mardi 28 avril 2020

REFLEXIO | 6
Conférence
SIMON RIPOLL-HURIER
18h30 au 6b

SIMON RIPOLL-HURIER
« There is noise »
À la manière d’un tour d’horizon des questions qui l’occupent dans son travail, Simon Ripoll-Hurier reviendra sur plusieurs de ses œuvres récentes ou actuellement sur le chantier. Entre 2014 et 2017, Simon Ripoll-Hurier développe Diana, une recherche qui inclut film, vidéo, performance et création radiophonique, au cours de laquelle il va à la rencontre de différentes pratiques d’écoute, qu’il met en relation. Depuis des chasseurs de fantômes dans le New Jersey jusque des birders en Alabama, en passant par des radioamateurs en Guyane française, ces amateurs développent, tous à leurs manières, des rapports avec des invisibles. Il s’agit pour eux d’émettre des signaux à destinations d’entités distantes, cachées ou occultes, et d’interpréter dans la masse des parasites et du bruit de fond les signaux faisant office de réponses. Simon Ripoll-Hurier finalise actuellement un film court sur un orchestre symphonique à Skopje (Macédoine du Nord) qui enregistre pour le cinéma, la télévision, les jeux vidéos, etc. La centaine de musiciens qui le compose vient quotidiennement interpréter les partitions de compositeurs du monde entier, qui assistent à l’enregistrement par un procédé de téléconférence. Par ailleurs, il développe avec Myriam Lefkowitz une recherche au long cours sur le remote viewing, pratique parapsychologique conçue par la CIA dans les années 1970 qui repose sur la canalisation des perceptions non-sensorielles. Le modèle de sensorialité́ que produit cette pratique met en jeu d’une manière singulière le rapport entre imagination et perception, entre « intérieur » et « extérieur ». De même, la dimension syncrétique des origines de cette pratique permet d’interroger des enjeux politiques très contemporains.

Le travail de Simon Ripoll-Hurier (1985) a été présenté dans des festivals et biennales (Visions du Réel, FIDMarseille, Bergen Assembly, Helicotrema…), dans des centres d’art (Laboratoires d’Aubervilliers, Frac Franche-Comté́, Ujazdowski Castle à Varsovie, Greylight à Bruxelles, Le Magasin…) et diffusé à la radio (France Culture, Wave Farm / WGXC…). Diplômé des Beaux-arts de Paris en 2008, Simon Ripoll-Hurier joue aussi avec Les Agamemnonz, un groupe de surf instrumental, et a cofondé́ *DUUU, une webradio d’artistes.

– – – -

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Cette conférence est accueillie par le 6b pour Synesthésie MMAintenant
C6-10 Quai de Seine 93200 Saint-Denis
RER D et H – Saint-Denis
Métro ligne 13 – Basilique de Saint-Denis
Tram T1 – Gare de Saint-Denis
Bus 154 et 237
https://www.mmaintenant.org – 07 69 49 30 03
– – – –

REFLEXIO 2020

Cycle de conférences arts sonores et sound studies, organisé par l’université Paris 8, les Instants Chavirés et Synesthésie – MMaintenant
dirigé par Matthieu Saladin

Février – Avril 2020

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit. Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offrent à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviennent autant d’échos d’échos.

De la question du genre dans les musiques expérimentales aux pratiques sonores brutes, en passant par le field recording antinaturaliste, l’écoute noise, les bourdons de la contestation, ou encore les sonorités de l’invisible, ces conférences abordent quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores et les sound studies.

Avec
04.02 : Julia Eckhardt, L’altérité en musique
20.02 : Eamon Sprod, Espace, choses, auditeurs
03.03 : Olivier Brisson, Les pratiques brutes de la musique
17.03 : Catherine Guesde, Chaos et ordres de la noise : à l’écoute des formes émergentes
24.03 : Marie Canet, Les bourdons de la contestation
28.04 : Simon Ripoll-Hurier, There is noise