dimanche 15 septembre 2013

L’AUDIBLE FESTIVAL
à L’ÉCHANGEUR & au LULL (Bagnolet)
à partir de 14h30
#4

 

 

 

L’Audible Festival
3ème édition

jeudi 12 septembre aux Instants Chavirés
vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 septembre à L’Échangeur
samedi 14 et dimanche 15 septembre au LULL
(Bagnolet).

diffusions / concerts / projections
musique électroacoustique

L’écho est la voix de l’invisible. Les vivants ne voient pas les morts dans le jour. Tandis qu’ils les voient la nuit dans les songes. Dans l’écho, l’émetteur ne se rencontre pas. C’est le cache-cache entre le visible et l’audible.
Pascal Quignard, « La haine de la musique »

Dès qu’il est enregistré – fixé sur un support – le son résonne comme autre chose que lui-même.
La musique concrète – pour conserver le terme générique de Pierre Schaeffer – a ce pouvoir de couper l’auditeur de la source de l’émission via le haut-parleur. Face à cette boîte noire qui agit comme une oreille inversée, c’est un monde où tout est possible qui s’ouvre à l’auditeur.
On connait les usages relaxants (musique new age ou d’ambiance dans les lieux publics ou chez certains praticiens de médecine douce) ou plus agressifs (canon sonique pour disperser les manifestants ou hautes fréquences pour déranger les sdf) des ondes sonores, on connaît aussi les voyages du shaman transporté par la frappe de son tambour, ou la chute des murs de Jéricho sous l’impact des trompes.
Il est clair que le son agit sur notre corps et notre espace entiers.
On peut aussi jouer de ce constat pour construire le bonheur de l’écoute et le plaisir de l’auditeur.

L’audible 2013 veut revenir à ce fondamental de la musique concrète à travers un programme qui comme les années précédentes alliera commandes (eRikm, SEC_), diffusions, lives et compositeurs invités.

Beatriz Ferreyra et Hanna Hartman ont l’art de la métamorphose, elles fabriquent des objets complexes à partir de multiples sources.
Yanik Miossec et Thierry Madiot avec le projet Phonoscopie, créent un dispositif immersif pour 6 auditeurs dans lequel le rapport d’écoute va du très intime au très lointain en passant par le local.
Carl-Michael von Hausswolff comme Florian Hecker renversent nos critères de perception dans une recherche de fréquences hallucinogènes.
John Duncan et Jean-François Laporte nous immergent dans une vibration continue avant atomisation.
Bernard Fort et Jean-Luc Guionnet fabriquent des images fractales.
« Hymnen » (1966-67) de Karlheinz Stockhausen nous emmène dans un pays imaginaire construit à partir de tous les hymnes du monde.
Art du support, la musique concrète entretient de nombreux rapports avec le cinéma (les premières œuvres sonores viennent d’ailleurs de cinéastes tels Dziga Vertov ou Walter Ruttmann) et nous essayerons d’en montrer aussi les échos.

Notez que cette année, le festival s’étend sur 4 jours et non plus 3, avec une soirée d’ouverture le jeudi 12 septembre aux Instants Chavirés. Également, un nouveau lieu partenaire du festival : Le LULL à la même adresse que le Théâtre L’Échangeur !

Bon festival !

– – – –

Un programme conçu par Jérôme Noetinger et les Instants Chavirés.
Produit par les Instants Chavirés en partenariat avec L’Échangeur, Motus,
avec la participation de La Lutherie Urbaine ;
avec la complicité de Revue & Corrigée et  Metamkine.

– – – –

Tarifs :
12 euros plein tarif sur place
10 euros prévente, abonnés Instants Chavirés & Échangeur / montreuillois.
(Prévente en ligne via https://fr.yesgolive.com/instants-c…)
40 euros pass 4 jours
(donne droit à 10% de réduction sur le stand Metamkine)

– – – –
consulter la programmation des 12, 13, 14 septembre.
– – – –

 : : :
programmation
DIMANCHE 15 SEPTEMBRE

 : : :

– – – –
au LULL  / Lutherie Urbaine Le Local à partir de 14h30 >
– – – –

Le LULL, Lutherie Urbaine Le Local
59, avenue du Général de Gaulle 93170 BAGNOLET
M°Gallieni, 01 43 63 85 42
http://www.lutherieurbaine.com/

PHONOSCOPIE (France)
THIERRY MADIOT & YANIK MIOSSEC

6 séances à partir de 14h30

-14h30-15h00-15h30-19h00-19h30-20h30

6 auditeurs par séance (durée env 13 min)
réservation auprès des Instants Chavirés au 01 42 87 25 91

Entre massages sonores et mini-concert sur acousmonium de poche, Phonoscopie est un dispositif immersif pour six auditeurs, une installation instrumentale activée par deux interprètes-luthiers, Thierry Madiot et Yanik Miossec, désireux de proposer un rapport d’écoute allant du très intime au très lointain en passant par le local. Sans privilégier aucune de ces strates, Phonoscopie profite des richesses offertes par les possibilités de superposition ou de fragmentation de ces plans sonores. Hérité de la pratique des Massages Sonores, Phonoscopie utilise les propriétés sonores des objets du quotidien : chaque main se déplace du plus près des oreilles (échelle de l’intime) en parfaite stéréo, autour de la tête, d’une sphère auditive de 50 cm de diamètre à un éloignement d’un peu plus d’un mètre (échelle du local).
Dans ce cadre précis, Thierry Madiot et Yanik Miossec travaillent également la diffusion mobile de sons enregistrés au travers de haut-parleurs, d’écouteurs, de haut-parleurs suspendus, de dictaphones, smartphones (application dédiée développée pour le projet), autant d’éléments qui, tenus dans les mains des artistes, peuvent être déplacés autour des oreilles des auditeurs et deviennent des sources sonores mobiles. Le dispositif est complété avec des vibreurs fixés sous les sièges qui agissent sur le corps par conduction osseuse. Cette recomposition des échelles de la perception sonore et celle des couleurs prises par chaque son, en fonction du mode et du lieu de diffusion, donnent l’occasion à chaque auditeur d’agir uniquement par son écoute. L’intérêt ne réside plus en la virtuosité du musicien, en l’oreille du compositeur ou du savoir faire du producteur mais bien en l’action de l’auditeur qui suit son propre chemin au sein du paysage sonore immersif. A mi-chemin entre les formes du concert et de l’installation sonore, Phonoscopie propose une expérience sensorielle déroutante.

http://muzzix.info/Phonoscopie
http://www.sonicprotest.com/

Phonoscopie est une co-production Sonic Protest, Muzzix & la Gaité Lyrique avec le soutien du DICRéAM et de la DRAC Île-De-France.

– – – –
à L'Échangeur à 15h30 >
– – – –

59 Avenue du Général de Gaulle
93170 Bagnolet
m°Gallieni
01 43 62 71 20
[accès]
– – – –

16h >
séance d’écoute consacrée à la classe d’électroacoustique du CRD de Pantin

L’audible poursuit sa collaboration avec le CRD de Pantin en consacrant une séance aux oeuvres des élèves de la classe d’électroacoustique dirigée par Christine Groult.

Le studio de composition électroacoustique du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Pantin bénéficie d’une notoriété de longue date. Il a été fondé en 1972 par Fernand Vandenbogaerde dans le cadre du conservatoire expérimental de Pantin. Nous fêtons donc cette année les quarante ans de sa création. J’en ai repris la responsabilité en 1990, rejointe en 2008 par Marco Marini. C’est dans le prolongement de la tradition Schaefferienne que s’inscrit l’enseignement. On y pratique la démarche concrète, la musique se fabrique à même la matière sonore que l’on taille, juxtapose, mélange et transforme tel un sculpteur.
L’enseignement offre un cadre de création, une dynamique et une exigence tant sur le plan musical qu’humain. La classe est ouverte à tous, aux musiciens certes, mais aussi aux plasticiens, danseurs, acteurs, techniciens, compositeurs chevronnés…, à tous ceux qui, passionnés par les sons, souhaitent s’initier, apprendre, jouer, inventer et réaliser.
On y pratique la musique électroacoustique de concert, la spatialisation sur acousmonium, les installations in situ, les musiques d’application… et tout ce que la pratique électroacoustique apporte à la vie artistique, à la vie sociale, à l’enseignement et à l’éducation. On y prépare, si on le souhaite, le cursus de composition musicale électroacoustique en trois cycles. Trois diplômes peuvent être obtenus : Art et technique des sons, le Certificat de Fin d’Etudes Musicales (CFEM), le Diplôme d’Etudes Musicales (DEM).

Christine Groult
http://musicinsitu.eu/

GUILLAUME MICHELON «Chant du ciel», (6’21)
Quand le chant du ciel recherche de nouvelles fréquences, la terre s'accorde par ses révolutions ; de mystérieux voyageurs ailés nous accompagnent entre la dimension ciel, les pulsations terriennes, et le halo harmonique qui les entourent.  

Après la pratique de plusieurs instruments dans le rock et les musiques actuelles, Guillaume Michelon a ensuite fait ses premières armes dans les musique électroniques sous le pseudo Aumguy.

SOLWEIG RISACHER «Rêve», 8’13
Sons enregistrés de violon  : Alexis Auffray Où vont les sons qui se perdent ? Des souvenirs éclatés qui résonnent, s'agitent, se répètent, se transforment, à travers lesquels j'essaie de construire. Comment savoir si ce n'était pas juste  un rêve ? 

Solveig Risacher travaille comme monteuse (image & son) de films documentaires depuis   2003. S'intéresse au son, à sa perception et à sa création musicale  depuis… longtemps. S'initie à la réalisation radiophonique en 2007, à la prise de son naturaliste de 2009 à 2012, à la 'sculpture sonore' en 2012. Explore et s'investit dans la composition sonore, électroacoustique au CRD de Pantin depuis 2012.

MARIE GUÉRIN «Partition pour Maison ronde / 1963», (11’)
Entre radio et musique, il y a le son.
Entre radio et musique, un signal…
Le son est comme un fil que l'on suit mais dans quel sens passe le signal ? Partition pour Maison Ronde joue uniquement à partir d'archives de 1963 et de prises additionnelles de postes radio portatifs. La pièce nous convie à une balade / ballade sur les ondes de 1963. 

Marie Guérin, habilleuse sonore,  Collecte des chansons à travers le projet de La ChansonPerdue.fr pour France Inter;  Produit des documentaires pour France Culture;  Met en ondes habillages et émissions radiophoniques; Compose des pièces électroacoustiques.

DOMINIQUE DEYRIS  «Pilgrim», (12’)
Essai sur la pérégrination, Pilgrim se transforme au gré du voyage ou voyage parce qu'il s'est transformé. La mouvance comme moteur de recherche horizontal. L'arrêt comme construction verticale. En jouant d'associations variées: d'idée, de nature sonore, de couleurs, de mots, de malfaiteurs, d'utilité publique, à but non lucratif, par transformation, par contraste, par opposition…  

Dominique Deyris, percussionniste en ensembles de musique contemporaine et formations orchestrales, j'écris depuis 1994 des musiques instrumentales et vocales: opéras de poche, scènes de la vie ordinaire, pièces pédagogiques, pièces instrumentales du solo à l'orchestre d'harmonie. J'enseigne la percussion et la composition à Marcoussis dans l'Essonne.

ALINE PENITOT «Lene Kielsen Holm et la glace de mer», (7’28)
Lene Kielsen Holm est anthropologue à l’Institut des ressources naturelles du Groenland. Elle recherche le sens du siku, la glace de mer.  Orques : Olivier Adam (CNPS-CNRS, paris 11) 

Aline Pénitot est journaliste, chroniqueuse, auteure de radio, élève en composition électroacoustiques dans la classe de Christine Groult. Elle a assisté à de nombreux ateliers menés par Bernard Fort, Beatriz Ferreyra ou Kaye Mortley… Elle participe au groupe de jeux vocaux acousmatiques RadioCousue Main. Elle a reçu la bourse du côté des ondes de la RTBF et le soutien de France Culture pour l’adaptation de sa pièce Le Passage du Nord-Ouest.


PIERRE MOURLES «Corps #2», (15’)
Corps s'appuie sur l'idée de compression et de décompression. Je tente d'étirer les matières sonores pour qu'elles se détachent de notre attention et immergent notre perception dans le temps. Sons abstraits et démarche narrative se confrontent alors et le flux défile sous nos yeux sans avoir la possibilité de s'y arrêter.  En suspend, ralentissement et accélération.  Compositeur et musicien,

Pierre Mourles a suivi un parcours également en tant que danseur. Sa recherche tisse des passerelles entre textes, musiques acoustiques et électroniques questionnant le rapport entre abstraction et objets narratifs, sens brut et poétique distanciée. Sa recherche traverse autant la musique acousmatique, que la musique improvisée, électronique ou encore la chanson.

– – – –

17h30>

BEATRIZ FERREYRA (France) composition & diffusion sur acousmonium
Séance d’écoute à partir d’une sélection dans son catalogue.

Beatriz Ferreyra est née en Argentine, Cordoba en 1937. Elle a fait des études de piano avec Celia Bronstein (Buenos Aires 1950 -1956), d’harmonie et d’analyse musical avec Nadia Boulanger à Paris (1962 – 63), puis s’est initiée à la musique concrète et éléctronique avec Edgardo Canton (G.R.M., Francia; R.A.I, Italia l963), et a suivi des cours de composition avec Earl Brown et György Ligeti (Darmstadt l967). Elle a travaillé au Groupe de Recherches Musicales (G.R.M.) du Service de la Recherche de l’O.R.T.F. sous la direction de Pierre Schaeffer (1963 – 70). Et notamment à la réalisation des disques du «Solfège de l’Objet Sonore» de Pierre Schaeffer. Elle devient compositrice indépendante à partir de 1970. Et compose pour la scène, la danse ou le concert.
 
«Un fil invisible» (2009), 18’
Commande de l’INA-GRM
A Christine Groult
Pièce inspirée des différentes étapes de l’Alchimie du Moyen Age. L’alchimie est un processus de métamorphose dont le véritable objet est l’évolution humaine. Ici, ce processus est inextricablement mélangé avec la transformation des sons et la structure de l’œuvre.

«La ba-balle du chien-chien à la mé-mère» (2001), 11’16
Commande du IMEB 2001. Dédié à Tim, Oggi, Justine et à tous les chiens qui ont une mé-mère.
Que peuvent faire à la campagne, entre soleil et tempête, une balle, un chien et une grand-mère… sinon jouer ? Musique spécialement conçue pour auditoire ayant un ou plusieurs chiens de n’importe quelle race, dimension, couleur, degré de férocité et niveau intellectuel.

«Médisances» (1968), 7’ – pour 4 pistes – Commande du G.R.M.
Réalisée à partir de la manipulation élémentaire d’instruments d’orchestre, d’un arc à bouche (gambarde siamoise) et du souffle. Une façon comme une autre de se débarrasser de certaines ambiances, de vieux souvenirs…

«Echos»
(1978), 8’35
In memoriam Mercedes Cornu (pseudonyme : Victoria Lucca)
Cette oeuvre a été réalisée à partir de la ‘’déstructuration’’ (sons longs, brèves, syllabes, souffles, toux, etc.) de 4 chansons latino-américaines : 2 argentines et 2 brésiliennes, chantées ‘’a capella’’ par Mercedes Cornu. L’auteur a employé uniquement les techniques de montage, mixage, triple lecture, et des manipulations manuelles sur la bande magnétique, afin de préserver le timbre et la qualité de sa voix.

«L’autre rive» (2007), 17’20
Percussion Richard Aratian – Commande d’Etat pour l’IMEB
Inspirée par le Bardo Todol, cette œuvre a été réalisée avec des instruments de percussion et des sons acoustiques. Je remercie de tout cœur le percussionniste Richard Aratian pour son inépuisable patience, son imagination et sa bonne humeur lors de nos prises de sons

http://www.beatrizferreyra.odavia.com/

– – – –

20h>

HANNA HARTMAN (Allemagne) composition & diffusion sur acousmonium

«Shanghai Fireflies» (2010) 13’30
 (avec la participation enregistrée de Sabine Ercklentz, trompette)

«Circling Blue» (2010) 8’23
(avec la participation enregistrée de Ida Falk Winland, soprano)

«Cratere» (2003) 27’00
 (avec la participation enregistrée de David Balzer et Reinhold Friedl, piano électrique)

Artiste sonore et compositrice suédoise, Hanna Hartman vit à Berlin.
Elle a étudié le théâtre et la littérature à l’Université d’Uppsala et de Stockholm, aussi bien que la radio et les médias interactifs au studio EMS de Stockholm.
Depuis 1990, elle compose des œuvres pour la radio et crée des sculptures sonores avec un véritable art de la métamorphose.
Ses compositions sont exclusivement constituées de sons authentiques. Les sons sont sortis de leur contexte d’origine et donc perçus dans leur pureté.
Elle a obtenu de nombreuses distinctions, dont le Prix  Europa (1998), le Karl Sczuka (2005), le Prix Phonurgia Nova (2006, ex aequo avec Karl Heinz Mauermann et Frank Niehusmann «maschinen  et le Swedish Music Publishers Annual Award (2007), Rosenbergpriset (2011).

http://www.hannahartman.de/

– – – –

21h >

«Hymnen» de KARLHEINZ STOCKHAUSEN  (1966-1967 / 120’)
par PHILIPPE MION (diffusion sur acousmonium)

Karlheinz Stockhausen crée la pièce Hymnen en 1967. En 1971, le critique Maurice Fleuret écrivait à propos de cette pièce : «Il faut s’abandonner, deux heures durant, à cette immense vague de fond qui charrie toutes les musiques de la planète et les fait éclater par un double mouvement de brassage, à la fois macro et microscopique, pour mieux les confondre… Hymnen donne l’impression d’une respiration universelle, de la respiration de toute l’humanité .»

Des hymnes nationaux, tantôt familiers, tantôt méconnaissables : tel est le matériau principal de Hymnen, l’une des plus saisissantes fresques électroniques de Stockhausen.

La bande sonore d’Hymnen comporte quatre pistes d’écoute -une pour chaque haut-parleur, avant gauche et droite, arrière gauche et droite- et donne ainsi une dynamique, une harmonie et un mouvement dans l’espace.

Karlheinz Stockhausen (1928 – 2007), compositeur de musique instrumentale et électroacoustique qui a façonné le genre de son vivant. Grand maître de la musique électronique de Cologne en opposition à celle concrète de Pierre Schaeffer à Paris, père de la musique électroacoustique avec sa pièce «Gesang der Junglinge» (1955), grand gourou de la musique intuitive, créateur d’un opéra de sept jours et capable de composer une pièce pour quatuor à cordes et hélicoptère !

Philippe Mion (1956), compositeur de musique électroacoustique, membre du GRM de 1977 à 1989. Attaché à l’idée de la recherche musicale et à l’expérimentation issue de la musique concrète, il a composé de la musique pour ballet, pour support, mixte ou pour instruments. Il est également un virtuose de la spatialisation.

http://www.gmea.net/artists/stockhausen/hymnen.htm

– – – –

RESTAURATION LÉGÈRE SUR PLACE

– – – –

Stand METAMKINE sur place (disques, livres, revues…)

METAMKINE propose un large éventail de musiques électroacoustiques et improvisées, historiques et actuelles, ainsi que quelques livres et magazines.
10% de remise pour les détenteurs du pass sur le stand metamkine sur la durée du festival.

– – – –

L’association Muzziques / Instants Chavirés bénéficie du soutien de la Ville de Montreuil, du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, du Ministère de la Culture (DRAC Île-de-France), du Conseil Régional d’Île-de-France, et du concours de la Sacem et du CNV.
Avec le soutien du DICRéAM et de l’Institut suédois à Paris.


 

tarifs
12€ plein tarif
10€ prévente et Montreuillois | acheter en ligne
10€ abonnés Instants Chavirés | s'abonner

_Adhérer et / ou s’abonner à l’association

Vous souhaitez soutenir les activités des Instants Chavirés ?
Merci !

Pour se faire, deux solutions : adhérer et / ou s’abonner.
(statuts compatibles)

_Adhérer_
Vous pouvez adhérer à l’association Muzziques qui gère les Instants Chavirés.
La cotisation annuelle est fixée à 10 EUROS.
Une adhésion Grand Soutien, du montant de votre choix, est biensûr possible.
Vous disposez d’une voix délibérative aux décisions de L’Assemblée Générale et vous pouvez vous faire élire au Conseil d’Administration.
Le statut d’adhérent n’implique pas de tarif préférentiel pour les concerts.

 

_S’abonner_
L’abonnement vous fait bénéficier d’un tarif préférentiel pour les concerts produits par les Instants Chavirés.
Par exemple, pour un plein tarif  à 13 EUROS, vous ne réglerez que 9 EUROS, vous bénéficerez donc d’une réduction de plus de 30%.
Hors tarif unique et ticket à moins de 10 EUROS, une offre vous sera également proposée pour les concerts organisés aux Instants Chavirés, par des associations ou collectifs extérieurs.
Le montant de l’abonnement annuel est fixé à 22 EUROS.

 

Lettrages : Hélène Marian
http://www.helenemarian.com/

 

Comment faire ?
Vous pouvez adhérer ou vous abonner au guichet d’entrée des Instants Chavirés les soirs de concert ou par la poste en remplissant les bulletins ci-dessus accompagné(s) d’un chèque (à l’ordre de l’association Muzziques) et adressé(s) aux Instants Chavirés, 7 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil.

Vous pouvez également adhérer en ligne en suivant ce lien :
https://www.yesgolive.com/instants-chavires/adherer-aux-instants-chavires

Et / ou vous abonner via ce lien :
https://www.yesgolive.com/instants-chavires/sabonner-aux-instants-chavires

N’hésitez pas à nous appeller pour toute demande et renseignement concernant notre système d’adhésion et d’abonnement.

01 42 87 25 91

7,20€ étudiants

horaires
ouverture des portes 14h30 | concert à 14h30