samedi 17 mars 2018

#FESTIVAL SONIC PROTEST
[DE 20H00 à 05H00]
MAHER SHALAL HASH BAZ
MICK HARRIS joue FRET
RUSSELL HASWELL
ZB AIDS aka VALERIE SMITH…
au Théâtre L’Échangeur (Bagnolet)

SONIC PROTEST 2018
Festival

Visuel  © Harrisson

Ni gardien du temple, ni profanateur de tombes, Sonic Protest revient pour une 14ème édition en 2018 avec la même envie d’alterner coups de griffes et caresses et de proposer un parcours dans les musiques et formes créatives non normées et audacieuses. Ne pas céder à la pression commerciale, ni à la dictature de l’actualité a toujours permis au festival francilien de faire les choses à sa façon et de s’imposer comme un rendez-vous à part et incontournable des musiques singulières.

En conclusion de sa 14ème édition, le Festival Sonic Protest s’associe aux Instants Chavirés et investit pour la première fois le théâtre L’Échangeur à Bagnolet.
Un programme extensible, volontiers partageur et on l’espère, toujours en dehors des zones navigables.

S’y succéderont, figures historiques, jeunes pousses et découvertes made in Protest : la programmation du festival c’est une gigantesque botte de foin dans laquelle toutes les aiguilles sont bonnes à trouver.

> >
À partir de 20h00 et jusqu’à 5h00 du matin.

Concerts / performances
Rock – expérimentale – improvisation – électroniques

20 EUR : plein tarif sur place
18 EUR : préventes en ligne en suivant ce lien
PASS Festival Sonic Protest 2018 > 6 soirées > 70 EUR > vente en ligne ici.

> >
Cet événement a lieu au :

Théâtre L’Échangeur
59 Avenue du Général de Gaulle
93170 Bagnolet
m°Gallieni
01 43 62 71 20
http://www.lechangeur.org/
accès

> >
Rejoignez l’événement Facebook.

Coproduction Sonic Protest / Instants Chavirés / Théâtre L’Échangeur – Cie Public Chéri

> >
La programmation de la soirée / nuit du samedi 17 mars 2018 >
(L’ordre de passage sera précisé ultérieurement)

MAHER SHALAL HASH BAZ [Japon]
Mick HARRIS joue FRET [Royaume-Uni]
RUSSELL HASWELL – HDJ [hard disc jockey] [Royaume-Uni]
ZB AIDS aka Valerie SMITH [France]
PADDY STEER [Royaume-Uni]
THOMAS TILLY [France]
TERRINE [France]
SATAN [France]

Et en détails >

– – – –
MAHER SHALAL HASH BAZ [Japon]

Maher Shalal Hash Baz est un ovni musical japonais, formé en 1984 par Tori Kudo avec, au départ, sa femme Reiko Kudo. Le nom du groupe est tiré du livre d’Isaïe (8,3) (Is 8. 1-4). Il signifie “Proche pillage, imminent butin”. La composition de ce  groupe étrange s’apparente plus à celle d’une troupe de théâtre dont les membres changent régulièrement avec Kudo en “metteur en scène”.

Aux côtés de musiciens japonais tels que Chie Mukai, Hiroo Nakazaki (Nagisa Nite), Saya et Takashi Ueno (Tenniscoats), Ikuro Takahashi (LSD March, High Rise), on notera la participation au fil des ans de John Chantler, Arrington De Dionyso, Bill Wells, Zach Phillips ou plus récemment les musiciens belges gravitant autour de McCloud Zicmuse et son projet Le Ton Mité. C’est d’ailleurs ceux-ci qui assureront une bonne partie du backing band pour cette performance à Sonic Protest. La musique du groupe est d’une extrême poésie, elle se caractérise souvent par des mélodies candides et des paroles naïves, chantées en anglais mêlant des éléments de la pop, du jazz, des musiques minimalistes et de l’avant-garde.
L’influence de la musique de Mayo Thompson (The Red Krayola, qu’on a pu voir en 2013 … à Sonic Protest !) est également très importante. Reconnu internationalement pour sa singularité, le groupe a publié des disques chez K Records ou Geographic, le label de Stephen McRobbie de The Pastels.
A noter sur le dernier album du groupe Hello New York (dont la pochette est une brillante parodie de l’album 16 And Savaged du groupe glam Silverhead!) une version flamenco du “Sweet Jane” du Velvet ! Puristes go home !

Maher sur scène, c’est un doux bazar, interprété par un big band au bord de la dissonance qui manie avec une grande fragilité tout un tas d’instruments: guitare, batterie, harmonium, instruments à vent divers.

Audio : https://mahershalalhashbaz.bandcamp.com/
Vidéo: https://youtu.be/yUa78y4k2aw

– – – –
MICK HARRIS joue FRET [Royaume-Uni]

Michael John Harris est un musicien anglais né en 1967 à Birmingham. Connu comme le légendaire batteur du groupe Napalm Death, Mick Harris est l’inventeur du terme grindcore.
Œuvrant par delà les chapelles et les étiquette musicales, il fonde, en 1991, le groupe de musique improvisée Painkiller avec le saxophoniste John Zorn et le bassiste Bill Laswell.
Cette même année, il quitte Napalm Death pour fonder Scorn avec le bassiste Nick Bullen. Scorn est un projet mêlant musique électronique, industrielle et influences grindcore. Avec le départ de Bullen, la musique de Scorn devient essentiellement électronique. Le style de Scorn est parfois considéré comme précurseur de l’esthétique du dubstep, bien que Mick Harris se soit toujours défendu de faire partie de cette scène.
En solo, il se produit également sous les noms de Monrella, Lull ou Quoit et après un long moment de silence, Mick Harris revient sur scène pour présenter FRET qu’il jouera pour la première fois en France lors de la soirée de conclusion de la 14e édition du Festival Sonic Protest.

Site officiel : http://www.dissonantbookings.com/artists/fret/
Audio: https://soundcloud.com/karlrecords/fret-aka-mick-harris-lift-method

– – – –
RUSSELL HASWELL HDJ [hard disc jockey] [Royaume-Uni]

Né à Coventry et actuellement basé à Londres, Russell Haswell fait figure d’enfant terrible dans le petit univers des musiques électroniques déphasées.  Avec une démarche naturellement punk et défiante, toujours avec une encablure d’avance, Russell Haswell se souci peu des éclaboussures qu’il laisse dans son sillon. Une totale liberté d’action qui lui vient peut-être de son background un brin gourmand et goûte à tout : art conceptuel, informatique, black metal, noise, techno, graphisme laser,  improvisation… et qui déboute toute récupération stylistique. À l’épreuve des genres donc, on lui doit des collaborations allant d’Aphex Twin à Merzbow, en passant par Pan Sonic, Pain Jerk, Florian Hecker…
En 2016, il a été l’invité d’Autechre sur toute leur tournée européenne ce qui ne l’a pas empêché d’intégrer les vilipendeurs de Consumer Electronics.
Côté support, on retrouve quantité d’enregistrements nocifs et bien retournants sur Mego, Warp et plus récemment sur Diagonal et Bocian.

Pour Sonic Protest, Russell Haswell débarque au milieu de la nuit avec dans ses poches des tonnes de sons disparates éclatés les uns contre les autres.
Enième casquette parallèle aka sélecteur maniaque aka HDJ [hard disc jockey] et on ira danser quelque part du côté de DJ Carhouse vs Claude Young vs Christian Marclay.
Au programme : rotation et  hyperflexion, pression et légère fermeture des paupières.
Tout ça pour le bien être de chacun. Bien entendu.

Site officiel : http://haswellstudio.com/
Audio : https://soundcloud.com/factmag/russell-haswell-one-take-dub-no-edit
Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=yZ2OzTWTPOY

– – – –
SATAN [France]

« L’odeur du sang » et « Un deuil indien » sont les deux piliers discographiques de Satan.
Deux titres, deux entonnoirs sonores qui déversent de la matière violente, primitive et un poil spirituelle.
C’est coincé au pied du Vercors que les quatre grenoblois ont formé Satan en 2009,  tout simplement et initialement décrit comme du punk possédé.
Pas si simple à vrai dire car Satan décolle sévèrement de sa base hardcore voire metal… Un décollage qui écorche et caillasse volontiers un certain folklore électrique au passage.
Une musique de genre qui sort de la cuve en quelque sorte.
Mais attention, on sait tous que Satan peut se montrer remarquablement intelligent et brillant.

Site Officiel : https://www.facebook.com/satansatan
Audio : https://satan.bandcamp.com/
Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=0vovLVx7MOs

– – – –
TERRINE [France]

Terrine c’est le projet solo de Claire Gapenne. Musicienne énervée à la guitare et à la voix hurlée au sein de Headwar, quartet post-punk phare de la scène Nuke amiénoise, elle se concentre désormais sur ce solo et le groupe Me Donner, avec Romain Simon. Dans Terrine, elle joue 100% électronique et expérimente des pièces froides et martiales, teintées abstract techno et musiques industrielles. Son live fait parfois danser depuis 2014.

Activiste amiénoise, elle participe à l’Accueil Froid et tourne intensivement en Europe, ces temps-ci et ses concerts permettent de constater que Terrine : ça envoie le pâté !

Site officiel : http://dubruitetdescoups.blogspot.fr/
Audio: https://terrine.bandcamp.com/track/live-at-kultura-li-ge
Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=ZNBfposLWdc&feature=youtu.be

– – – –
ZB AIDS aka Valerie SMITH [France]

© Thibault Gondard

C’est derrière ce patronyme obscur que ce cache le nouveau projet musical du performer et graphiste parisien Hendrik Hegray.
Il y développe un univers sonore chaotique bourré de machines défaillantes, d’accidents, de brisures et autres échardes auditives, quelque part entre Arte povera et bruit cassé.
HH se moque des étiquettes expérimentales qui pourraient lui coller à la peau. Que ce soit dans ses projets solo (Popol Gluant, Hélicoptère Sanglante) ou dans ses diverses collaborations infernales (Minitel, Cobra Matal…), l’exploration dada-bruitiste est toujours de mise avec un goût certain pour l’auto-dérision et la radicalité.

Parallèlement à son activité sonore, son travail de plasticien pointu et protéiforme (dessin, collage, vidéo, sculptures…) est reconnu depuis une quinzaine d’années. Il est l’auteur de nombreux fanzines en autopublication ou en collaboration avec FLTMSTPC, Nieves ou Orbe, co-dirige avec Jonas Delaborde depuis 2006 les revues collectives Nazi Knife et False Flag où ils se font télescoper les contributions de Julien Carreyn, Andy Bolus, Antoine Marquis, C.F., Kerozen, Mat Brinkman, John Olson et Nate Young de Wolf Eyes, Dennis Tyfus, Terry « King » Johnson, Tonetta ou Lee Scratch Perry et de nombreux acteurs de la scène graphique underground internationale la plus louche.

Site officiel : premiersang.bandcamp.com
Vidéo : https://youtu.be/vTBRrgiqdyk

– – – –
PADDY STEER [Royaume-Uni]

Paddy Steer est un personnage protéiforme, kafkaïen issu de la toujours surprenante scène musicale mancunienne. Véritable preuve de son talent, il a joué aux côtés de pléthores d’artistes, sur un large spectre de styles musicaux comme d’instruments : basse, batterie, guitare hawaïenne… ou tout cela à la fois. Paddy développe patiemment son art. Il y quelque chose de l’artisan de conte de fée travaillant toute la nuit pour fabriquer les plus beaux souliers du Royaume, visité par les elfes musicaux quand il est endorm. Il délivre une musique cartoonesque, pleine de rebondissements, de changements de paradigmes et de rythmes, aux couleurs trop prononcées d’un dessin d’enfant.

On pourrait penser à une maquette faite de boîtes d’œufs et de crin de cheval, liés ensemble par un joueur de Moog africain dans un shop de pièces détachées vietnamien. Par opposition à la notion « d’immaculée reproduction », les lives frôlent l’abstraction chaotique et voit Paddy se produire devant son entassement étrange d’instruments anarchiquement entreposés, noyés sous les lights disco et les napperons.

Site officiel : https://paddysteer.com/
Audio : https://paddysteer.bandcamp.com
Vidéo : https://youtu.be/r5n-XQgnH18

– – – –
THOMAS TILLY [France]

Thomas Tilly est un musicien utilisant le microphone et le haut-parleur comme principaux instruments de création. Centré sur l’étude de l’environnement sonore et sa confrontation avec l’espace dans lequel il existe, son travail emprunte autant à la recherche musicale expérimentale que scientifique. Dans sa démarche, l’écoute reste centrale au détriment de toutes formes de représentations. Ce qui se passe sur le terrain doit être interprété puis transmis à l’auditeur dans des conditions d’immersion totale, la subjectivité de cette restitution résidant dans le sensible plutôt que dans une mise en œuvre technique complexe.

Toujours connectées à l’idée d’un autre « possible musical », ses pièces sonores, diffusions, ou installations, sont les fruits d’études ou la recherche tente de supplanter l’esthétique, c’est l’exposition de l’onde sonore qui est importante. L’implication sur le terrain reste une part importante du processus nécessitant des phases d’écoute, d’observation, puis d’enregistrement. En ce sens, la relation aux espaces naturels, à l’architecture (dont le rôle est prédominant dans le sonore), ou encore à l’urbanisme, deviennent des axes de recherches privilégiés et leur appréhension dépasse souvent la seule pratique de l’enregistrement du son.

Il s’occupe depuis 2001 du label Fissür et écrit régulièrement sur la phonographie et sur sa propre pratique. Il collabore avec des artistes tels que Junko, Jean-Luc Guionnet, Dave Philips ou Thierry Madiot & Olivier Coupille.

Site officiel : http://thomas.tilly.free.fr/
Audio : https://thomastilly.bandcamp.com/
Vidéo:  https://www.youtube.com/watch?v=-cmsBCJeo8E

> >
Festival Sonic Protest – du 7 au 17 mars à Paris, Vanves, Bagnolet et ailleurs…
Toute la programmation est consultable sur le site du festival.
http://www.sonicprotest.com

tarifs
20€ plein tarif
18€ prévente et Montreuillois | acheter en ligne

horaires
ouverture des portes 19h00 |