lundi 11 février 2019

REFLEXIO 2019 ~2
Conférence
CHRISTINA KUBISCH
18h30 aux Instants Chavirés

CHRISTINA KUBISCH
L’inaudible

L’inaudible définit tout ce qui échappe à notre attention, se situant à son seuil. Si nos rapports à l’audible comme à l’inaudible sont déterminés par nos capacités d’écoute, ils dépendent tout autant de facteurs socioculturels, politiques, économiques et technologiques. Le spectre inaudible des signaux électriques qui nous environnent est l’un des principaux thèmes de ma recherche et de mon travail actuel. En raison de leur caractère inaudible et invisible, la plupart des gens pensent qu’ils n’existent pas et ne se préoccupent pas de leur impact sur nos vies. On peut néanmoins les observer à l’aide d’outils spéciaux. En explorant ces mondes électromagnétiques immatériels, j’ai découvert un univers parallèle qui s’accroît chaque jour. Mon travail se concentre depuis 40 ans sur le son et la composition, mais également sur le type d’influence que ce monde magnétique infra-perceptif peut avoir sur nous. Il s’agit de questionner la technologie, par l’usage même de la technologie.

Christina Kubisch, née à Brême en 1948, a étudié la peinture, la musique (flûte et composition) et l’électronique à Hambourg, Graz, Zurich et Milan. Après avoir été flûtiste pour la musique contemporaine, elle a commencé à interpréter ses propres compositions, souvent en combinaison avec de la vidéo. Depuis la fin des années 1970, elle réalise principalement des installations et sculptures sonores et travaille aussi avec la lumière. Ses compositions sont en grande partie des œuvres électroacoustiques mais elle a également écrit pour des ensembles et a réalisé plusieurs œuvres radiophoniques. Elle a bénéficié de nombreuses bourses et prix internationaux. Christina Kubisch a été professeure invitée dans plusieurs universités, à Paris, Berlin, Vienne et Oxford. De 1994 à 2013, elle est professeure à l’Académie des Beaux-Arts de Sarrebrück, où elle a fondé le département d’art sonore et de musique électronique. Elle fait partie de la première génération d’artistes sonores. Elle a développé des techniques comme l’induction magnétique qu’elle utilise dans ses installations. Ses œuvres font partie d’une tendance qui vise à la synthèse des arts. Elles contribuent à la découverte de l’espace acoustique et de la dimension temporelle dans les arts visuels.
– – – –

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Cette conférence a lieu aux Instants Chavirés
7 rue Richard Lenoir 93100 Montreuil
M° Robespierre (M9)
– – – –
 
Cycle de conférences arts sonores et sound studies,

organisé par l’université Paris 8, les Instants Chavirés et Synesthésie – MMaintenant
dirigé par Matthieu Saladin
Février – Mai 2019

Toute propagation du son s’accompagne d’une réflexion acoustique, dès lors que l’onde sonore rencontre une surface qui en partie l’absorbe et en partie la réfléchit. Dérivant de ce principe, le cycle Reflexio propose une série de conférences où les paroles d’artistes, de musiciens et de chercheurs s’offrent à la réflexion partagée, dans des moments d’échange où les énoncés de chacun et chacune deviennent autant d’échos d’échos. De l’audio-naturalisme à l’occultisme sonore, en passant par l’écoute des ondes électromagnétiques, un théâtre de poche, la présence performative des actions éphémères et le détournement des instruments dans l’improvisation, ces conférences abordent quelques-unes des préoccupations qui animent, aujourd’hui, les pratiques et la recherche dans les arts sonores, les musiques expérimentales et les sound studies.

avec
05.02 : Marc Namblard, La pratique audio-naturaliste, entre art et science.
11.02 : Christina Kubisch, L’inaudible.
26.02 : Philippe Baudouin, Fréquences occultes. Une brève incursion dans les marges de la radio.
12.03 : Anne Le Troter, La bouche, c’est une poche.
09.04 : Esther Ferrer, Le son marque le temps.
07.05 : Seijiro Murayama, L’interface improvisateur-instrument.

 


horaires
ouverture des portes 18h30 |