieu dans un maillage complexe. Un travail dans un lieu est une relation mouvante qui ne peut prendre qu’une forme affectée et incomplète. La mise en espace se veut une interprétation possible de ces trois logiques travaillant en permanence les unes avec les autres. Un rapport à l’espace trouble par le manque, le fragment et le secret !

/ / / / /
Dans le cadre de l’exposition :

/ / / / /
LAURENT BIGOT D’un air instable
Aux Instants Chavirés

Démiurge du sonore, Laurent Bigot instille le vivant dans l’objet inanimé. Pas moins.
Instrumentiste, compositeur électroacoustique et docteur ès bricologie, Laurent Bigot fait le lien entre musique et environnement du quotidien en mettant en scène des objets qu’il rend sonores.
Après avoir montré Le petit Cirque plus de 600 fois dans plus de 25 pays, il crée D’un air instable, où il met en scène des objets jetables et jetés qui, mis en mouvement, oscillent, se dandinent et … sonnent !
Avec D’un air instable on retrouve des bouteilles de verre, de plastique, des canettes en métal, des baudruches, des tuyaux, deux compresseurs, quelques micros et postes de contrôle avec 24 petits robinets en guise de potentiomètres. L’air circule et permet à Laurent Bigot de jouer de cette architecture sonore de table pour articuler des mouvements sonores tout en mouvements d’objets.
Entre instrument à tuyaux, illusionnisme sur table, théâtre d’objets sans narration et sculpture in vivo, cette poésie pneumatique est destinée à tous les publics et permet de profiter de l’excuse de sortir le petit pour aller à Sonic Protest.
Bien joué !

http://www.oisiveraie.com/

DIM 27 JUIN
Réserver pour « D’un air instable »
de Laurent Bigot
à 15h/5€

Réserver pour « D’un air instable »
de Laurent Bigot
à 17h/5€

LUN 28 JUIN
Réserver pour « D’un air instable »
de Laurent Bigot
à 19h30/5€

Réserver pour « D’un air instable »
de Laurent Bigot
à 21h30/5€

/ / / / /
TIM SHAW

Artiste sonore anglais, Tim Shaw manie le son, la lumière et l’environnement pour proposer des situations d’écoute qu’il construit en espace clos ou explore en plein air. Prenant appui sur des années consacrées à l’enregistrement de terrain, sa pratique sous forme d’installations et de performances convoque un très large spectre d’outils, du dispositif électronique fait-maison à la synthèse modulaire, en passant par la vidéo, l’objet sonore ou la vidéo. Rien d’étonnant qu’on retrouve, dans ses compagnons de routes des grandes sensibilités du sonore, micro ou macro comme Chris Watson, Phill Niblock, ou Tetsuya Umeda.

Avec Ambulation (le 27 juin), Tim Shaw propose lors de balades sonores sous casque, sans fil, une autre manière d’être en marche. Utilisant les techniques du field recording, Tim Shaw pose l’acte de l’enregistrement en direct comme le socle de cette série de performances in situ. Intégrant sa production sonore au contexte dans lequel elle émerge, il fait entendre les sons acoustiques et des ondes électromagnétiques qui entourent le groupe en marche et mêle les événements sonores passés et ceux qui arrivent au fil du mouvement. On se dit à plus, dans le pédibus ?

https://tim-shaw.net/

DIM 27 JUIN
Réserver pour « Ambulation »
de Tim Shaw
à 15h30/Gratuit

Réserver pour « Ambulation »
de Tim Shaw
à 17h30/Gratuit

Réserver pour « Ambulation »
de Tim Shaw
à 19h30/Gratuit

Dans Point of failure (28 juin), Tim Shaw, joue avec les caractéristiques acoustiques du lieu de performance au moyen de cônes de haut-parleur, d’ampoules, de pétards, de bobines tesla, de cornes à air, d’éclateurs, d’antennes paraboliques, de boules de fumée, de klaxons de voiture, de gouttes d’eau, d’hydrophones, de shaker, de cloches, de synthétiseurs modulaires, d’instruments à cordes faits maison, de ballons, de transducteurs, de pluie, de ventilateurs, de solénoïdes, de micros contact, de circuits bricolés et de moteurs. En fabriquant et en défaisant des objets, en construisant des mécanismes hybrides pour faire du bruit, en déployant une expérience multisensorielle désordonnée, se crée un environnement hypnotique dans lequel le son, la lumière, la fumée, l’odeur et le mouvement s’entremêlent.

Intervenant dans l’espace de l’exposition SIGNAL/BRUIT, il en propose une re-lecture aussi éphémère que parasitaire.

LUN 28 JUIN
Réserver pour « Point of failure »
de Tim Shaw
à 20h30/Gratuit

 

LES ROIS NE POUSSENT PAS LES PORTES


Avec les oeuvres d’Iván Argote, Michel Aubry, Fabrice Hyber, François Morellet, Jean-Luc Moulène, Edouard Sautai, Toni Grand et Raphaël Zarka.

Exposition ouverte au public le vendredi 18 et le samedi 19 juin de 14h30 à 18h30.
Vernissage le jeudi 17 juin 2021 de 16h à 19h
Des médiations sont prévues ces jours, avec la présence d’un interprète en langue des signes le vendredi après-midi.

Informations et réservations :
Chappaz Marie /// tél : 06.74.03.02.77 ou mail : mchappaz@seinesaintdenis.fr

_________________________

Les rois ne poussent pas les portes

L’exposition « Les rois ne poussent pas les portes », emprunte son titre à l’auteur Francis Ponge dans le Parti pris des choses. Elle s’inscrit dans une démarche originale de rencontres entre un artiste contemporain, des personnes en situation de handicap auditif, des interprètes, un photographe, une médiatrice culturelle et des œuvres de la collection d’art contemporain de la Seine-Saint-Denis.
Les ateliers, qui ont duré plusieurs mois, ont construit une conversation directe entre le groupe et les œuvres. Ces échanges ont été captés par un photographe. L’exposition a été pensée par l’artiste contemporain Stéphane Sautour sur le même protocole que les discussions : elle présente les archives des ateliers dans un rapport d’égalité avec les œuvres de la collection : Iván Argote, Michel Aubry, Fabrice Hyber, François Morellet, Jean-Luc Moulène, Edouard Sautai, Toni Grand et Raphaël Zarka.

La langue des signes, une langue de gestes et d’images

Les différents ateliers se sont déroulés dans les locaux de l’association F93 situés à Montreuil. Pour permettre une interaction riche entre tous les participants, ces rencontres ont été accompagnées d’interprètes en langue des signes. Ensemble, les participants ont échangé dans une approche sensorielle et corporelle de l’art. La langue des signes est une langue en trois dimensions qui produit des images, comme les œuvres. Ce projet a permis la rencontre sensible entre des individus et des œuvres, tout en valorisant la diversité des expressions.

Un projet initié par le conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

L’exposition « Les rois ne poussent pas les portes » est née dans le cadre de la démarche « Figure Libre, parcours artistiques dans le champ social » financé par le Département, visant à créer les conditions de la rencontre entre un public constitué d’usagers et des professionnels du champ social avec toute forme de création dans une dynamique de participation créative. Dans ce cadre-ci, le projet a été mis en œuvre par l’association F93 avec un Samsah – Service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés –le Samsah REMORA, située à Rosny-sous-Bois, auprès d’une dizaine de personnes en situation de handicap auditif.

_________________________

Déroulé du vernissage le jeudi 17 juin 2021

Accueil du public : 16h à 19h
Présentation de l’exposition par une médiatrice du département de la Seine-Saint-Denis accompagnée d’un interprète en Langue des Signes
Rendez-vous dans l’espace d’exposition à l’adresse suivante :

Instants Chavirés, Brasserie Bouchoule 2 rue Emile Zola
93100 Montreuil

_________________________

visuels © Pierre-Antoine

CICANOISE, CÉCILE BABIOLE & ATAU TANAKA

En résidence du 30 juin au 2 juillet 2021.
En amont de leur concert « première mondiale  » au Festival Sonic Protest le 3 juillet à La Parole Errante (Montreuil).
https://sonicprotest.com/

Robin Dussurget aka Cicanoise est un féru de noise music depuis sa tendre enfance. Musicien autodidacte, il était déjà venu nous parler de sa pratique aux Rencontres en 2018. C’est assez naturellement qu’est venue l’idée de lui proposer une collaboration avec deux spécialistes des interfaces bruitistes et sensorielles homme-machine.
Atau Tanaka et Cécile Babiole ont déjà collaboré ensemble a de nombreux projets improvisés mêlant arts électroniques et vidéo expérimentale (Sensor Duo, Sensors Sonic Sights) Dans leur travail, ils utilisent des capteurs de mouvement pour contrôler sons et images. Ensemble ils vont fabriquer une performance audio-visuelle unique, reliant les signaux physiologiques du corps (EMG) et du cerveau (EEG) à des synthétiseurs modulaires et un projecteur vidéo pour créer une expérience multimédia immersive intense à la lisière des musiques électroniques et des neurosciences cognitives.

Sonic Protest